Ouvrir le menu principal

Carmélites de Mère Candelaria

Carmélites de Mère Candelaria
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine
par Felipe Neri Sendra
Approbation pontificale
par Jean Paul II
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité carmélitaine
But enseignement, personnes âgées, apostolat missionnaire
Structure et histoire
Fondation
Altagracia de Orituco
Fondateur Candelaria de San José, Mgr Sixte Sosa Díaz
Abréviation O Carm. MC.
Patron Notre-Dame du Mont-Carmel
Rattaché à Grands Carmes
Site web (es) site officiel
Liste des ordres religieux

Les carmélites de Mère Candelaria (en latin : Congregationis Sororum Carmelitidum Tertii Ordinis Regularis in Venetiola) est une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical.

HistoriqueModifier

En 1903, Sixte Sosa Díaz (1870-1943) curé d'Altagracia de Orituco (il sera ensuite le 1er évêque du diocèse de Cumaná) initie une œuvre d'action social avec quelques collaborateurs pour répondre aux multiples besoins de cette région agraire délaissée des grands centres urbains, difficulté auquel s'ajoute la révolution libératrice (es) qui laisse de nombreux blessés et malades. Un groupe de quatre jeunes filles dirigé par Susana Paz Castillo Ramírez (1863-1940) se porte volontaire comme infirmière pour la création d'un hôpital et sont prêtes à embrasser la vie religieuse[1].

Le , avec l'approbation de Felipe Neri Sendra, évêque du diocèse de Calabozo, les sœurs reçoivent l'habit religieux des petites sœurs des pauvres de Maiquetía (1er institut religieux du Venezuela) des mains de Sosa où Susana Paz Castillo Ramírez adopte le nom de Candelaria de San José. La congrégation se constitue définitivement le [2] sous le nom de petites sœurs des pauvres d'Altagracia mais en 1922 la nouvelle congrégation passe un cap difficile, les autorités ecclésiastiques proposent de fusionner avec un autre institut ou de s'agréger à un ordre ancien, une fusion est proposée avec les petites sœurs de Maiquetía[3].

Cette même année, les pères carmes arrivent de Puerto Rico sur l'île Margarita ; à la demande de Mère Candelaria, ils s'intéressent au projet des sœurs et le père Élie entame les démarches pour obtenir du père général des Grands Carmes l'agrégation des sœurs, ce qui est accordée le [1], les sœurs changent donc de nom pour celui de sœurs carmélites du tiers ordre régulier[4]. L'institut est reconnu de droit pontifical le [5].

Activités et diffusionModifier

Les carmélites de Mère Candelaria se consacrent à l'enseignement, aux personnes âgées et à l'apostolat missionnaire.

Elles sont présentes au Venezuela et en Bolivie.

La maison-mère est à Caracas.

Au 31 décembre 2005, l'institut était composé de 67 religieuses dans 14 maisons.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (es) « Hermanas Carmelitas de Madre Candelaria » (consulté le 23 septembre 2017)
  2. (es) « Candelaria de san José » (consulté le 23 septembre 2017)
  3. (es) « Beata Candelaria de San José » (consulté le 23 septembre 2017)
  4. (es) « Beatificación de Madre Candelaria » (consulté le 24 septembre 2017)
  5. (es) « Primer centenario de las hermanas carmelitas de madre candelaria 1903-2003 » (consulté le 23 septembre 2017)