Ouvrir le menu principal

Chambre régionale de l'économie sociale

Les chambres régionales de l'économie sociale (CRES) rassemblent, dans chacune des 22 régions de France métropolitaine ainsi qu'à La Réunion, en Martinique et en Guadeloupe, les unions, fédérations et grandes entreprises de l'économie sociale, c'est-à-dire issues des familles coopératives, mutualistes et associatives. Elles sont constituées en association et ne sont donc pas, à la différence des chambres de commerce et d'industrie, de métiers ou d'agriculture, des organismes consulaires. Certaines émettent le vœu d'en obtenir le statut, mais cette question reste aujourd'hui en débat.

HistoriqueModifier

Les CRES existent en fait depuis plus de trente ans. À l'origine, dans les années 1970, il existait des groupements régionaux de la coopération (à l'instar du groupement national de la coopération). Ceux-ci se sont ouverts au mouvement mutualiste en devenant des groupements régionaux de la coopération et de la mutualité (GRCM), puis au mouvement associatif en devenant alors des groupements régionaux de la coopération, de la mutualité et des associations (GRCMA).

En 1993, à l'initiative du GRCMA Poitou-Charentes, l'idée est venue de leur donner la dénomination de « chambres régionales de l'économie sociale », notamment pour affirmer le rôle irremplaçable de l'économie sociale dans le développement économique et montrer que l'on pouvait entreprendre autrement, au service des hommes et non pour la seule recherche de l'enrichissement personnel.

Quand, dans les années 1970-1980, est apparu le nouveau concept d'économie solidaire, certaines CRES ont voulu marquer la parenté des deux concepts et la volonté de privilégier l'union en adoptant la dénomination de « chambres régionales de l'économie sociale et solidaire » (CRESS).

MissionsModifier

Les CRES ont pour mission de représenter l'économie sociale sur le territoire régional auprès des pouvoirs publics (État et collectivités territoriales), de promouvoir le concept d'économie sociale dans l'opinion publique (médias, Éducation nationale, etc.) et d'en assurer le développement.

Ces missions se placent dans le respect du principe de subsidiarité en laissant aux fédérations adhérentes le rôle premier de soutien et d'assistance des structures locales. Les CRES ne fédèrent donc pas de manière directe les structures de base, celles-ci en sont membres par le biais des structures fédératives que se sont données les acteurs de terrain.

S'il existe une CRES dans chaque région, toutes ont déjà leur histoire en fonction des réalités régionales. Elles ont chacune une équipe permanente de salariés, mais les effectifs varient d'une région à l'autre. De ce fait, les activités et les missions ne connaissent pas le même développement.

Une majorité des CRES ont accepté de gérer le dispositif 10 b « Appui aux micro-projets associatifs » du Fonds social européen, d'autres assurent la coordination des dispositifs locaux d'accompagnement des structures associatives. Toutes assurent les missions de base de représentation et promotion des structures d'économie sociale.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier