Camil Mureșanu

historien roumain
Camil Mureșanu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Père
Teodor Murășanu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Influencé par

Camil Bujor Mureșanu, né le à Turda et mort le , est un historien roumain, professeur, auteur et traducteur.

BiographieModifier

Camil Mureșanu naît le à Turda[1],[2],[3].

Son père, Teodor Murășanu (en), est professeur au célèbre lycée "Mihai Viteazul"[4].

Il étudie à l'université de Cluj entre 1946 et 1950 puis est Docteur en histoire en 1970[5]. À partir de 1955 est professeur à l'Université de Cluj puis doyen de la faculté d'histoire et de philosophie entre 1968 et 1976[5].

Dans la période communiste, il bénéficie de bourses d’études et de stages de recherche en Angleterre et aux États-Unis[6].

Il occupe, entre 1995 et 2007, le poste de directeur de l'Institut d'histoire "G. Baritiu” de l'Académie roumaine Cluj-Napoca[4].

Camil Mureșanu est l'un des historiens les plus importants de la Roumanie[7]. Il est l'auteur d'ouvrages de référence sur l'histoire de Jean Hunyadi, de l'histoire de la Transylvanie et de l'histoire de la Roumanie[7].

Parmi ses travaux historiques, on citera Jean Hunyadi, Histoire militaire du peuple roumain, Transylvanie entre médiéval et moderne, Atlas de l'histoire de la Roumanie, De l'histoire de la Transylvanie, et bien d'autres[7].

Il auteur d'articles dans les magazines Tribuna et Steaua (ro)[6].

Mort le à l'âge de 87 ans, ses funérailles ont lieu le [7].

Il laisse une veuve, Hilde Mureşanu, un fils, Ovidiu Mureşanu et une fille, Claudia Mureşanu[2].

ŒuvresModifier

Liste non exhaustive :

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Taralunga 2011, p. 531.
  2. a et b (ro) « s-a stins o stea a istoriografiei românești : acad. prof. univ. dr. Camil Mureșanu », sur glsa.ro, (consulté le ).
  3. (ro) Université Babeș-Bolyai, Studia Universitatis Babeș-Bolyai, vol. 42, (lire en ligne).
  4. a et b (ro) « Camil Bujor Mureșanu », sur humanistica.ro (consulté le ).
  5. a et b (ro) « Camil Mureșanu », dans Istorici români de azi : Mică enciclopedie, Editura Machiavelli, , 230 p. (ISBN 9789739932165, lire en ligne), p. 68
  6. a b et c (ro) Ionuţ Ţene, « La moartea unui lord al istoriografiei clujene: Camil Mureşanu », sur napocanews.ro, (consulté le ).
  7. a b c et d (ro) Remus Florescu, « A murit marele istoric clujean Camil Mureşanu », sur Adevărul, (version du 3 décembre 2018 sur l'Internet Archive).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Taralunga 2011] (ro) Ecaterina Taralunga, « Mureșanu, Camil Bujor », dans Enciclopedia identitatii romanesti. Personalitati, (lire en ligne), p. 531.  

Liens externesModifier