Ouvrir le menu principal

Château de Cecilienhof
Image illustrative de l’article Cecilienhof
La facade principale du château.
Nom local Schloss Cecilienhof
Période ou style Historicisme
Architecte Paul Schultze-Naumburg
Début construction
Fin construction
Propriétaire initial Guillaume de Prusse
Destination initiale Résidence
Propriétaire actuel Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg
Destination actuelle Musée et hôtel
Protection Patrimoine mondial Patrimoine mondial
Site web https://www.spsg.de/schloesser-gaerten/objekt/schloss-cecilienhof/
Coordonnées 52° 25′ 09″ nord, 13° 04′ 15″ est
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Brandebourg
Localité Potsdam

Géolocalisation sur la carte : Brandebourg

(Voir situation sur carte : Brandebourg)
Château de Cecilienhof

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
Château de Cecilienhof

Le château de Cecilienhof (en allemand : Schloss Cecilienhof) est le dernier château prussien construit sous le règne de la maison de Hohenzollern pour servir de résidence au couple princier, Kronprinz Guillaume de Prusse et son épouse la princesse Cécilie de Mecklembourg-Schwerin. Situé à Potsdam à côté de Berlin, près du bord du Jungfernsee, l'ensemble des bâtiments fut édifié entre 1913 et 1917 sur la base des plans de l'architecte Paul Schultze-Naumburg.

Le château est surtout connu pour être le lieu où la conférence de Potsdam s'est tenue du au . Il fait partie des châteaux et parcs de Potsdam et Berlin inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

HistoriqueModifier

En 1912, l'empereur Guillaume II a fourni des ressources financières pour la réalisation d'une nouvelle résidence à Potsdam. Auparavant, il avait déjà institué plusieurs projets de construction, avant tout pour des motifs d'ordre politique, tels que la reconstruction du château du Haut-Kœnigsbourg alsacien et de la forteresse teutonique de Marienbourg, ainsi que l'établissement de l'Académie navale de Mürwik près de la frontière danoise et du château impérial de Poznań en Grande-Pologne. En sa qualité de maître d'ouvrage, le ministère de la maison de Hohenzollern a signé un contrat avec les ateliers de Paul Schultze-Naumburg dont les coûts s'élèvent à 1 498 000 de marks. La pose de la première pierre du nouvel immeuble a eu lieu en , en présence du Kronprinz Guillaume.

 
Vue de la cour principale du château avec l'étoile rouge.

Le château a été bâti d'après l'architecture vernaculaire traditionnelle, inspirée du style Tudor. Cette bâtisse de briques et à colombages ressemble à un grand cottage de campagne anglaise. L'ensemble s'articule autour de six cours intérieures et est dominé par cinquante-cinq cheminées différentes l'une de l'autre. Les travaux furent interrompus à cause du déclenchement de la Première Guerre mondiale et le couple princier ne put y emménager qu'en . La princesse héritière y mit au monde son sixième enfant, Cécilie de Prusse, le

Après la défaite de l'empire allemand et la révolution allemande de 1918-1919, la totalité des biens des Hohenzollern fut confisquée. Le Kronprinz suit son père en exil, mais y revient ensuite de temps à autre jusqu'en 1923, date à laquelle il rentra à l'Allemagne avec l'aide du chancelier Gustav Stresemann. Cependant, la princesse Cécilie refuse de suivre son mari (qui s'affiche alors avec des maîtresses, notamment Gladys Marie Deacon) et demeure à Cecilienhof avec ses six enfants. Au terme de longues négociations avec l'État prussien, plusieurs domaines des Hohenzollern ont été officiellement restitués en 1926, y compris le château de Cecilienhof. Séparé de son mari, Cécilie s'y livre désormais à sa passion, la musique, et y organise des concerts privés, invitant de nombreux amis chefs d'orchestre et musiciens réputés : Bronislaw Huberman, Wilhelm Kempff, Elly Ney, Wilhelm Furtwängler et le jeune Herbert von Karajan. Elle y demeure ainsi jusqu'en , étant finalement obligée de fuir devant l'avancée de l'Armée rouge.

 
Churchill, Truman et Staline dans le jardin de Cecilienhof, le .

Immédiatement après l'occupation de l'Allemagne, Cecilienhof fut saisi par l'Administration militaire soviétique sans dédommagement. La majeure partie de l'aménagement intérieur conçu par l'architecte Paul Troost a été emmenée afin de libérer la place pour la conférence de Potsdam. L'idée initiale était que les trois puissances victorieuses devraient se rencontrer à Berlin, la capitale allemande, mais compte tenu des graves dommages par les bombardements pendant la guerre le lieu de réunion a été transféré à Potsdam.

Le grand hall de Cecilienhof a été transformé en salle de conférence équipée d'une grande table ronde apportée de Moscou, à laquelle Staline, Harry S. Truman et Churchill (ensuite Clement Attlee) se sont réunis du au . Le , Truman donna l'ordre des bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki à sa résidence dans le quartier de Potsdam-Babelsberg. Le jour suivant, Churchill et Truman définissent les termes de la capitulation du Japon.

Après la fin de la conférence, le château et ses jardins ont a été divulgués au public pour la première fois. Au début, l'édifice servit de centre de formation pour la Ligue démocratique des femmes d'Allemagne ; en 1960, un hôtel a été ouvert. Après la réunification allemande en 1990, Cecilienhof est placé sous l'administration de la Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg. Il a accueilli le G8 des ministres des Affaires étrangères, le 30 mai 2007. Le château est actuellement un musée, la réouverture de l'hôtel est prévue pour les années à venir.

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourceModifier