Caracol (Belize)

Caracol (escargot, en espagnol) est le nom d'une cité maya antique, située au Belize.

Caracol
Image illustrative de l’article Caracol (Belize)
Temple à Caracol.
Localisation
Pays Drapeau du Belize Belize
Coordonnées 16° 45′ 50″ nord, 89° 07′ 03″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Belize
(Voir situation sur carte : Belize)
Caracol
Caracol
Complexe Résidentiel à Caracol.

HistoireModifier

Les investigations archéologiques récentes ont révélé que Caracol était une cité plus importante qu'on ne le croyait. Occupée dès le Préclassique, Caracol demeura un site modeste au Classique ancien. La première inscription en compte long à faire état d'un souverain nommé Te' K'ab Chaak, qui pourrait être le fondateur de la dynastie, date de 331[1]. Le site relativement modeste au Classique ancien connut une croissance importante au Classique récent, avec une population estimée à 100 000 personnes pour l'ensemble de son territoire au milieu du VIIe siècle[2]. La cité fut impliquée dans les guerres entre Tikal et Calakmul aux VIe et VIIe siècles. Elle s'enrichit tellement par le butin obtenu au cours de nombreuses guerres que ses élites pouvaient se permettre de riches inhumations normalement réservées à la famille royale. Le nombre important de tombes dotées de céramiques polychromes a amené certains auteurs à parler de l'émergence d'une « classe moyenne »[3]. Battue par Naranjo en 680, Caracol entra dans une longue période de déclin. Elle connut une dernière période de prospérité au début du IXe siècle.

 
Glyphe emblème de UXWITZA (nom maya de la cité de Caracol Bélize).

Contrairement à la plupart des cités maya, Caracol ne possédait pas de glyphe-emblème commençant par k'uhul ajaw (divin seigneur). Pour désigner le souverain on employait l'expression k'uhul kantumaak[4]. Le nom ancien de la cité était Uxwitza[5]. Il signifie les 3 collines.

Description du siteModifier

Le temple Caana est la plus grande structure de Caracol. Sa disposition rappelle les temples en « triade » du site préclassique d'El Mirador. Certains gradins de la pyramide étaient couverts de salles voutées. Les phases anciennes abritent des tombes non identifiées. Carocol possède un nombre important de sacbeob qui relient le centre à la périphérie. Le site comprend trois ‘aguadas’ ou points d'eau répertoriés. Il a deux stèles représentant des reines. On y a trouvé deux masques en forme d’alligator. Le plus ancien monument de Caracol portant une inscription lisible est la stèle 13 (9.4.0.0.0) (514). La taille des glyphes des monuments de Caracol serait plus grande qu'ailleurs.

Caracol possède un réseau particulièrement remarquable de sacbéob : il totalise près de 70 km de routes partant du centre de la cité qu'il relie à des sites satellites sur près de 300 km2.

Le couple d'archéologues américains, Arlen F. Chase (en) et Diane Zaino Chase (en), émit l'hypothèse de la présence d’une classe moyenne plus importante qu'ailleurs, qui serait révélée par un usage omniprésent de la céramique de luxe dans la plupart des tombes.

Notes et référencesModifier

  1. Martin et Grube 2008, p. 86.
  2. Arthur Demarest (trad. de l'anglais par Simon Duran), Les Mayas : grandeur et chute d'une civilisation [« The rise and fall of a rainforest civilization »], Paris, Tallandier, , 414 p. (ISBN 2-84734-372-5, OCLC 184969980, BNF 42434658, SUDOC 112267394), p. 222.
  3. (en) Robert J. Sharer et Loa P. Traxler, The ancient Maya, Stanford, Stanford University Press, , 6e éd., 931 p. (ISBN 0-8047-4816-0 et 0-8047-4817-9, OCLC 57577446, SUDOC 110527461, lire en ligne), p. 364.
  4. Martin et Grube 2008, p. 87.
  5. VIe Mesa Redonda de Palenque, 2008

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier