Ouvrir le menu principal

Caserne des marins de Misène
Lieu de construction Regio III Isis et Serapis
Oppius
Date de construction Entre 80 et 90 apr. J.-C.
Ordonné par Domitien
Type de bâtiment Caserne
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome3.png
Caserne des marins de Misène
Localisation de la caserne dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 26″ nord, 12° 29′ 48″ est
Liste des monuments de la Rome antique

La Caserne des marins de Misène (en latin : Castra Misenatium) abrite dans Rome un détachement de marins de la flotte militaire basée à Misène. Ces marins sont par exemple employés pour manœuvrer le grand velum du Colisée.

Sommaire

LocalisationModifier

La caserne est située peu de distance à l'est de l'amphithéâtre flavien, sur les pentes du Mont Oppius, entre les Thermes de Trajan et la via Labicana[1].

HistoireModifier

Elle est vraisemblablement édifiée peu de temps après l'amphithéâtre, vers 80 ou 90 ap. J.-C. par l'empereur Domitien. La caserne est agrandie sous le règne de Gordien III[2].

Des vestiges ont été retrouvés entre 1812 et 1888, notamment une cour rectangulaire sur laquelle s'ouvrent une série de petites pièces[2].

FonctionModifier

Un détachement spécial de matelots (classiarii) de la flotte militaire romaine dont le port d'attache se trouve à Misène (Classis Misenensis) est employé à Rome lors des naumachies et surtout pour la manœuvre du velum qui protège les spectateurs du Colisée du soleil et des intempéries[1]. La mise en place du velum, manœuvre complexe, demandait jusqu'à 5 jours et impliquait une centaine d'hommes.

Les marins sont également responsables de la surveillance de la navigation sur le Tibre et des deux ports militaires fluviaux de Rome : la Navalia inferiora près du Forum Boarium et la Navalia superiora sur le Champ de Mars[2].

DescriptionModifier

La caserne fait partie d'un grand complexe dirigé par un procurateur impérial ou de rang équestre et formé de plusieurs édifices dédiés à la gestion de l'amphithéâtre flavien (le Ludus Magnus, le spoliarium, le saniarium, l’armamentarium et le Summum Choragium)[3].

Près de la caserne a été retrouvée une statue de Sérapis de 1,05 mètre de haut. Il est possible qu'elle faisait partie d'un sacellum installé au sein de la caserne et dédiée à la divinité égyptienne[4]. En effet, un certain nombre de marins de la flotte de Misène sont originaires d'Alexandrie où le culte de Sérapis est très présent[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Platner et Ashby 1929, p. 105.
  2. a b et c Homo 1971, p. 156.
  3. Coarelli 2007, p. 171.
  4. Malaise 1972, p. 176.
  5. Malaise 1972, p. 325-326.

BibliographieModifier

  • Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Les Belles Lettres, coll. « Realia »,
  • (en) Filippo Coarelli, Rome and environs : an archaelogical guide, University of California Press,
  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,
  • M. Malaise, Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, Brill,
  • Léon Homo, Rome impériale et l'urbanisme dans l'Antiquité, Albin Michel, coll. « L'évolution de l'humanité »,

Articles connexesModifier