Campagne de l'Oranie (1550)

La campagne de l'Oranie est une opération militaire menée par l'Empire chérifien pour capturer l'Algérie occidentale lors de l'effondrement de l'autorité des sultans Zianides tiraillés entre partisans des Espagnols ou des Turcs.

Campagne de l'Oranie (1550)

Informations générales
Date 1550
Lieu Tlemcen et Mostaganem
Issue Victoire marocaine
Changements territoriaux Prise de Tlemcen par les Saadiens
Belligérants
Empire chérifienRégence d'Alger (Empire ottoman)
Zianides
Zianides dissident
Empire espagnol
Commandants
Mohammed ech-CheikhHassan PachaMoulay Abou Zian
Forces en présence
InconnuesInconnuesInconnues
Pertes
InconnuesInconnuesInconnues

conflits algéro-cherifiens et conflits maroco-ottomans

Batailles

ContexteModifier

En 1549, la conquête du pouvoir au Maroc par la dynastie des Saadiens fait craindre aux Turcs d'Alger de perdre l'appui des confréries religieuses en Oranie occidentale[1]. Le prétendant zianide Moulay Abou Ziane, prend le pouvoir à son concurrent le sultan Moulay Mohammed, vassal d'Alger, grâce à l'appui des Espagnols d'Oran[2].

Une entente est conclue entre Turcs et Chérifs contre les Espagnols[2], aux dépens du domaine zianide: les Chérifs saadiens récupèreront Tlemcen tandis qu'Oran ira aux Turcs[1]. L'accord demeure néanmoins lettre morte en raison des intrigues des Turcs d'Alger avec le souverain de Debdou[1], dissident vis à vis des Chérifs saadiens.

DéroulementModifier

Craignant la menace turque, le sultan Saadien Mohammed ech-Cheikh lance aussitôt, en 1550, une offensive contre la présence ottomane dans l'Ouest algérien[3]. Le sultan zianide Moulay Abou Ziane fuit chez les Espagnols à Oran[2]. Les Saadiens prennent possession de Tlemcen, qui se rend sans combattre, le [4] puis décident de marcher sur Alger, mais échouent devant Mostaganem[3] et leur offensive est stoppée.

ConséquencesModifier

Dans le même temps, le beylerbey d'Alger et le sultan des Beni Abbès scellent une alliance à la suite de la conclusion du « pacte d'Aguemoun Ath Khiar »[5]. Le royaume des Beni Abbès s'engagera alors aux côtés des forces du beylerbey et les milliers de soldats d’Abdelaziz permettent la victoire de la Régence.

Cette campagne ouvre une période d'hostilité algéro-chérifienne qui ne prendra fin qu'en 1585 à la suite de l'intervention du sultan ottoman[1]. L'année suivante, les Turcs menés par Hassan Pacha, beylerbey d'Alger, reprennent ces territoires lors de la campagne de Tlemcen de 1551 avec une armée de 20 000 hommes[6].

RéférencesModifier

  1. a b c et d P. Boyer, « Contribution à l'étude de la politique religieuse des Turcs dans la régence d'Alger (XVIe-XIXe siècles) » (lien), dans: Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol.1, 1966, p. 23
  2. a b et c Mahfoud Kaddache, L'Algérie des Algériens: de la préhistoire à 1954, Paris-Méditerranée, (ISBN 978-2-84272-166-4, lire en ligne), p. 376
  3. a et b J. M. Abun-Nasr, « A History of the Maghrib in the Islamic Period » (lien), Cambridge University Press, 1987 (ISBN 9780521337670), p. 156
  4. P. Boyer, « Contribution à l'étude de la politique religieuse des Turcs dans la régence d'Alger (XVIe-XIXe siècles) » (lien), dans: Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol.1, 1966, p. 23
  5. Djamil Aïssani & Djamel Seddik, Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 2744905380, lire en ligne), « Kalaa des Beni Abbès », p. 4112
  6. Ruff 1998, p. 143

BibliographieModifier

  • Paul Ruff, La domination espagnole à Oran sous le gouvernement du comte d'Alcaudete, 1534-1558, Editions Bouchène, (ISBN 978-2-35676-083-8, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier