Caserne Thomassin

Caserne Thomassin
Fußartilleriekaserne
Image illustrative de l’article Caserne Thomassin
Fußartilleriekaserne (c.1900)

Lieu Metz
Type d’ouvrage caserne
Matériaux utilisés pierre de taille
Appartient à État
Contrôlé par Armée de terre
Coordonnées 49° 07′ 47″ nord, 6° 10′ 49″ est
Géolocalisation sur la carte : Metz
(Voir situation sur carte : Metz)
Caserne Thomassin Fußartilleriekaserne
Géolocalisation sur la carte : Moselle
(Voir situation sur carte : Moselle)
Caserne Thomassin Fußartilleriekaserne
Géolocalisation sur la carte : Lorraine
(Voir situation sur carte : Lorraine)
Caserne Thomassin Fußartilleriekaserne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Caserne Thomassin Fußartilleriekaserne

La caserne Thomassin est une caserne construite pendant l’annexion allemande en Lorraine. Elle est située avenue de Blida à Metz. Elle a été depuis rebaptisée caserne Seré de Rivières.

Contexte historiqueModifier

Alors que Metz devient un point stratégique majeur de l’empire allemand, l’état-major allemand poursuit les travaux de fortification entamés sous le Second Empire. De nombreuses casernes sont construites pour abriter la garnison allemande qui oscille entre 15 000 et 20 000 hommes au début de la période[1], et dépasse 25 000 hommes avant la Première Guerre mondiale[2]. Dans cette pépinière de généraux[note 1], se côtoient des Bavarois aux casques à chenille, des Prussiens et des Saxons aux casques à pointe et aux uniformes vert sombre, ou encore des Hessois aux uniformes vert clair[3]. Guillaume II, qui vient régulièrement dans la cité lorraine pour inspecter les travaux d’urbanisme et ceux des forts de Metz n’hésite pas à déclarer : « Metz et son corps d’armée constituent une pierre angulaire dans la puissance militaire de l’Allemagne, destinée à protéger la paix de l’Allemagne, voire de toute l’Europe[4]. »

Construction et aménagementsModifier

 
Fußartillerie-Regiment Nr. 12 (25 mai 1916)

La caserne Thomassin est construite au nord Metz. Elle se compose de plusieurs corps de bâtiments agencés autour de vastes cours. Le 1. Königlich Sächsisches Fußartillerie-Regiment Nr. 12, 12e régiment d'artillerie à pied (Royal saxon no 1) y est affecté.

Affectations successivesModifier

En 1919, lorsque les Français occupent la Moselle, la caserne est rebaptisée Thomassin, en l'honneur du général de division Thomassin (1827-1919), né à Metz. Les bâtiments servent de lieu de casernement à l'armée française jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En 1938, le 122e Escadron du Train y a ses quartiers[5]. La caserne est réoccupée par l’armée allemande de à . À l'issue de la bataille de Metz, l’Armée française réinvestit les lieux. Le 2e régiment du génie y prend ses quartiers, jusqu’à sa dissolution.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Plus d'une trentaine de généraux et des dizaines d'officiers supérieurs allemands, actifs pendant la Seconde Guerre mondiale, verront le jour à Metz, avant 1918.

RéférencesModifier

  1. René Bour, Histoire de Metz, 1950, p. 227.
  2. L’Express, no 2937, du 18 au 24 octobre 2007, dossier « Metz en 1900 », Philippe Martin de l’université de Nancy 2.
  3. François Roth, Metz annexée à l’Empire allemand : 1871-1918, (dir. François-Yves Le Moigne), Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986 (p. 362).
  4. Structurae.de, article « Poste principale », année 1893.
  5. Ministère de la Guerre. 6e région. Place de Metz. Intendance et subsistances. 26 janvier 1938. État de renseignements pour la fourniture du vin aux corps de troupe de la 6e région pendant le 2e trimestre 1938. Hellenbrand, Metz, 1938.

Voir aussiModifier