Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Elle enseigne, dans les années 1970, comme professeure d'histoire au Centro de Investigaciones de Historia de América Latina de l'université pontificale catholique du Chili, puis travaille pour le Ministère des Affaires étrangères auprès du président chilien Salvador Allende, aux côtés de sa fille, Beatriz, au Palais de La Moneda[1].

Elle a été l'épouse de deux dirigeants du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) : d'Andrés Pascal (un neveu de Salvador Allende), avec qui elle a une fille, Camila, puis de Miguel Enríquez, secrétaire général du Mouvement.

Un an après le coup d'État fomenté par Augusto Pinochet le 11 septembre 1973 avec l'appui de la CIA, Miguel Enríquez est abattu par les militaires le , dans la maison où ils vivaient dans la résistance clandestine, sous des noms d'emprunt, au 725 de la rue Santa Fe, à Santiago du Chili. Carmen Castillo, alors enceinte, est gravement blessée lors de l'attaque puis évacuée à l'hôpital grâce à un voisin qui a appelé une ambulance et insisté pour qu'elle soit hospitalisée d'urgence[2].

Le 27 octobre 1974, elle est expulsée du Chili vers l'Angleterre, à la suite d'une campagne de mobilisation internationale (Régis Debray, Simone Signoret et Angela Davis ont été, parmi d'autres, les organisateurs ou les signataires de la mobilisation), la sauvant ainsi de la répression. Son bébé, Miguel Angel, né à Cambridge, meurt des suites de l'attaque en question[2].

Elle s'installe définitivement en France fin 1976 et ne cessera d'évoquer le Chili dans ses livres et ses films, dont Rue Santa Fe, sélectionné au Festival de Cannes en 2007.

En 1995, elle conçoit et produit, Patrick Grandperret, la collection de films de fiction Terres étrangères pour Arte Fiction. À partir de 2008, elle fait partie, au Chili, du collectif Escuela popular de cine, fondé par les cinéastes Carolina Adriazola et José Luis Sepúlveda.

Après un documentaire consacré à l'écrivain et militant Victor Serge, en 2012, elle se consacre à un long métrage cinématographique ayant pour fil rouge le philosophe trotskyste Daniel Bensaïd, dont elle était proche : On est vivants. Son documentaire Cuba en suspens est diffusé sur Arte en 2017. Deux ans plus tard, elle reçoit le prix Scam pour l'ensemble de sa carrière.

BibliographieModifier

  • Un jour d'octobre à Santiago, Éditions Stock, 1980
  • Ligne de fuite, Éditions Bernard Barrault, 1988
  • Santiago-Paris, le vol de la mémoire coécrit avec sa mère Mónica Echevarría, Plon, 2002

FilmographieModifier

Pour le cinémaModifier

  • 2007 : Rue Santa Fe – 2h40
  • 2015 : On est vivants – 1h43

Pour la télévisionModifier

  • 1983 : Les Murs de Santiago (en tant qu'auteure ; réalisation : Pierre Devert et Fabienne Servan-Schreiber)
  • 1985 : État de guerre : Nicaragua (coréalisé avec Sylvie Blum) – 60’ – TF1
  • 1993 : La Flaca Alejandra (en tant qu'auteure ; réalisation : Guy Girard) – 60’ – France 3
  • 1994 : La Véridique légende du sous-commandant Marcos (coréalisé avec Tessa Brisac) - 60’ – Arte
  • 1995 : Inca de Oro (documentaire coréalisé avec Sylvie Blum) – 52’ – France 3
  • 1996 : Inca de Oro (fiction coécrite par Carmen Castillo et Sylvie Blum, réalisée par Patrick Grandperret) 1h30
  • 1996 : Couleur Havane (fiction écrite par Carmen Castillo et réalisée par Patrick Grandperret) 1h30
  • 1997 : Le Boléro, une éducation amoureuse – 52’ – Arte
  • 2002 : Maria Felix, l’insaisissable – 60’ – Arte
  • 2003 : L’Astronome et l’Indien (coréalisé avec Sylvie Blum) – 52’ – Arte
  • 2003 : El Camino del Inca (coréalisé avec Sylvie Blum) – 52’ – France 5
  • 2004 : José Saramago, le temps d’une mémoire – 74’ – Arte
  • 2004 : La fado de Misia – 60’ – Arte
  • 2004 : Le Chili de mon père – 60’
  • 2008 : Lettres mexicaines, romanciers de la Grande frontière – 60’ – Arte
  • 2008 : Desterria – court métrage de fiction – Espace Culturel Louis Vuitton
  • 2009 : Pour tout l’or de Andes – 1h30 – Arte
  • 2011 : Victor Serge, l’insurgé – 52’ – France 5
  • 2013 : L’Espagne de Manuel Rivas, Juan Goytisolo, Bernardo Atxag – Arte.
  • 2016 : Cuba en suspens, 52' – Arte
  • 2019 : Chili 1973 : une ambassade face au coup d’État – France 5

RécompensesModifier

  • FIPA d'or du documentaire pour La Flaca Alejandra - 1994
  • Prix du Public au Festival d'Automne de Gardanne - 2008
  • Prix du Public au Festival Cine Horizontes de Marseille - 2008
  • Grand Prix au Festival de Copenhague - 2008
  • Étoile de la SCAM - 2009
  • Prix Spécial du jury au Festival International del Nuevo Cine Latino americano à La Havane - 2010
  • Prix Scam - 2019

Notes et référencesModifier

  1. « Biographie de Carmen Castillo », sur franceculture.fr (consulté le 10 janvier 2018).
  2. a et b Jean-Claude Raspiengeas, « Carmen Castillo, la mémoire blessée », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018).

Voir aussiModifier