Catharine Garmany

astronome américaine
Catharine D. Garmany
Nom de naissance Catharine Doremus
Naissance (74 ans)
New York (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Domaines Astronomie
Institutions Université du Colorado
Université Columbia
Astronomical Society of the Pacific
Diplôme B.S. en astrophysique de l'Université de l'Indiana, M.A en astrophysique et Ph.D. en astronomie de l'Université de Virginie
Renommée pour Association OB
Distinctions Prix d'astronomie Annie J. Cannon en ,

Catharine D. Garmany, née Catharine Doremus le à New York, est une astronome américaine, principalement connue pour ses recherches sur les étoiles O et B, et plus particulièrement les associations OB.

BiographieModifier

Catharine Doremus est né le à New York. Elle grandit dans la métropole américaine avec ces deux jeunes frères, et commence à s'intéresser à l'astronomie à partie de l'age de dix ans[1]. Cet intérêt est nourri par des livres comme ceux de Franklin M. Branley que lui ramène son père, réviseur dans une maison d'édition[a], et pas les visites au Hayden Planetarium[1]. Elle intègre ensuite le Bronx High School of Science, réputé pour son enseignement scientifique[1]. Elle poursuit ses études au sein de l'Université de l'Indiana où elle obtient un Baccalauréat en sciences en astrophysique en 1966, puis à l'Université de Virginie ou elle décroche un Master of Arts en astrophysique en 1968 puis un Philosophiæ doctor en astronomie en 1971[1],[3],[4]. Sa thèse porte sur l'étude des résultats d'observations de Cepheus OB3 (it), une association OB[b] dans la zone de Céphée, récoltés pendant trois années d'observations à l'observatoire de Kitt Peak en Arizona[1]. Elle commence ensuite son parcours professionnelle en tant que chercheuse (Research associates (en)) au sein du département d'astronomie de l'université de Virginie[1].

En elle reçoit le prix d'astronomie Annie J. Cannon qui récompense une jeune astronome américaine prometteuse. Garmany considère que c'est un tourant dans sa carrière qui lui a ouvert de nombreuses portes jusque là fermées à cause notamment de sa condition de femme[1],[5]. Les premières s'ouvrent à Boudler au Colorado où elle devient assistante cde recherche au National Bureau of Standards et intègre le JILA, le Joint Institute for Laboratory Astrophysics (en), pour étudier les mouvements des sous-groupes stélaires d'age intermédiaire, les fameuses associations[6]. Elle donne également des cours au sein de l'Université du Colorado à Boulder dont dépend le JILA[1]. Elle poursuit sa carrière d'enseignante chercheuse et devient sssosciate proffessor sttendant en 1981 (département Astrophysique, planétologie et sciences atmosphériques de l'université de Boulder), senior research associate au JILA en 1984 (jusqu'en 1990) et Fellow du Center for astrophysics and space astronomy de l'université du Colordao en 1985[1],[5]. En 1990 elle est nommée directrice de l'Observatoire Sommers-Bausch (en) et du planetarium Fiske (en) de l'université de Colorado[1],[6] tout en continuant à étudier les étoiles géantes[7].

De 2000 à 2003 Garmany enseigne en tant qu'Associate professor à l'Université Columbia à New York, tout en endossant le rôle de directrice du programme d'astronomie et du centre de recherche Biosphère II, à Oracle en Arizona[8]. Elle travaialle au NAOA jusqu'à sa retraite le [9].

Membre de l'Union américaine d'astronomie (l'AAS) depuis 1967[10] elle en est administratrice de 1994 à 1997[11] et en est élu fellow en 2020 dès la mise en place de cette distinction pour récompenser ses « membres dont les réalisations au service de l'astronomie et de l'AAS ont été extraordinaires »[12]. Membre du conseil de l'Astronomical Society of the Pacific de 1998 à 2001, puis vice-présidente de 2001 à 2003[13] et présidente de 2003 à 2005[14]. Depuis 2019 elle siège au comité de nomination des électeurs de Association américaine pour l'avancement des sciences (l'éditeur de la prestigieuse revue Science) pour la section astronomie[15],[16].

Vie privéeModifier

Catharine Doremus se marie en 1970 à George Parker Garmany Junior[2], et prend son nom. Avec lui elle a deux fils, Rick en 1974 et Jeff en 1980[1]. Divorcée, elle se remarie avec l'astronome John W. Glaspey[8].

Honneur et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La Thomas Y. Crowell Co. (en)[2].
  2. Les étoiles O et B sont des étoiles rares, à la vie courte, et sont les étoiles les plus brillantes les plus chaudes. Ce sont de potentielles supernovae. On les retrouvent souvent par groupe de quelques centaines : des associations OB[5],[1].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l (en) Janet Owens, Notable Women in the Physical Sciences: A Biographical Dictionary, Greenwood Press, (ISBN 0313293031), p. 117-121
  2. a et b (en) « G. P. Garmany Jr. to Wed Miss Doremus », The New York Times,‎ , p. 91 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  3. (en) « Graduate Job Listing », sur virginia.edu (consulté le 6 mai 2020)
  4. « Katy Garmany », sur noao.edu.html (consulté le 6 mai 2020)
  5. a b c et d (en) Samantha Holland, « The AAS Annie Jump Cannon Award », sur aip.org, (consulté le 29 avril 2020)
  6. a et b (en) « University women honor astronomer Garmany », Physics Today, vol. 29, no 8,‎ , p. 71 (DOI doi.org/10.1063/1.3023638)
  7. (en) Catharine D. Garmany et William D. Vacca, « New spectral classifications for O-type stars in the Northern Hemisphere », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, Astronomical Society of the Pacific, vol. 103,‎ , p. 347-354 (ISSN 0004-6280, Bibcode 1991PASP..103..347G)
  8. a et b (en) « AASWomen for March 5, 2010 », sur womeninastronomy.blogspot.com, (consulté le 6 mai 2020)
  9. (en) « National Optical Astronomy Observatory Fiscal Year Annual Report for FY 2015 » [PDF], sur naoa.edu, (consulté le 6 mai 2020), p. 90
  10. (en) « AAS Member Anniversaries in 2017 », sur aas.org, (consulté le 6 mai 2020)
  11. (en) « Past Officers and Trustees », sur aas.org (consulté le 6 mai 2020)
  12. a et b (en) « AAS Fellows », sur aas.org, (consulté le 6 mai 2020)
  13. (en) « Board of Directors : Past Board Officers and Members », sur astrosociety.org (consulté le 6 mai 2020)
  14. (en) « Board of Directorss : Past Board Presidents and Executive Directors », sur astrosociety.org (consulté le 6 mai 2020)
  15. (en) « 2019 Election Results », sur aaas.org (consulté le 4 mai 2020)
  16. (en) « Astronomy (Section D) », sur aaas.org (consulté le 4 mai 2020)
  17. (en) « Annie Jump Cannon Award in Astronomy », sur aas.org (consulté le 6 mai 2020)

Liens externesModifier