Ouvrir le menu principal

Centre de recherche en ethnomusicologie

centre de recherche français
Centre de Recherche en Ethnomusicologie
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Paris, Nanterre depuis 2009
Pays
Organisation
Direction
Christine Guillebaud et Aurélie Helmlinger
Affiliation
Site web

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) fait partie du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC UMR 7186, CNRS Université Paris Nanterre). Il se consacre à l'étude des pratiques et des savoirs musicaux. Anciennement hébergé au musée de l'Homme, le CREM est implanté depuis 2009 sur le campus de l'université Paris Nanterre.

HistoriqueModifier

1929 : André Schaeffner crée le Département d'organologie du musée d'Ethnographie du Trocadéro, rattaché à la chaire d'anthropologie du Muséum national d'histoire naturelle

1932 : au retour de la mission Dakar-Djibouti durant laquelle il a collecté des enregistrements sonores, André Schaeffner crée une phonothèque. Il organise dans les salles publiques des concerts hebdomadaires de musique enregistrée. Le département d'organologie prend le nom de département d'ethnologie musicale.

1937 : à l'occasion de l'Exposition universelle de 1937, l'établissement prend le nom de Musée de l'Homme

1941 : Gilbert Rouget entre au musée de l'Homme comme assistant (Service des Chantiers intellectuels et artistiques) d'André Schaeffner

1946 : première publication des Éditions du Musée de l'Homme : une collection de trente disques 78 tours de musique de Madagascar, enregistrée sur le terrain en 1938 par Henry Clérisse

1947 : création d'un studio d'enregistrement du son au musée de l'Homme

1948 : Constantin Brăiloiu entre au musée de l'Homme et devient maître de conférence au CNRS (à préciser).

1950 : début des "Travaux pratiques en ethnomusicologie", dirigés par Gilbert Rouget, dans le cadre du certificat de licence de la Sorbonne

1959 : inauguration d'une salle des Arts et techniques au musée de l'Homme, dans laquelle André Schaeffner réalise une grande section sur la musique (refaite en 1985 par Geneviève Dournon sous le nom de "Salon de musique")

1961 : création de cours réguliers en ethnomusicologie dans le cadre du certificat de licence de la Sorbonne

1965 : Gilbert Rouget succède à André Schaeffner. Il est nommé chef du Département d'ethnomusicologie du musée de l'Homme.

1967-1968 : le département devient Laboratoire d'analyse du son (à confirmer) ?

1968 : création et mise en place au département d'un programme de collecte et d'archivage des musiques de tradition orale et d'une formation de recherche du CNRS appelée RCP 178 "Recherches d'ethnomusicologie et études de littératures orales dans le monde non-français" (ou "Études d'ethnomusicologie" à confirmer), qui deviendra l'équipe de recherche 165.

À dater : l'équipe de recherche devient le Laboratoire d'ethnomusiologie (CNRS, Musée de l'Homme)

1975 : mise en place progressive d'un cursus complet d'ethnomusicologie à l'université Paris X Nanterre (devenue université Paris Ouest Nanterre La Défense)

2007 : L'équipe est intégrée au Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative et prend le nom de Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM)

2009 : fermeture du musée de l'Homme pour rénovation et déménagement du CREM à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense. Une partie des archives sonores (collections inédites et le fonds des 78 tours) est désormais conservée au Département de l'audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France

2011 : Les archives sonores CNRS Musée de l'Homme sont consultables en ligne (sur Telemeta[1], plateforme web libre et ouverte[2]

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier