Ouvrir le menu principal

Carolina Sannazzaro

soprano italienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sannazzaro.
Carolina SannazzaroCarlotta Sannazzaro ou Sannazzari
Description de l'image Carolina Sannazzaro.png.

Naissance
Voghera
Décès
Casteggio
Activité principale Soprano
Style
Maîtres Alberto Mazzucato

Répertoire

Scènes principales

Carolina Sannazzaro (Voghera, [1] - Casteggio, [1],[2]) est une soprano italienne qui s'est produite au milieu du XIXe siècle.

BiographieModifier

Elle naît à Voghera[3], pays natal de Marietta Gazzaniga. Elle est la fille de Giovanni Battista Sannazzari[4], musicien et ténor contrarié par sa famille, qui au contraire favorise l'éducation de sa fille[4]. Elle entre au conservatoire de Milan en , où elle apprend l'art du chant auprès de Alberto Mazzucato[3].

Elle débute sur scène à Stradella en 1846[5]. Elle se produit peu après Gênes, au Teatro Carlo Felice, en 1846, dans Linda avec la Pecorini[6],[7], puis à Milan en 1848[3] et à Gênes de nouveau[7]. En 1849, elle interprète le rôle-titre de Saffò de Giovanni Pacini à Voghera[7].

En , elle est mentionnée dans un concert au Théâtre italien de Paris, où elle interprète la Romance de Giovanna d'Arco de Verdi et la cavatine de Sapho de Pacini[8].

En 1851-1852, elle est à Lisbonne, au Teatro San Carlos[9] : elle y interprète entre autres la Nina de la Pazza per amore de Coppola et la Saffò de Pacini[10] ; elle est très appréciée dans divers concerts auxquels elle chante, en particulier le [11].

Pour le carnaval 1852-1853, elle est au Teatro comunale de Modène[12], comme Alice dans Roberto il diavolo de Meyerbeer, face à Katinka Evers en Isabella, à partir du [13].

Pendant l'été 1853, elle est engagée par la Compagnie italienne de M. Lorini pour chanter dans Linda au Grand-théâtre de Lyon : fin juin, elle y interprète Pierotto, ce qui est trop bas pour elle[14], mais elle doit bientôt réduire son rôle qui la fatigue[15] ; elle a plus de succès dans un duo de Roméo et Juliette avec la Beltramelli (it)[14].

Elle remplace Emilia Boldrini à Nice au carnaval 1853[16], et s'y produit dans Il ritorno di Columella de Vincenzo Fioravanti, qui a peu de succès, et dans La Pazza per amore de Giovanni Paisiello, cette dernière avec plus de succès[17]. Elle quitte Nice en avril 1854[18].

Pendant l'automne 1855 et le carnaval 1855-1856, elle interprète de nouveau Saffò à Milan, au Teatro Carcano[19].

En , elle est de nouveau engagée à Nice pour le carnaval, de décembre 1856 à mars 1857[20], et s'y taille un franc succès dans La traviata de Verdi, face au ténor Giuseppe Pasi et au baryton Briani[21].

Pendant l'été 1857, elle se produit à Florence, au Teatro Ferdinando, toujours dans Saffò, où elle est très appréciée[22]. Elle est engagée au Teatro principale de Barcelone pour avril et mai 1858[23].

Elle meurt à Casteggio en [1].

InterprétationsModifier

Rôles créésModifier

AutresModifier

  • Gulnara dans Il corsaro de Verdi, au Teatro ducale de Modène, pendant le carnaval 1852-1853[32].

RéférencesModifier

  1. a b et c (it) « Necrologio. Ottobre 1905-settembre 1906 », dans Almanacco Italiano, Florence, (lire en ligne), p. 683
  2. « Nécrologie », dans Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical, (lire en ligne), p. 601
  3. a b c et d (it) Francesco Regli, Dizionario biografico: dei più celebri poèti ed artisti melodrammatici, tragici e comici, maestri, concertisti, coreografi, mimi, ballerini, scenografi, giornalisti, impresarii, ecc. ecc. che fiorirono in Italia dal 1800 al 1860, Turin, E. Dalmazzo, , 592 p. (lire en ligne), p. 481
  4. a et b (it) Alessandro Maragliano, I teatri di Voghera ; cronistoria di Alessandro Maragliano con numerose incisioni intercalate nel testo, Casteggio, Cerri, (lire en ligne), p. 22-23
  5. (it) « Stradella », Il Pirata. Gironale di Letteratura, Belle Arti e Teatri, t. XII, no 13,‎ , p. 53 (lire en ligne)
  6. (it) « Genova », Il Pirata. Gironale di Letteratura, Belle Arti e Teatri, t. XII, no 42,‎ , p. 173 (lire en ligne)
  7. a b c et d (it) Alessandro Maragliano, I teatri di Voghera; cronistoria di Alessandro Maragliano con numerose incisioni intercalate nel testo, Casteggio, Cerri, (lire en ligne), p. 86-88 où se trouve également un portrait et la mention d'apparitions de la Sannazzari à Gênes en 1846 et 1849. Il cite A. Brocca, Cronistoria del Teatro Carlo Felice
  8. « Théâtre italien. Grand concert », L'argus des théâtres, t. 3,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  9. « Sannazzaro, Carolina », sur musicsack.com (consulté le 11 janvier 2018)
  10. « On écrit de Lisbonne », Annuaire du théâtre,‎ , p. 93 (lire en ligne)
  11. (pt) « Beneficio da Senhora Sannazzaro », Revista universal Lisbonense, t. IV, no 41,‎ , p. 492 (lire en ligne)
  12. « Modena », Teatri, Arti e Letteratura, t. 58, no 1455,‎ , p. 80 (lire en ligne)
  13. « Modena », Teatri, Arti e Letteratura, t. 58, no 1469,‎ , p. 201 (lire en ligne)
  14. a et b « Les représentations d'opéras italiens à Lyon », Revue musicale de Lyon, t. 4, no 4,‎ , p. 105 (lire en ligne)
  15. « Grand-théâtre. Linda », Argus et Vert-vert réunis, t. 5,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  16. « Chronique étrangère. Nice, 24 décembre », Revue et gazette musicale de Paris: journal des artistes, des amateurs et des théâtres, t. 21, no 2,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  17. « Correspondance. Nice, 21 janvier », Revue et gazette musicale de Paris: journal des artistes, des amateurs et des théâtres, t. 21, no 5,‎ , p. 38 (lire en ligne)
  18. « Chronique étrangère. Nice, 15 avril », Revue et gazette musicale de Paris: journal des artistes, des amateurs et des théâtres, t. 21, no 17,‎ , p. 138 (lire en ligne)
  19. a et b (it) Salvadore Cammarano (Musique de Giovanni Pacini), Saffo, Milan, Tito di Gio. Ricordi, (lire en ligne), p. 3
  20. (it) « Scritture », Gazzetta dei Teatri, t. XIX, no 59,‎ , p. 236 (lire en ligne)
  21. (it) « Nizza », Gazzetta dei Teatri, t. XIX, no 68,‎ , p. 270 (lire en ligne)
  22. a et b (it) « Corriere di Firenze », Il corriere di Parigi, t. 1, no 51,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  23. « Scritture dell'agenzia Verger e Boracchi », Il Messagere di Parigi, t. 2, no 20,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  24. Sous le nom de Carlotta Sannazzari, (it) Giorgio Sacchetti (Musique de Jacopo Foroni), Margherita, Milan, Lucca, (lire en ligne), p. 3
  25. (it) « Teatro Re », Cosmorama pittorico. Appendice bibliografica scientifica-letteraria, artistica, teatrale al, no 11,‎ , p. 43 (lire en ligne)
  26. (it) « Ildegonda, opera lirica. Rappresentazione : carn. 1845 - Milano, Conservatorio » (consulté le 11 janvier 2018)
  27. Temistocle Solera (Musique de Giovanni Arrieta), Ildegonda, Luigi di Giacomo Pirola, (lire en ligne), p. 3
  28. (it) « La *spia, ossia Il merciaiuolo americano, opera lirica. Rappresentazione : 05/03/1850 - Torino, Sutera » (consulté le 11 janvier 2018)
  29. G. sacchero (Musique de Aleberto Leoni), Ariele, Milan, Luigi di Giacomo Pirola, (lire en ligne), p. 6
  30. Sous le prénom de Carlotta, (it) « Libretti d'opera 4491 » (consulté le 11 janvier 2018)
  31. Sous le nom de Carlotta Sannazzaro, Giovanni Consolini, Ser Gregorio, Milan, Lucca, (lire en ligne), p. 8
  32. (it) « Libretti d'opera 10654 » (consulté le 11 janvier 2018)

Liens externesModifier