Cadet Rousselle

personnalité française

Guillaume Joseph Rousselle, ou Roussel, dit Cadet Roussel, né le à Orgelet (Jura) et mort le à Auxerre, est un huissier français de la ville d'Auxerre dont l'excentricité a été gentiment moquée dans une chanson qui porte son nom.

Cadet Rousselle
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
AuxerreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

 
Cadet Rousselle[1]. Image d’Épinal du XIXe siècle.

Guillaume Joseph Roussel[2] a 19 ans lorsque son père meurt le à l'âge de 48 ans. Les circonstances et la date exacte de l’arrivée de Cadet Roussel à Auxerre sont inconnues. Dans son livre, paru en 1945, Pierre Pinsseau[3] raconte la vie de Guillaume Joseph Roussel à Auxerre où il serait arrivé en 1763. Il s’y place d’abord comme domestique et laquais, puis comme clerc d’huissier.

Le , il présente une requête au lieutenant général du bailliage d’Auxerre pour l’office de premier huissier audiencier au bailliage et siège présidial d’Auxerre à valider par le roi Louis XVI le , alors qu’il demeure dans cette ville depuis plusieurs années. Il s’était marié avec Jeanne Serpillon, son aînée de seize ans, qui ne lui apporte aucune dot.

Sa nomination comme huissier audiencier lui assure désormais un revenu décent. L’année suivante il achète une petite maison biscornue à laquelle il ajoute au-dessus d’un vieux porche une construction en forme d’étroite loggia. L’aspect curieux de son domicile marque les esprits autant que le caractère du personnage qu’on dit jovial, bon vivant, un peu excentrique, mais qui jouit de la sympathie de ses concitoyens. C’est ce qui explique sans doute qu’il ait inspiré une chanson due à Gaspard de Chenu[4].

Guillaume Roussel bénéficie alors d’une popularité de bon aloi. À Auxerre il est un bon sans-culotte qui suit le mouvement révolutionnaire, peut-être un peu trop d’ailleurs. Il s'oppose à l'apposition de scellés sur la maison d'un ami, ce qui lui vaut son exclusion du Comité de Surveillance. En 1793, il organise la fête de la déesse Raison, où il représente sous un costume fantasque le dieu Temps. Après un passage en prison en 1794-1795, il limite prudemment son activité à ses fonctions d’huissier.

Veuf de Jeanne Serpillon le 14 janvier 1803, il se remarie, après un court veuvage, le 20 avril avec Reine Baron, nièce et héritière de sa première épouse, de 23 ans sa cadette.

Il meurt à Auxerre, le , sans postérité, mais immortalisé par la chanson de Gaspard de Chenu.

La ville d’Auxerre lui a érigé une statue, due au sculpteur François Brochet, sur la place Charles Surugue.

L'emplacement de sa première maison est indiqué par une plaque située sous le porche de la tour de l'horloge à l'angle de la place du Maréchal Leclerc et de la rue de l'horloge. Une rue porte son nom.

La chanson de Cadet RousselleModifier

D'après cette chanson, Cadet Rousselle avait "Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée, trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats". Elle est devenue une chanson de marche des armées de la Révolution puis une comptine.

Notes et référencesModifier

  1. « Cadet Rousselle », sur La Mesure de l'Excellence
  2. http://www.asphor.org/le-patrimoine/les-hommes/cadet-roussel/biographie-de-cadet-roussel-1-35.htm
  3. Docteur en droit et lettres, avocat puis magistrat, président du tribunal civil d'Auxerre de 1942 à 1946. Romancier, poète et chansonnier. A aussi publié sous le pseudonyme de Pierre de La Chassaigne
  4. Seigneur du Souchet, né en 1717. Il est notable à Auxerre et auteur de chansons spirituelles et satiriques. En 1790, il est un des contestataires locaux du décret de suppression de la noblesse. Opposant au nouveau régime mis en place, il se moque, dans ses écrits, de ceux qui se sont ralliés au pouvoir révolutionnaire.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Pinsseau, Cadet Roussel (1743-1807), Paris, R. Clavreuil, , 127 p.

Liens externesModifier