Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camila.
Camila
Réalisation María Luisa Bemberg
Scénario M. L. Bemberg
Beda Docampo Feijóo
Juan Bautista Stagnaro
Acteurs principaux

Susú Pecoraro
Imanol Arias

Pays d’origine Drapeau de l'Argentine Argentine
Durée 107 minutes
Sortie 1984

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Camila est un film argentin réalisé par María Luisa Bemberg, sorti en 1984. Le film fut nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

SynopsisModifier

Buenos Aires, à l'époque du gouvernement de Juan Manuel de Rosas (1829-1852). Camila O'Gorman, jeune fille éduquée dans la discipline d'une famille traditionnelle, s'éprend d'un père jésuite, Ladislao Gutiérrez. Celui-ci, bouleversé par la beauté de Camila, est désormais déchiré entre l'accomplissement de sa vocation et ses sentiments passionnés. Les deux amants finissent toutefois par s'enfuir ensemble. Face au scandale, l'Église et les défenseurs de l'ordre s'allient contre les amants...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentaireModifier

  • La sortie de Camila coïncidait avec une nouvelle ère en Argentine : celle du retour à la démocratie. Ainsi, peut-on s'expliquer l'extraordinaire succès critique et public du film de María Luisa Bemberg, l'une des premières réalisatrices en son pays.
  • Camila est certes une œuvre politique dénonçant l'intolérance, l'autoritarisme et les valeurs compassées, mais c'est aussi une rigoureuse reconstitution historique d'une magnifique beauté visuelle produisant paradoxalement « l'effet d'un rêve ou d'un conte d'amour. »[1]
  • Le film baigne dans une atmosphère romantique. « Le cinéma réaliste classique, surtout le mélodrame dans lequel Camila s'inscrit, est justement caractérisé pour "remettre la femme à sa place". Bemberg rejette les modes hégémoniques de représentation de l'image et du rôle attribués à la femme : Camila se rebelle, et cette attitude se renforce jusqu'au questionnement pratique de la morale de son époque », écrit Mayra Leciñana Blanchard[2].

RéférencesModifier

  1. Mayra Leciñana Blanchard in : A. Salvador, Le cinéma espagnol, Gremese, 2011.
  2. in : op. cité.

Lien externeModifier