Caloh Wagoh

Caloh Wagoh
Image illustrative de l’article Caloh Wagoh
Logo de Caloh Wagoh MC.

Date de fondation 2016
Fondé par Delano R.
Lieu La Haye
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Territoire Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne et Suriname
Années actives 2016 - présent
Ethnies présentes Surinamiens
Nombre de membres 300-600
Activités criminelles Tueurs à gages
Alliés Mocro Maffia

Les Caloh Wagoh sont un club de motards 1 % formé par Delano R. en 2016 à La Haye (Pays-Bas). À partir de 2016, le club étant identifiable pour ses nombreux membres inculpés pour assassinats, évolua très vite en club 1 %. Principalement composé de criminels néerlandais d'origine surinamienne, le club de motard est fondé après la séparation des groupes Trailers Trash MC et les Crips.

En 2018, le fondateur Delano R. trouve un accord avec le grand baron Ridouan Taghi pour le prêt de nombreux membres pour se lancer en tant que tueurs à gages sous commandes de Ridouan Taghi. Les membres de Caloh Wagoh reçoivent une énorme somme d'argent pour chaque assassinat réussit.

Dans la même année, le club de motard gagne en notoriété après l'arrestation du membre Richard Z., après l'attentat contre le média Panorama. Le journal avait mentionné le nom de Ridouan Taghi, sur le moment encore inconnu aux Pays-Bas.

Plusieurs membres du club de motard sont actuellement inculpés pour assassinats dans le procès Marengo.

HistoriqueModifier

En 1973, la famille R. s'installe à La Haye aux Pays-Bas en provenance du Suriname[1]. Delano R., surnommé Keylow, grandit dans un quartier défavorisé à Molenwijk[2]. En 2009, Delano R. apparaît dans le documentaire télévisée Crips, Strapped 'n strong où il raconte que son père gagnait très peu et qu'il recevait que les mauvais jobs, le poussant à gagner son argent illégalement[3]. Delano R. se retrouve pendant son adolescence devant la justice pour plusieurs faits criminels[4]. Le jeune néerlando-surinamien fonde la bande des Crips actifs à partir de 1989 dans des vols à l'arraché, des trafics de stupéfiants et des bagarres de rue.

Delano R. fonde le groupe de motards ''Caloh Wagoh MC'' en 2016 après la séparation de la bande des Crips[5]. Il recrute de nombreux ex-membres surinamiens de la bande des Crips tous principalement originaires de La Haye[6].

Activités criminellesModifier

En 2018, en manque de revenus, il parvient à entrer en contact avec le grand baron Ridouan Taghi, ennemi public numéro un aux Pays-Bas[7]. Il se présente et postule en tant que tueur à gages dans son organisation[8]. Ridouan Taghi donne son désaccord à cause de l'énorme notoriété que possède Delano R., qui avait auparavant été invité dans un plateau de télévision sur la chaîne publique NPO[9].

Au courant de la liste noire de Ridouan Taghi qui avait fuité sur les sites criminels néerlandais, il abat deux cibles de Ridouan Taghi et demande à nouveau d'intégrer ses rangs en présentant ses nombreux tueurs à gages prêts à passer à l'action en échange de sommes colossales. Ridouan Taghi finit par donner son accord[10].

Plusieurs membres sont arrêtés quelques mois plus tard suite à l'assassinat de Stefaan Bogaerts[11] et Jaïr Wessels[12].

Suite à l'attentat contre Paronama et l'attentat contre De Telegraaf en juin 2018, Richard Z., âgé de 41 ans, est arrêté[13]. Richard Z. est le président d'un groupe Caloh Wagoh actif à Woerden. L'homme avait tiré au lance-roquette contre le siège social du média Panorama sur commande du grand baron Ridouan Taghi[14]. Deux autres membres sont également inculpés[15].

Le 21 novembre 2018, une énorme perquisition des forces spéciales néerlandaises ont lieu contre Caloh Wagoh MC[16]. Plusieurs perquisitions sont menés dans plusieurs villes aux Pays-Bas[17]. Le fondateur Delano R. (Keylow) et Greg Remmers (nl) sont arrêtés[18]. Quelques jours plus tard, la justice confirme que le membre Tony De G. a accepté de devenir témoin clé afin de collaborer avec la justice néerlandaise[19].

En juillet 2020, une salle de torture est découverte à Wouwse Plantage au sud des Pays-Bas[20]. L'auteur de ce lieu serait le criminel Robin van O. travaillant pour le baron Mustapha El Fechtali[21]. La justice néerlandaise révèle que plusieurs membres des Caloh Wagoh avaient pour but d'abattre Robin van O. et ses complices sous commandes de Ridouan Taghi[22]. Ces derniers avaient pour but de kidnapper les tueurs à gages de Ridouan Taghi et de les torturer dans des conteneurs[23].

Notes et référencesModifier

  1. (nl) « Hoe de Caloh Wagoh-leider uitgroeide tot iemand die moordt op bestelling », sur NU, (consulté le 4 janvier 2021)
  2. (nl) rljnsn18, « Caloh Wagoh-kopstuk Keylow: rhyme or crime? (VIDEO) », sur Crimesite, (consulté le 4 janvier 2021)
  3. (nl) « De televisieambities van Taghi’s ‘moordmakelaar’ », NRC,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2021)
  4. (en) Anonym, « Leader Caloh Wagoh: from the 'forgotten village' to custom killings | tellerreport.com », sur www.tellerreport.com (consulté le 4 janvier 2021)
  5. (nl) « OM eist verbod motorclub Caloh Wagoh: ‘Er moet een keiharde grens worden getrokken’ », sur ad.nl (consulté le 4 janvier 2021)
  6. (nl) « Caloh Wagoh 'hybride tussen een streetgang en een motorclub' », sur nos.nl (consulté le 4 janvier 2021)
  7. (nl) « Komt ook Caloh Wagoh in het rijtje met verboden motorbendes? », sur NU, (consulté le 4 janvier 2021)
  8. (nl) Admin, « Caloh Wagoh: Van motorclub naar moordploeg voor de onderwereld », sur Boevennieuws.pro, (consulté le 4 janvier 2021)
  9. (nl) ANP/Het Parool, « Handlanger Taghi maakte programma voor RTL », sur Het Parool, (consulté le 4 janvier 2021)
  10. (nl) Paul Vugts, « Kroongetuige: Caloh Wagoh mocht zich met moord bewijzen bij Taghi », sur Het Parool, (consulté le 4 janvier 2021)
  11. (nl) Redactie Panorama, « Caloh Wagoh beschouwd als geweldsorganisatie », sur panorama.nl, (consulté le 4 janvier 2021)
  12. (nl) Paul Vugts, « Tweede kroongetuige verklaart over liquidatie Jaïr Wessels », sur Het Parool, (consulté le 4 janvier 2021)
  13. (nl) « Politie zag hoe Richard Z. gebouw Panorama verkende, maar voorkwam aanslag niet », sur nos.nl (consulté le 4 janvier 2021)
  14. (nl) « Aanslag Telegraaf gelinkt aan Caloh Wagoh en beschieting Panorama », sur RTL Nieuws, (consulté le 5 janvier 2021)
  15. (nl) Redactie Panorama, « Onderzoek naar Caloh Wagoh loopt verder uit », sur panorama.nl, (consulté le 5 janvier 2021)
  16. (nl) « Politie pakt motorbende Caloh Wagoh aan », sur www.politie.nl (consulté le 5 janvier 2021)
  17. (nl) « Grote politieactie tegen motorclub Caloh Wagoh, kopstukken opgepakt », sur nos.nl (consulté le 5 janvier 2021)
  18. (nl) « Schaduw van Taghi ook over Caloh Wagoh. Greg Remmers: ‘Turkse hoek’ », sur Misdaadjournalist, (consulté le 5 janvier 2021)
  19. (nl) « Cocaïne dealen, moord en nu kroongetuige: het verhaal van Tony de G. », sur ad.nl (consulté le 5 janvier 2021)
  20. (nl) Paul Vugts, « OM: Caloh Wagoh-leider wilde brein achter ‘martelcomplex’ liquideren », sur Het Parool, (consulté le 5 janvier 2021)
  21. (nl) Yelle Tieleman, « Wie is Robin van O., de man achter de martelkamer van de onderwereld? », sur Het Parool, (consulté le 5 janvier 2021)
  22. (nl) Redactie, « Justitie: Caloh Wagoh wilde het ‘brein achter de martelkamer’ doden », sur Trouw, (consulté le 4 janvier 2021)
  23. (nl-BE) « Leider motorclub Caloh Wagoh wou ‘brein achter martelkamer’ laten vermoorden », sur www.hln.be (consulté le 4 janvier 2021)

Liens externesModifier

ReportagesModifier

  • [vidéo] Hier valt politie bij Caloh Wagoh binnen, De Telegraaf, 2018
  • [vidéo] Motorbende Caloh Wagoh had drie ’moordcellen’, De Telegraaf, 2019