Canton de Montreuil-Est

canton français

Ancien
canton de Montreuil-Est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement(s) Arrondissement de Bobigny
Chef-lieu Montreuil
Code canton 93 16
Disparition 23 mars 2015
Démographie
Population 35 889 hab. (2011)
Géographie
Subdivisions
Communes 1

Le canton de Montreuil-Est est une ancienne division administrative française située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France.

Les trois anciens cantons de Montreuil ont été répartis lors du redécoupage cantonal de 2014 en France dans les nouveaux cantons de Montreuil-1 et Montreuil-2.

GéographieModifier

HistoireModifier

Département de la SeineModifier

Conseillers généraux des anciens cantons de Montreuil :

1re circonscription
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1940 Daniel Renoult PCF Correcteur d'imprimerie et journaliste
Adjoint au Maire de Montreuil (1935 → 1939)
1945 1953 Daniel Renoult PCF Correcteur d'imprimerie et journaliste
Maire de Montreuil (1945 → 1958)
2e circonscription
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1935 Joseph-Louis Anne SFIO
puis PSdF
Comptable, représentant de commerce
Maire de Montreuil (1926 → 1929)
1935 1940 Pierre Longhi[1] PCF Ajusteur
Adjoint au Maire de Montreuil

Département de la Seine-Saint-DenisModifier

Le canton de Montreuil-Est a été créé par le décret du 20 juillet 1967, lors de la constitution du département de la Seine-Saint-Denis. Il était alors constitué d'une partie de la commune de Montreuil[2].

Lors du redécoupage cantonal de 1976 est créé le canton de Montreuil-Nord, qui comprend une partie de la commune de Montreuil, par démembrement des cantons de Montreuil-Ouest, Montreuil-Est et de Romainville[3].

Un nouveau découpage territorial de la Seine-Saint-Denis entré en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 21 février 2014[4]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre, la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[5]. En Seine-Saint-Denis, le nombre de cantons passe ainsi de 40 à 21.

Dans ce cadre, les trois anciens cantons qui regroupaient la commune de Montreuil sont répartis dans les nouveaux cantons de Montreuil-1 et Montreuil-2, à compter des élections départementales françaises de 2015.

AdministrationModifier

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1976 Adrienne Maire PCF Sténodactylo
Secrétaire parlementaire de Jacques Duclos
Adjointe au maire de Montreuil
Ancienne conseillère générale de la Seine (1953-1967)
1976 2001 René Foulon PCF Journaliste
Adjoint au maire de Montreuil
2001[6] 2002
(annulation)
Michel Poirier Les Verts Producteur-distributeur de films
Élection annulée par le Conseil d’État le 29 juillet 2002[7]
20 octobre
2002[8]
2015 Jean-Charles Nègre PCF Cadre à la Caisse d'Allocations familiales puis permanent politique
Conseiller municipal de Montreuil
Vice-président du conseil général

CompositionModifier

La commune de Montreuil était divisée depuis 1976 en trois cantons. Les deux autres étaient le canton de Montreuil-Nord et le canton de Montreuil-Ouest.

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Montreuil, commune entière 103 068 93 100 93 048

Période 1967 - 1976Modifier

Le canton était constitué, selon la toponymie du décret de 1967, par « la partie de la commune de Montreuil délimitée à l'Ouest par l'axe de la rue de Stalingrad (jusqu'à l'avenue Gabriel-Péri), l'axe de l'avenue Gabriel-Péri (jusqu'à l'avenue du Président-Wilson), l'axe de l'avenue du Président-Wilson {jusqu'à la rue du Capitaine-Dreyfus, anciennement rue Gallieni), l'axe de la rue Gallieni, l'axe de la rue de Rosny (jusqu'à la rue Pépin), l'axe de la rue Pépin, l'axe du boulevard Henri-Barbusse (depuis la place de l’Église jusqu'au rond-point d'Alsace-Lorraine), l'axe du boulevard Paul-Vaillant-Couturier et l'axe du boulevard Aristide-Briand[2] ».

Période 1976 - 2015Modifier

Le canton comprenait, après le redécoupage de 1976, « la partie de la commune de Montreuil non comprise dans les cantons de Montreuil-Nord et de Montreuil Ouest[3] ».

DémographieModifier

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
---35 63435 40233 73035 72435 889--
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Notes et référencesModifier

  1. mort en déportation le 31 juillet 1942 à Auschwitz
  2. a et b « Décret n°67-591 du 20 juillet 1967 portant création et délimitation des cantons des nouveaux départements de la région parisienne - Seine-Saint-Denis », Journal officiel de la République francaise,‎ , p. 7359-7360 (lire en ligne [PDF]).
  3. a et b « Décret n°76-76 du 20 janvier 1976 portant création et modification de cantons dans le département de la Seine-Saint-Denis » [PDF], Journal officiel, (consulté le 12 avril 2015).
  4. Décret no 2014-217 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Seine-Saint-Denis.
  5. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  6. « Elections cantonales - Seine-Saint-Denis : A l'issue de ce scrutin, le Parti communiste perd la majorité absolue au conseil général de Seine-Saint-Denis, qu'il détenait depuis 1967. A Pantin-Est, son candidat Michel Laurent, secrétaire départemental de la fédération, arrivé en deuxième position au premier tour, a dû se retirer, laissant la place au Vert Didier Segal-Saurel. A Montreuil-Est, le Vert Michel Poirier l'emporte de 72 voix sur le candidat communiste. Le nouveau maire UDF de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, ravit au PCF le canton du Bourget. A ces trois défaites, s'ajoute le cas de Montreuil-Nord confié, dans le cadre d'un accord départemental, à une candidate MDC. Les communistes conservent Aubervilliers grâce au dissident Jean-Jacques Karman. Le PS conserve ses quatre sièges à l'assemblée départementale et le RPR garde ses trois cantons. », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. Arrêt N° 239964 du Conseil d’État annulant l'élection de Michel Poirier sur Légifrance
  8. Patrick Roger, « La gauche enregistre un léger regain électoral aux cantonales partielles », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier