Ceceo

phénomène linguistique de l'espagnol
Carte présentant les limites entre les parties de l'Andalousie qui pratiquent le seseo, le ceceo ou la distinction entre le [s] et le [θ] (bien que non indiqué, la ville de Cadix est seseante)

Le ceceo [θeθeo] est un phénomène linguistique de l'espagnol, par lequel l'opposition phonologique entre les deux phonèmes [θ] et [s] (qui sont représentés respectivement par les lettres « z » ou « c » devant « e » ou « i », et « s ») se trouve neutralisée en un seul phonème [θ], réalisé par une consonne fricative dentale sourde (laminale)[1]. Ce phénomène s'oppose au Seseo, qui désigne au contraire la prononciation systématique de ces phonèmes en [s].

C'est une caractéristique qui se retrouve, en particulier, dans certaines zones où est parlé le dialecte andalou. Les données bibliographiques concernant le ceceo sont rares et récentes. Certains non spécialistes croient que c'est dû au fait que le phénomène serait exclusivement andalou (à la différence du seseo, qui est de fait pratiqué par la plus grande partie des hispanophones). En réalité on sait que le ceceo existe et a toujours existé comme trait dialectal en Amérique hispanique. Diverses études dialectales signalent des zones de ceceo au Costa Rica, au Salvador, Nicaragua, Honduras, Venezuela, Pérou, Chili, en Colombie et en Argentine.

ExtensionModifier

L'extension observée de ce trait linguistique est proche de celle recueillie dans l'Atlas Lingüístico y Etnográfico de Andalucía, soit[2],[1] :

Dans les principales villes andalouses non ceceantes situées en zone à domination ceceante, comme Séville et Cadix (seseantes) ou Grenade (qui pratique encore de façon prévalente la distinction entre /θ/ et /s/, avec toutefois un grand nombre de locuteurs seseants), il existe une importante population ceceante d'origine non autochtone, qui conserve dans une certaine mesure ce trait linguistique maternel.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Zamora Vicente 1967, p. 300
  2. (es) Pilar García Mouton, El Atlas lingüístico y etnográfico de Andalucía. Hombres y mujers. Campo y ciudad, Instituto de Filología (CSIC).
  3. Zamora Vicente 1967, p. 289

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier