Chancre bactérien du kiwi

Chancre bactérien du kiwi
Type Maladie bactérienne
Noms communs chancre bactérien du kiwi,
bactériose du kiwi
Agents Pseudomonas syringae pv. actinidiae (Psa), parfois en coinfection avec
Pseudomonas syringae pv. syringae ou
Pseudomonas viridiflava
Hôtes Actinidia sp., notamment :
Actinidia chinensis,
Actinidia deliciosa
Adventices diverses :
Alternanthera philoxeroides
Setaria italica
Paulownia fortunei
Vecteurs élément naturels (pluie, vent, grêle, aérosol),
matériel végétal (plant, boutures, pollen),
animaux (insectes, notamment pollinisateurs)
Code OEPP PSDMAK
Répartition subcosmopolite
Traitement prophylaxie (mesures préventives,
antibiotiques (si autorisés),
lutte biologique

Le chancre bactérien du kiwi est une maladie bactérienne causée par Pseudomonas syringae pv actinidiae (Psa), pathovar qui affecte diverses espèces de kiwis (genre Actinidia).

Cette maladie, décrite pour la première fois au Japon dans les années 1980, a été observée ensuite en Corée, puis en Europe dès 1992 (Italie). Elle a touché la France et la Nouvelle-Zélande depuis 2010.

Elle provoque le dépérissement des plants infectés, entraînants des dégâts importants dans les vergers plantés d'Actinidia, les dégâts les plus graves étant enregistrés sur les variétés à fruits jaunes. Il n'existe pas de traitements curatifs, seules des mesures préventives visant à empêcher l'expansion de la maladie peuvent être envisagées.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Irene Donati, Giampaolo Buriani, Antonio Cellini, Sofia Mauri, Guglielmo Costa et Francesco Spinelli, « New insights on the bacterial canker of kiwifruit (Pseudomonas syringae pv. actinidiae) », Journal of Berry Research, vol. 4,‎ , p. 53–67 (DOI 10.3233/JBR-140073, lire en ligne).
  • (en) Karyn Janine Froud, Kiwifruit bacterial canker in ‘Hayward’ kiwifruit: The application of observational study design and epidemiological techniques to the study of disease outbreaks affecting plant health (thèse), Manawatu (Nouvelle-Zélande), Institute of Veterinary, Animal and Biomedical Sciences - Université Massey, , 276 p. (lire en ligne).

Liens externesModifier