Cayes-Jacmel

commune d'Haïti

Cayes-Jacmel
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Sud-Est
Arrondissement Jacmel
Maire Jean Charles Davidson
Démographie
Population 40 230 hab. (est. 2012)
Densité 509 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18° 16′ nord, 72° 40′ ouest
Altitude 586 m
Superficie 78,99 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haïti
Voir sur la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Cayes-Jacmel
Géolocalisation sur la carte : Haïti
Voir sur la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Cayes-Jacmel

Cayes-Jacmel (Kay Jakmèl en créole) est une commune d'Haïti, située à une dizaine de kilomètres de Jacmel dans le département du Sud-Est, arrondissement de Jacmel. Elle est bornée au nord et à l'ouest par la commune de Jacmel, au sud par la mer des Antilles et à l'est par la commune de Marigot.

Carnaval a Cayes-Jacmel en 2021

DémographieModifier

La commune est peuplée de 40,230 habitants (recensement par estimation de 2012)[1].

HistoireModifier

Vers 1536, les colons espagnols envisagèrent la construction de villes dans la colonie. La topographie de cayes-jacmel fut étudiée en vue de l'implantation d'un port commercial. Le capitaine Jacques de Mélo qui était à bord découvrit que la zone était plaine de Cayo mot espagnol décrivant des petites îles plates et sablonneuses caractéristique de la mer des Antilles et du golfe du Mexique généralement recouvertes de mangroves. Ce fut lors cette prospection qui baptisa de son nom Cayes de Jacmel.

En 1714 est créée la deuxième paroisse de l'arrondissement. Dans les années 1817 sur demande du Député Pierre Mayard cayes-jacmel devient un quartier de Marigot.

Le 19 Août 1891, le député Saint-Paul dépose un projet de loi pour y ériger un poste militaire.

Le 12 Janvier 1934 cayes-jacmel fut élevé au rang de communes sur la demande du Député Jean-Baptiste Arthur Mégie.

AdministrationModifier

La commune est composée des 4 sections communales :

  • Ravine-Normande
  • Gaillard
  • Haut-Cap-Rouge
  • La Selle de Fond-Melon

Monuments et sitesModifier

Le Fort Ogé fait partie d'une vingtaine d'ouvrages militaires construits sur le territoire d'Haïti après l'indépendance en 1804 : ce système défensif était dirigé contre un éventuel retour des Français, anciens maîtres de la colonie de Saint-Domingue. Le Fort Ogé a été construit sous la direction du général Magloire Ambroise. Les ruines du fort sont situées dans la section communale de Cap-Rouge. Son nom évoque Vincent Ogé, l'une des figures de la révolution haïtienne.

ÉconomieModifier

La ville abrite également des artistes et des artisans. On fabrique des "cancans", des petites chaises et des "dodines" à partir d’un bois appelé "trichilia mirta". On y fabrique également des maquettes de bateau en acajou.

L'économie locale repose également sur la culture du café et des agrumes comme le citron vert[réf. nécessaire].

L'extraction et l'exploitation de la bauxite contribue à l'économie locale.

Notes et référencesModifier

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)

Liens externesModifier