Camila O'Gorman

Camila O'Gorman
Image dans Infobox.
Camila O'Gorman
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 20 ans)
General San Martín ou Santos Lugares de Rosas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Conjoint
Ladislao Gutiérrez (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Camila O’Gorman (1828-1848), membre de la haute société argentine du XIXe siècle fut l’héroïne d’un énorme scandale. Son exécution au cours des dernières semaines de sa grossesse provoqua une vive émotion internationale et contribua à la chute politique du dictateur Juan Manuel de Rosas.

BiographieModifier

Née à Buenos Aires, Camila était la plus jeune fille d’Adolphe O’Gorman Perichon de Vandeuil (né vers 1793, Île Maurice, d'un commerçant irlandais et d'Anne Périchon), et de Joaquina Ximenez Pinto (décédée en 1852). Deux de ses frères occupèrent des situations importantes, l’un comme jésuite, l’autre comme officier de police. Camila fréquentait les réceptions du palais présidentiel. Elle était également amie intime et confidente de Manuela Rosas, la fille du chef de l’État.

Peu avant ses vingt ans, Camila fit la connaissance du Père Ladislao Gutierrez, un prêtre jésuite ancien condisciple de son frère au séminaire. Le Père Gutierrez appartenait au même milieu social, son oncle étant gouverneur de la province de Tucuman.

Une liaison clandestine s’établit bientôt entre Camila et le Père Gutierrez. Les amants s’enfuirent à cheval le , et trouvèrent refuge dans la province rebelle de Corrientes. Huit mois plus tard, ils furent découverts et dénoncés par un prêtre irlandais, le Père Michael Gannon. Camila tenta en vain de disculper le Père Gutierrez en déclarant hautement qu’elle avait prise seule l’initiative de cette fuite, démentant les rumeurs d’un enlèvement.

Sur ordre du président Rosas, et en dépit de l'intervention de sa fille Manuela, Camila O’Gorman et Ladislao Gutierrez furent fusillés le à la prison de Santos Lugares, près de Buenos Aires. Camilla avait 20 ans, et était enceinte de huit mois. Les circonstances de cette exécution provoquèrent une indignation mondiale.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Coghlan (Eduardo), Los Irlandeses en Argentina : su actuación y descendencia, Buenos Aires, 1987.
  • Julianello (Maria Theresa), The scarlet trinity : the doomed struggle of Camila O’Gorman against family, church and state in 19 th century Buenos Aires, Cork, Irish Centre for Migrations studies, 2000.
  • Luna (Félix), Camila O’Gorman, Buenos Aires, Planeta, 2002.

FilmographieModifier

Liens externesModifier