Michel Andrault

architecte français

Michel Andrault, né le à Montrouge, mort le à Paris[1], est un architecte français.

Michel Andrault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Michel Pierre AndraultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Archives conservées par

Il est le fondateur, avec Pierre Parat, de l'agence ANPAR.

BiographieModifier

Fils d'une couturière et d'un vendeur d’équipements pour voitures et vélos, il est alité deux ans par la tuberculose[1].

Il entre aux Beaux-Arts de Paris, section architecture, auprès d’Eugène Beaudouin dont il devint le massier de l'atelier. Il conçoit le centre commercial des Blagis dans un ensemble réalisé par son professeur à Sceaux[1].

Diplômé en 1955, il s'associe à son condisciple Pierre Parat en 1957[2]. La même année, deuxièmes des concours pour un mausolée à Karachi, pour le Musée national d'Alep et pour l’assemblée territoriale de Conakry, ils emportent le concours pour la construction de la Basilique-sanctuaire Madonna delle Lacrime[1].

Ce projet leur donne une notoriété. Ils sont sollicités par la Caisse des dépôts et consignations pour la construction de logements, travaillent avec Bouygues[1]. Ensemble, ils bâtissent 19 000 logements[1], notamment autour du concept de logements en pyramides[2] comme alternatives aux barres et aux tours[1], à Évry, Villepinte, Champs-sur-Marne, Plaisir, Coulommiers, Fontenay-sous-Bois, Epernay[2]… Ils réalisent également le siège d’Havas à Neuilly et celui des AGF à Madrid, le Palais omnisports de Paris-Bercy, la tour Totem, les tours Chassagne et Alicante, Séquoia et Kupka à La Défense où ils réhabilitent également le CNIT[1].

Sculpteur, camarade aux Beaux-Arts de César, Maurice Calka, Alain Métayer, et Gérard Singer, quand Parat s'adonne à la peinture, Andrault porte une grande importante à la sculpture et à l'espace public dans les projets, à l'instar du Canyoneaustrate de Singer à Bercy, la place sculptée de la ZUP de Bernon à Épernay par Philolaos, qui réalise également plusieurs œuvres pour des collèges, les sols et amphithéâtres extérieurs du Centre Pierre-Mendès-France[1] et les hauts reliefs en béton gravés des halls de l'ensemble Horizon 80 à Saint-Laurent-du-Var par Yvette Vincent-Alleaume et Bernard Alleaume.[2]

Michel Andrault et Pierre Parat se séparent en 1995.

Proche du collectionneur d'arts premiers Jacques Kerchache, Andrault se constitue lui même une collection d’objets précolombiens, africains, de Nouvelle-Irlande et de Birmanie[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j « L’architecte Michel Andrault est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2020)
  2. a b c et d « Hommage de Franck Riester, ministre de la Culture, à l’architecte Michel Andrault », Ministère de la Culture et de la communication, 17 avril 2020.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier