Ouvrir le menu principal

Champignon coprophile

Deconica coprophila se développant sur un excrément.

Un champignon coprophile est un champignon (supérieur ou inférieur) saprophyte[1] qui se nourrit exclusivement ou préférentiellement d'excréments animaux (coprophagie)[2]. L'origine étymologique de l'adjectif coprophile est kopros, le mot grec désignant l'excrément et phil qui signifie "qui aime".

Ces champignons produisent des spores épaisses et très résistantes. Ces dernières sont involontairement ingérées par les animaux herbivores lorsqu'ils consomment des végétaux ou par les animaux carnivores qui mangent des herbivores.

Après avoir transités par le tractus digestif de l'animal, éventuellement d'un humain, ces spores sont expulsés avec les excréments. Si les conditions de température[3] et d'humidité[4],[5],[6],[7] le permettent, ils pourront alors rapidement se développer avant de libérer leurs spores dans la zone environnante, ce qui permettra au cycle biologique de se poursuivre.

Ces champignons sont largement distribués dans le monde, mais plus ou moins présents et variés selon le taux et la variété de mammifères (herbivores, omnivores et carnivores) présents dans les régions considérées, leur climat, type de végétation et selon le gradient de latitude environnemental[8].

La plupart des champignons coprophiles sont de petite taille, et ne sont pas comestibles. Ils peuvent bioaccumuler les métaux lourds, et quelques espèces sont endophytes[9], toxiques, cytotoxiques[10] et/ou hallucinogènes (ex : Psilocybe cubensis et Panaeolus papilionaceus ; les champignons hallucinogènes sont souvent coprophiles[11]). Certaines espèces peuvent aussi être des micoparasites facultatifs[12] ou nécrotrophes[13]

Panaeolus semiovatus var. semiovatus en croissance sur un excrément animal
Microchampignon sur excréments de lapin

Services écosystémiquesModifier

En contribuant à dégrader, éliminer et recycler les excréments de nombreux animaux, les champignons coprophiles jouent un rôle sanitaire important, et ils contribuent au cycle du carbone ainsi qu'à d'autres cycles biogéochimiques et in fine sont une des principales source d’éléments nutritifs pour les sols des pâturages[14]. Ce rôle est très visible et important pour les excréments de grande taille (d'éléphant par exemple[15]), mais il concerne tous les types d'excréments non-immergés.

HabitatsModifier

Beaucoup des champignons coprophiles sont ubiquistes, mais souvent associés uniquement à des excréments de carnivores, ou pour d'autres uniquement à des excréments d’herbivores (avec des espèces différentes selon que l'excrément provienne d'un ruminant ou d'un lagomorphe[16]). La connaissance de ces espèces est encore incomplète, mais quelques espèces semblent strictement inféodées à une seule espèce animale (ou genre ou famille).

Certaines espèces, tel Panaeolus sphinctrinus vivent sur des excréments mais aussi dans divers types de sol, du moment qu'ils soient riche en matière organique[17].

Certaines de ces espèces (telles que Conocybe rickenii) peuvent être trouvés en grand nombre dans les zones où du fumier a été utilisé comme engrais, dans les champs ou dans les jardins[18].

Certains champignons coprophiles sont également connus pour se développer sur des excréments d'animaux omnivores (ex : Chaetomium globisporum que l'on trouve par exemple sur des excréments de rats ou Ascodesmis porcina sur les excrément de porc) ou sur des excréments de carnivores (tel Ascobolus croslandii sur les excréments du chien ; ou Chaetomium rajasthanense trouvé sur ceux du tigre)[19].

Il existe enfin au sein de l'hydromycoflore des champignons aquatiques coprophiles, étudiés par l'hydromycologie[20] mais encore assez mal connus : Ainsi de 1995 à 1997 une étude polonaise a porté sur six plans d'eau différents. Une analyse physicochimique de l'eau a été faite tous les trois mois et une fois par mois les champignons aquatiques ont été recherchés sur les excréments de différents oiseaux d'eau : 3 espèces d'oiseaux aquatiques phytophages (Oie cendrée, Ouette des Andes, Cygne muet), 4 espèces carnivores (Héron cendré, Cigogne blanche, Busard des roseaux et Cormoran) et 3 espèces d'oiseaux omnivores (Érismature à barbillons, Colvert et Mouette rieuse)[13]. Sur ces excréments échantillonnés dans les 6 plans d'eau, les chercheurs ont pu trouver 36 espèces différentes de champignons : la plupart (trente) étaient des oomycètes et six étaient des chytridiomycètes. La variété de ces champignons étaient la plus élevée sur les fientes d'érismature à barbillons, de colverts et de cygnes muets, alors que les fientes d'ouette des Andes, de busard des roseaux et de cormoran en portaient le moins[13]. Certaines espèces de champignons se sont montrés ubiquistes (trouvés sur les fientes de tous les oiseaux retenus par l'étude) ; ce sont Achlya americana, Aphanomyces laevis, Dictyuchus monosporus, Pythium debaryanum, Pythium rostratum, Saprolegnia asterophora, Saprolegnia parasitica et Saprolegnia ferax .
Une information connexes apportée par cette étude est que parmi ces 36 espèces, 11 sont connus comme étant des champignons également parasites ou nécrotrophes de poissons[13]. À cette occasion Rhizophydium ampullaceum et Diasporangium jonesianum ont été détectés pour la première fois en Pologne[13].

DistributionModifier

On les trouve presque partout où vivent des animaux, des zones arctiques froides[21], semi-arides[22] à arides[23], jusqu'au centre du Sahara[24] (sur les excréments de chameau notamment[25]), mais la distribution de la plupart des espèces est très liée à celle des herbivores et notamment des cervidés, bovins, ovins, caprins, chevaux[26], lièvres et lapins[27].

Certains sont relativement ubiquistes. D'autres sont commensaux ou strictement associé à une espèce ou une famille d'espèces, c'est-à-dire ne vivent que dans les excréments d'une seule espèce ou d'un groupe d'espèces proches (ainsi, il semble que Panaeolus sphinctrinus et Coprinus radiatus ou Fimaria equina ne s'épanouissent que sur le crottin de cheval[17], qui était aussi utilisé pour faire croître les champignons de Paris. Ascobolus cervinus vit sur les excrément du cerf ; Coprotus aurorus sur ceux de bovin ; et Ascozonus cunicularis sur les excréments du lapin.

Cycle de vieModifier

Ces champignons relarguent leurs spores autour d'eux, dont sur la végétation qui les entoure. Certains passeront dans le tube digestif d'animaux et germeront après la défécation[28].

Les fructifications de ces champignons se forment lors de la croissance (généralement rapide) du champignon sur des excréments d'animaux[29]. Les mycologues savent depuis les années 1920 au moins que - bien que dépourvus de chlorophylle - de nombreux champignons coprophiles (Basidiomycetes notamment) sont très sensibles à la lumière, leurs sporanges ou conidies n'apparaissant par exemple que quand ils sont exposées à la lumière où à certaines longueurs d'onde lumineuses[30]. Quelques espèces se développent dans le noir (tel le champignon de Paris cultivés en caves) mais d'autres nécessitent au moins une brève exposition à la lumière, qui suffit pour enclencher la production de sporophores)[30]. Certains de ces champignons semblent particulièrement sensible à la lumière ultra-violette qui en quantité similaire à ce qu'elle est dans l'environnement ne les tuent pas mais qui modifient la production de spore et l'apparence des colonies[30].

Dissémination des propagules : Elle se fait en partie par zoochorie, via le tube digestif des animaux. Les spores ingérées avec la nourriture sont protégées par une épaisse paroi. Cette dernière résiste assez à l'abrasion, aux acides et aux enzymes digestifs pour que la spore soit encore vivante en fin de digestion et prête à germer ; Présente dans l’excrément, elle germera alors dans et sur les excréments exposés à l'air. Les spores sont si robustes que les échantillons d'excréments peuvent être séchés puis réhydratés, sans nuire au pouvoir germinatif de ces spores qui produiront des fructifications après quelques semaines[31].

Chez certaines espèces coprophiles, pour que leurs gènes soient correctement disséminés, le champignons a développé au cours de l'évolution des moyens originaux d'expulsion de ses spores à une relativement grande distance[32]. Un exemple remarquable de tel procédé est présent dans le genre Pilobolus : Dans ses fructifications en développement s'accumule un liquide sous pression. Sous l'effet de la pression croissante, la partie terminale de la tige portant la spore se rompt, l'expulsant jusqu'à deux mètres de distance[33] et à une vitesse très inhabituelle dans le monde vivant[34]. Il semble plausible que des insectes coprophages puissent aussi véhiculer des spores d'un excréments à l'autre.

AlimentationModifier

Les excréments de divers animaux fournissent à de nombreuses espèces de bactéries, et à plusieurs espèces, genre et familles de champignons un environnement riche en matière azotée et en carbone. Ils ont été en partie stérilisé par les enzymes du système digestif de l'animal.

Souvent plusieurs espèces de champignons coprophiles peuvent être présentes (ou se succéder[35],[36],[37]) sur un même excrément.

Interactions entre champignons, et avec d'autres espèces coprophiles (insectes)Modifier

De telles interactions ont été clairement constatées[38],[39]. Elles pourraient parfois être symbiotiques (Par exemple, il a été constaté que les crottes de lapin sont plutôt colonisées par certaines espèces que d'autres, avec comme ordre d'efficacité : C. bostrychodes> S. macrospora> A. viridulus, mais une colonisation par plusieurs espèces rend la décomposition plus complète (Autrement dit : que la ressource est alors plus complètement exploitée par les champignons).

Inversement de nombreuses autres interactions semblent de nature a priori compétitives[40],[41] entre les hyphes d'espèces différentes ont été démontrées in vitro et semblent fréquentes in vivo dans la nature[42]. Elles peuvent contribuer aux antagonismes constatés entre certaines espèces de champignons coprophiles[43],[44],[45]

Il a aussi été expérimentalement démontré que la présence de certaines larves d'insectes coprophages réduisait fortement le nombre d'espèces de champignons coprophiles sur l’excrément considéré[46],[47]. La présence sur des crottes de lapins de larves coprophages du diptère Lycoriella mali (Diptera: Sciaridae) ne semble toutefois pas affecter la croissance de champignons spécialisés, ni l'efficacité de la dégradation de l'excrément, ni la proportion de spores produits par les champignons[48].

Utilisations scientifiquesModifier

  • Indices paléoenvironnementaux : Les spores de ces champignons sont bien conservées dans certains milieux (tourbe, sédiment, intestin de mammouth congelé dans le permafrost[49]), ce qui en font de bonnes indicatrices de présence passée (ou actuelle) de troupeaux d'herbivores. Ces spores sont donc recherchées parmi les microfossiles « non-polliniques » lors des études de paléogéographie, paléoclimatologie, Paléoécologie[50],[51],[52],[53], pour dater l’extinction de la mégafaune en Europe au quaternaire[54], ou pour des études historiques du pastoralisme, dont par exemple dans les Pyrénées[55],[56]
  • Intérêts techniques et industriels  : le secteur des biotechnologies et celui de la pharmacochimie s'intéressent aux enzymes qu'ils produisent, notamment pour dégrader la lignine[57] et la cellulose[58], car pouvant par exemple être utilisés pour la production de biocarburants ou d'agrocarburants[59], métabolites biologiquement actifs[60],[61] ou de molécules fongicides[62],[63],[64],[65] ou antibiotiques[66] produites par certaines espèces pour éliminer leurs concurrentes[67],[68].

les grands groupes de champignons coprophilesModifier

On distingue souvent les

  • Ascomycota : 180 espèces strictement coprophiles[69] environ strictement coprophiles, dont
    • « Discomycètes » (appellation désuète mais encore utilisée par commodité), avec à titre d'exemple pour l'Europe de l'ouest : Ascobolus (52 espèces), Ascodesmis (6 espèces), Ascophanus (20 espèces), Ascozonus (4 espèces), Cheilymenia (= Coprobia) (42 espèces), Coprotus (19 espèces), Peziza (5 espèces coprophiles), Fimaria (= Pseudombrophila) (28 espèces), Saccobolus (26 espèces), Thelebolus (= Ryparobius) (7 espèces).
    • « Pyrénomycètes » (appellation désuète mais encore utilisée par commodité) dont à titre d'exemple pour l'Europe de l'ouest : Arachniotus (1 espèce), Arnium (11 espèces), Bombardioidea (4 espèces), Chaetomium (81 espèces), Coniochaeta (35 espèces), Delitschia (46 espèces), Hypocopra (30 espèces), Podospora (78 espèces), Sordaria (10 espèces), Sporormiella (70 espèces). (2)
  • Basidiomycota : 80 espèces environ, strictement coprophiles ; Conocybe (10 espèces), Coprinus (30 espèces), Panaeolus (6 espèces), Psathyrella (4 espèces), Psilocybe (8 espèces), Stropharia (2 espèces).
  • Zygomycota : 20 espèces environ, strictement coprophiles : Absidia (2 espèces), Pilobolus (3 espèces).
  • Autres : Bien que n'étant pas inféodés aux excréments, des Fungi imperfecti[70] et Myxomycètes[71] peuvent aussi s'y développer.

Dénomination et sémantiqueModifier

De nombreuses espèces de champignons (ex : Coprin) portent un nom commun[72] qui les associe aux excréments via une racine grecque ou latine, avec par exemple :

  • copr. (gr.) ; kopros = fiente ;
  • scat. (gr.) ; skatos = excrément ;
  • fim. (lat.) ; fimus = fumier ;
  • merd. (lat.) ; merda = merde ;
  • sterc. (lat.) ; stercus = fumier.

C'est le cas aussi pour les noms de genre scientifique : Coprinus, (Coprobia), Coprobolus, Copromyces, Copromyxa, Coprotinia, Coprotus, Fimaria, Fimetariella, Hypocopra.

C'est également le cas pour des noms d'espèces.

Certains noms scientifique associent en outre le nom d'espèce d'un champignon à celui de l'animal qui produit l'excrément sur lequel grandira le champignon, avec par exemple Peziza bovina (pour les bovins) Delitschia canina (pour les chiens), Schizothecium cervinus (pour le cerf), Fimaria equina (pour le cheval), Ascodesmis porcina pour le porc, Sordaria humana pour l'être humain.

État des populations, pressions et réponsesModifier

Les champignons sont en régression sur une grande partie de leur aire naturelle et potentielle de répartition, en raison notamment des traitements phytosanitaires fongicides, mais aussi de certains traitements vétérinaires[73]

Quelques exemplesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Hudson HJ (1972) Fungal saprophytism (No. 32).
  2. Lepp, Heino; Fagg, Murray. "Dung fungi". Australian National Botanic Gardens. Consulté 2009-03-30.
  3. Wicklow D.T & Moore V (1974) Effect of incubation temperature on the coprophilous fungal succession. Transactions of the British Mycological Society, 62(2), 411-415 (résumé).
  4. Kuthubutheen A.J & Webster J (1986) Effects of water availability on germination, growth and sporulation of coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 86(1), 77-91 (résumé)
  5. Harrower, K. M., & Nagy, L. A. (1979). Effects of nutrients and water stress on growth and sporulation of coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 72(3), 459-462 (résumé).
  6. Kuthubutheen, A. J., & Webster, J. (1986) Water availability and the coprophilous fungus succession. Transactions of the British Mycological Society, 86(1), 63-76.
  7. Kuthubutheen A.J & Webster J (1986) Water availability and the coprophilous fungus succession. Transactions of the British Mycological Society, 86(1), 63-76 (résumé).
  8. Eduardo Piontelli L., Rodriguo Cruz C., M. Alicia Toro S. M., 2006. Coprophilous fungal community of wild rabbit in a pak of a hospital (Chile):A Taxonomic Approach. Boléin micologico, Vol 21: 1- 17
  9. Suryanarayanan T.S, Kumaresan V & Johnson J.A (1998) Foliar fungal endophytes from two species of the mangrove Rhizophora. Canadian Journal of Microbiology, 44(10), 1003-1006 (résumé).
  10. Whyte A.C, Gloer J.B, Scott J.A & Malloch D (1996) Cercophorins AC: novel antifungal and cytotoxic metabolites from the coprophilous fungus Cercophora areolata. Journal of natural products, 59(8), 765-769.(résumé)
  11. Chavant L & Amouroux N (2000). Champignons supérieurs et intoxications. Revue française des laboratoires, 2000(323), 57-69.
  12. Weber R.W & Webster J (1997) The coprophilous fungus Sphaeronaemella fimicola, a facultative mycoparasite. Mycologist, 11(2), 50-51.
  13. a b c d et e Bazyli Czeczuga & Bożenna Mazalska (2000) Zoosporic aquatic fungi growing on avian excrements in various types of water bodies ; Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters ; Vol.30, n°4, décembre 2000, Pages 323–330, mis en ligne le 16 aout 2005 (résumé)
  14. Ricou G.E (1981) Contribution à l’étude de la dynamique des populations coprophiles : biocénose des fèces en Margeride lozérienne. DES, Université de Rouen, France, 184p
  15. Masunga, G. S., Andresen, Ø., Taylor, J. E., & Dhillion, S. S. (2006). Elephant dung decomposition and coprophilous fungi in two habitats of semi-arid Botswana. Mycological research, 110(10), 1214-1226.
  16. Wicklow D.T, Angel K & Lussenhop J (1980) Fungal community expression in lagomorph versus ruminant feces. Mycologia, 1015-1021 (résumé).
  17. a et b Pegler, p 164 (voir bibliographie)
  18. Pegler, p 163 (voir bibliographie)
  19. Lodha B.C (1964). "Studies on coprophilous fungi. II; Chaetomium". Antonie van Leeuwenhoek 30 (1): 163–167 ; décembre 1964 Doi:10.1007/BF02046722. PMID 14195246.
  20. Batko 1 (1975) Zarys hydromikologii [An outline of hydromycology] 478 pp. (en Polonais) PWN, Leiden, Pays-Bas
  21. Booth T (1982) Taxonomic notes on coprophilous fungi of the Arctic: Churchill, Resolute Bay, and Devon Island. Canadian Journal of Botany, 60(7), 1115-1125 (résumé)
  22. Angel, S. K., & Wlcklow, D. T. (1983). Coprophilous fungal communities in semiarid to mesic grasslands. Canadian Journal of Botany, 61(2), 594-602 (résumé).
  23. Locquin-Linard M (1988). 1) Étude de la mycoflore coprophile des zones arides et semi-arides du nord de l'Afrique : 2) Étude de l'amyloeidicite des" huelle cells" chez les emericella (ascomycetes) (Doctoral dissertation, Paris 6).
  24. Faurel, L., & Schotter, G. (1965). Notes Mycologiques. IV. Champignons coprophiles du Sahara central et notamment de la Tefedest. Revue de Mycologie, 30, 141-165.
  25. Bagy M.M.K, Moharram, A.M & Abdel-Mallek A (1986) Coprophilous fungi of the camel. Bull. Fac. Sci., Assiut Univ, 15(1), 1-10.
  26. Piontelli E, Santa-maria M.A.T & Caretta G (1981) Coprophilous fungi of the horse Mycopathologia, 74(2), 89-105 (résumé).
  27. Wicklow, D. T., & Yocom, D. H. (1981). Fungal species numbers and decomposition of rabbit faeces. Transactions of the British Mycological Society, 76(1), 29-32 (résumé).
  28. Trappe J.M & Maser C (1976) Germination of spores of Glomus macrocarpus (Endogonaceae) after passage through a rodent digestive tract. Mycologia, 433-436 (résumé).
  29. Pegler, p 262 (voir bibliographie)
  30. a b et c Porter, C. L., & Bockstahler, H. W. (1928, January). Concerning the reaction of certain fungi to various wave lengths of light. In Proceedings of the Indiana Academy of Science (Vol. 38, pp. 133-136)
  31. Richardson, Michael J. (2001). "Coprophilous fungi from Brazil" . Brazilian Archives of Biology and Technology (Brazilian Archives of Biology and Technology) 44 (3): 283–289. doi:10.1590/S1516-89132001000300010. ISSN 1516-8913 . Consulté 30 mars 2009.
  32. Wicklow, Donald T.; Carroll, George C. (1992). The Fungal community : its organization and role in the ecosystem . New York: M. Dekker. p. 715. (ISBN 0-8247-8605-X). Consulté 30 mars 2009.
  33. Deacon, J. W. (1997). Modern mycology. Oxford: Blackwell Science. p. 166. (ISBN 0-632-03077-1). Retrieved 30 March 2009.
  34. Yafetto, L., Carroll, L., Cui, Y., Davis, D. J., Fischer, M. W., Henterly, A. C., ... & Money, N. P. (2008). The fastest flights in nature: high-speed spore discharge mechanisms among fungi. PLoS One, 3(9), e3237
  35. Harper J.E. & Webster J (1964), An experimental analysis of the coprophilous fungus succession ; Transactions of the British Mycological Society Vol.47, n°4, décembre 1964, Pages 511–530 (résumé)
  36. Richardson, M. J. (2002) The coprophilous succession. Fungal Diversity, 10, 101-111.
  37. Nagy L.A & Harrower K.M (1979) Analysis of two southern hemisphere coprophilous fungus successions. Transactions of the British Mycological Society, 72(1), 69-74 (résumé).
  38. Weber, R. W., & Webster, J. (1998). Stimulation of growth and reproduction of Sphaeronaemella fimicola by other coprophilous fungi. Mycological research, 102(09), 1055-1061 (résumé).
  39. Lussenhop J, Kumar R, Wicklow D.T & Lloyd, J.E. (1980) Insect effects on bacteria and fungi in cattle dung. Oikos, 54-58.
  40. Wicklow D.T. & Hirschfield B.J (1979) Evidence of a competitive hierarchy among coprophilous fungal populations. Canadian journal of microbiology, 25(7), 855-858 (résumé).
  41. ex : Gloer J.B & Truckenbrod S.M (1988) Interference competition among coprophilous fungi: production of (+)-isoepoxydon by Poronia punctata. Applied and environmental microbiology, 54(4), 861-864.
  42. Ikediugwu, F. E. O., & Webster, J. (1970). Hyphal interference in a range of coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 54(2), 205-IN6 (résumé
  43. Ikediugwu, F. E. O., & Webster, J. (1970). Antagonism between Coprinus heptemerus and other coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 54(2), 181-IN4.
  44. Singh N & Webster J (1973) Antagonism between stilbella erythrocephala and other coprophilous fungi  ; Transactions of the British Mycological Society Volume 61, N°3, décembre 1973, Pages 487–495, IN3
  45. Ikediugwu F.E.O & Webster J (), Hyphal interference in a range of coprophilous fungi  ; Transactions of the British Mycological Society Vol. 54, N°2, avril 1970, Pages 205–210, IN6 (résumé)
  46. Wicklow, D. T., & Yocom, D. H. (1982). Effect of larval grazing by Lycoriella mali (Diptera: Sciaridae) on species abundance of coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 78(1), 29-32.(résumé)
  47. Lussenhop J & Wicklow D.T (1985) Interaction of competing fungi with fly larvae. Microbial ecology, 11(2), 175-182 (résumé).
  48. Lussenhop, J., & Wicklow, D. T. (1985). Interaction of competing fungi with fly larvae. Microbial ecology, 11(2), 175-182. (résumé)
  49. Aptroot, A., & van Geel, B. (2006). Fungi of the colon of the Yukagir Mammoth and from stratigraphically related permafrost samples. Review of Palaeobotany and Palynology, 141(1), 225-230 (résumé).
  50. López-Sáez, J. A., & López-Merino, L. (2011) Coprophilous fungi as a source of information of anthropic activities during the Prehistory in the Amblés Valley (Ávila, Spain): the archaeopalynological record. Revista Española de Micropaleontología, 39(1-2), 103-116.
  51. Graf, M. T., & Chmura, G. L. (2006) Development of modern analogues for natural, mowed and grazed grasslands using pollen assemblages and coprophilous fungi. Review of Palaeobotany and Palynology, 141(1), 139-149 (résumé).
  52. A. Ekblom, L. Gillson (2010) Dung fungi as indicators of past herbivore abundance, Kruger and Limpopo National Park Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, Volume 296, Issues 1–2, 1 Oct. 2010, Pages 14–27 (résumé
  53. van Geel, B., Buurman, J., Brinkkemper, O., Schelvis, J., Aptroot, A., van Reenen, G., & Hakbijl, T. (2003). Environmental reconstruction of a Roman Period settlement site in Uitgeest (The Netherlands), with special reference to coprophilous fungi. Journal of Archaeological Science, 30(7), 873-883 (résumé)
  54. Wood, J. R., & Wilmshurst, J. M. (2013). Accumulation rates or percentages ? How to quantify Sporormiella and other coprophilous fungal spores to detect late Quaternary megafaunal extinction events. Quaternary Science Reviews, 77, 1-3.
  55. Cugny, C. (2011). Apports des microfossiles non-polliniques à l'histoire du pastoralisme sur le versant nord Pyrénéen: entre référentiels actuels et reconstitution du passé (Doctoral dissertation, Université Toulouse le Mirail-Toulouse II)
  56. Cugny, C., Mazier, F., & Galop, D. (2010). Modern and fossil non-pollen palynomorphs from the Basque mountains (western Pyrenees, France) : the use of coprophilous fungi to reconstruct pastoral activity. Vegetation History and Archaeobotany, 19(5-6), 391-408.
  57. Wicklow D.T, Detroy R.W & Adams S (1980) Differential modification of the lignin and cellulose components in wheat straw by fungal colonists of ruminant dung : ecological implications. Mycologia, 1065-1076 (résumé).
  58. Al-deen, S. J., Al-Habbeb, E. K., & Abdullah, S. K. (1990) Cellulolytic activity of coprophilous fungi. Cryptogamic Botany, 2(1), 25-29 (résumé).
  59. Xie, N. (2014). Caractérisation fonctionnelle des gènes de laccases et de bilirubine oxydases, appartenant à la famille des gènes multicopper oxydases, chez le champignon coprophile Podospora anserina: vers une meilleure compréhension de la dégradation de la lignocellulose par les champignons (Doctoral dissertation, Paris 7) (résumé)
  60. Weber R.W, Meffert A, Anke H & Sterner O (2005) Production of sordarin and related metabolites by the coprophilous fungus Podospora pleiospora in submerged culture and in its natural substrate. Mycological research, 109(05), 619-626 (résumé).
  61. Krohn, K., Flörke, U., John, M., Root, N., Steingröver, K., Aust, H. J., ... & Zsila, F. (2001). Biologically active metabolites from fungi. Part 16: New preussomerins J, K and L from an endophytic fungus: structure elucidation, crystal structure analysis and determination of absolute configuration by CD calculations. Tetrahedron, 57(20), 4343-4348.
  62. Weber, H. A., Baenziger, N. C., & Gloer, J. B. (1988) Podosporin A: a novel antifungal metabolite from the coprophilous fungus Podospora decipiens (Wint.) Niessl. The Journal of Organic Chemistry, 53(19), 4567-4569 (résumé).
  63. Alfatafta, A. A., Gloer, J. B., Scott, J. A., & Malloch, D. (1994). Apiosporamide, a new antifungal agent from the coprophilous fungus Apiospora montagnei. Journal of natural products, 57(12), 1696-1702 (résumé).
  64. Weber, H. A., & Gloer, J. B. (1991). The preussomerins: novel antifungal metabolites from the coprophilous fungus Preussia isomera Cain. The Journal of Organic Chemistry, 56(14), 4355-4360 (résumé).
  65. Lehr, N. A., Meffert, A., Antelo, L., Sterner, O., Anke, H., & Weber, R. W. (2006). Antiamoebins myrocin B and the basis of antifungal antibiosis in the coprophilous fungus Stilbella erythrocephala (syn. S. fimetaria). FEMS microbiology ecology, 55(1), 105-112.
  66. Bills, G. F., Gloer, J. B., & An, Z. (2013) Coprophilous fungi: antibiotic discovery and functions in an underexplored arena of microbial defensive mutualism. Current opinion in microbiology, 16(5), 549-565.
  67. Weber H.A, Baenziger N.C & Gloer J.B (1990) Structure of preussomerin A: an unusual new antifungal metabolite from the coprophilous fungus Preussia isomera. Journal of the American Chemical Society, 112(18), 6718-6719 (résumé).
  68. Dinith R. Jayanetti, Qun Yue, Gerald F. Bills, and James B. Gloer (2014), Hypocoprins A–C: New Sesquiterpenoids from the Coprophilous Fungus Hypocopra rostrata ; Journal of Natural Products
  69. Source des chiffres Dictionary of the Fungi (9e édition, 2001), cité par
  70. Seifert, Kendrick & Murase (1983) et Ellis & Ellis (1988), cités par Rémi Péan & Jean Mornand
  71. Eliasson & Lundqvist (1979).
  72. Escalon : Précis de Myconymie (1980)
  73. Guillitte O & Fraiture A (2007) L’érosion de la biodiversité : les champignons
  74. a et b Pegler (voir p. 162)
  75. coprophiles de Belgique, C. (1889). V. Note sur le Bommerella trigonospora. Bull. Soc. Roy. Bot. Belgique, 281, 261-271.
  76. a b c et d Pegler (voir p. 163)
  77. a b et c Pegler (voir p. 164)
  78. a et b (en) Brodie, Harold J., The Bird's Nest Fungi, Toronto, University of Toronto Press, , 101–102 p. (ISBN 0-8020-5307-6)
  79. a b et c Pegler, p. 165

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

BibliographieModifier

  • Pegler, David N. (1983) Mushrooms and Toadstools. London: Mitchell Beazley Publishing. p. 162–165. (ISBN 0-85533-500-9).
  • Brummelen van : Monographie des genres Ascobolus et Saccobolus (1967)
  • Richardson MJ & Roy Watling (1997) Keys to Fungi on Dung.
  • Richardson MJ (2008). Records of French coprophilous fungi. Cryptogamie. Mycologie, 29(2), 157-177.
  • Slupinsky : Quelques Ascomycètes stercoricoles (1991 – 1993)
  • Moreau : Les genres Sordaria et Pleurage (1953)
  • Cailleux et Komorn : Dictionnaire des racines scientifiques (1965)
  • Caillet et Moyne : Pyrenomycètes de Franche-Comté (1983-1985)
  • Delpont M (2012). Description d’une récolte de Podospora australis, taxon rarement signalé, issue d’une station en pelouse sèche exceptionnellement riche en champignons coprophiles.
  • Ekblom A & Gillson L (2004) Dungi Fungi ; Mycological Research, Vol.108, N°9, , Pages 1105–1106
  • Fisher, P. J., & Petrini, O. (1988). Tissue specificity by fungi endophytic in Ulex europaeus. Sydowia, 40, 46-50.
  • Ikediugwu, F. E. O., & Webster, J. (1970). Hyphal interference in a range of coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 54(2), 205-IN6 (résumé).
  • Lodha B.C (1971) Studies on coprophilous fungi. IV. Some cleisto-thecial Ascomycetes. Indian Bot Soc J.
  • McGranaghan, P., Davies, J. C., Griffith, G. W., Davies, D. R., & Theodorou, M. K. (1999) The survival of anaerobic fungi in cattle faeces. FEMS Microbiology Ecology, 29(3), 293-300.
  • Page, W. M. (1939). Contributions to the life history of certain coprophilous fungi. Transactions of the British Mycological Society, 23, 253-IN2 (résumé).
  • Richardson MJ (2001) Diversity and occurrence of coprophilous fungi ; Mycological Research, Volume 105, Issue 4, April 2001, Pages 387–402 (résumé)
  • Xie, N. (2014). Caractérisation fonctionnelle des gènes de laccases et de bilirubine oxydases, appartenant à la famille des gènes multicopper oxydases, chez le champignon coprophile Podospora anserina: vers une meilleure compréhension de la dégradation de la lignocellulose par les champignons (Doctoral dissertation, Paris 7) (résumé)