Chalandrítsa

bourg grec
(Redirigé depuis Chalandritsa)

Chalandrítsa
(el) Χαλανδρίτσα
Chalandrítsa
Vue printanière de Chalandrítsa.
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Grèce-Occidentale
District régional Achaïe
Dème Érymanthe
Code postal 250 08
Indicatif téléphonique 2694
Immatriculation AX
Démographie
Population 1 047 hab. (2011[1])
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 07′ 00″ nord, 21° 48′ 00″ est
Altitude 334 m
Superficie 2 650,1 ha = 26,501 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Chalandrítsa
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Chalandrítsa

Chalandrítsa (grec moderne : Χαλανδρίτσα) est une ville de Grèce en Achaïe.

Vestiges mycéniens de Chalandrítsa

Elle fait partie depuis la réforme de 2011 de la municipalité d'Érymanthe[2].

GéographieModifier

La ville est située dans les collines au nord de la rivière Peiros (en) à 17 km au Sud de Patras. Chalandrítsa est au bord d'une faille sismique, qui a provoqué un petit tremblement de terre en [3].

HistoireModifier

Peuplée depuis le paléolithique des vestiges d'un habitat préhistorique y ont été découverts. Les maisons étaient situées sur le bord de la colline et il est supposé qu'il y avait un bâtiment public ou un temple au centre. De même un cimetière mycénien a été trouvé à proximité. Ont été aussi exhumés des poteries et outils de pierre datant du XIe siècle av. J.-C.

Au XIIIe-XIVe siècle, elle constitue une des baronnies de la principauté d'Achaïe, ayant été donnée en fief vers 1206 à un membre de la famille de Dramelay[4], puis est achetée par Martin Zaccaria.

Pendant la guerre d'indépendance grecque, elle est brûlée par une troupe de 2 000 Turcs (). En , en représailles à une attaque partisane l'armée italienne d'occupation tire sur la ville. Enfin, lors de la guerre civile grecque en 1948, elle est le théâtre de violents combats entre les forces gouvernementales et les rebelles.

BibliographieModifier

  • Penelope A. Mountjoy, Regional Mycenaean Decorated Pottery, vol.2, 1999, p.1176
  • Anthony M. Snodgrass, The Dark Age of Greece, 2000, p.171-173 (Lire en ligne) 

Personnalité née à ChalandrítsaModifier

Notes et référencesModifier

  1. (el) « Résultats du recensement de la population en 2011 »
  2. Ministère de l'Intérieur (en grec)
  3. Géophysique
  4. Antoine Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d'Achaïe, Bibliothèques de l'École française d'Athènes et de Rome - Série Athènes, 213, 1, (lire en ligne) p.107

Liens externesModifier