Buonamico Buffalmacco

peintre italien

Buonamico Buffalmacco ou Buonamico di Cristofano est un peintre italien du XIVe siècle, qui fut actif à Pise entre 1314 et 1336. Longtemps considéré uniquement comme un personnage littéraire, protagoniste d'anecdotes et d'histoires amusantes du Décaméron, la personnalité de Buonamico n'a acquis que récemment une physionomie artistique précise grâce à des recherches qui lui ont attribué les fresques du Camposanto de Pise.

Buonamico Buffalmacco
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Œuvres principales
Le Jugement final et la Mort (d), La Thébaïde (d), Le Triomphe de la Mort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Il est plus célèbre par ses facéties et ses bons mots, recueillis par Boccace et Franco Sacchetti, que par ses peintures. Élève d'Andrea Tafi, il abandonne la manière sèche et timide de son maître, pour prendre celle de Giotto[1].

Ses meilleurs tableaux ont péri et il n'en reste qu'à Arezzo et à Pise et ceux de Camposanto sont les mieux conservés. Il a écrit au bas de l'une de ces compositions un sonnet qui vaut mieux que la peinture, et qui a fait regretter qu'il ne se soit pas de préférence adonné à la poésie. On lui a attribué mal à propos le tableau où l'on voit une femme qui, par modestie, met sa main devant les yeux ; mais ses doigts sont si écartés qu'on juge que c'est pour mieux voir. Cette figure a donné lieu à un proverbe ; il s'applique à une personne qui n'est modeste qu'en apparence ; c'est, dit-on, la Vergognosa di Campo-Santo. Il ne faut pas chercher dans les ouvrages de Buffalmacco un autre style que celui du Giotto, qui est maigre dans le dessin, cru dans la couleur, pauvre d'expression ; ses têtes de femme sont remarquables par leur laideur, et surtout par la grandeur de leurs bouches : quelques-unes de ces figures ont cependant une expression assez juste dans les traits et dans le mouvement du corps[2],[3].

On raconte à ce sujet qu'un nommé Bruno di Giovanni, peintre fort médiocre, ne pouvant donner autant d'expression à ses personnages, consulta Buffalmacco, qui lui conseilla d'y suppléer en faisant sortir de leur bouche des paroles qui exprimeraient leurs sentiments ; Bruno prit à la lettre cette plaisanterie, écrivit les demandes et les réponses, et cette idée, toute bizarre qu'elle était, eut un grand succès, et fut imitée assez longtemps. Ce Bruno et un certain Nello di Dino, compagnons de Buffalmacco, étaient de moitié dans les tours qu'il jouait au crédule Calandrino, autre peintre de ce temps, et que Boccace a racontés plaisamment[2],[3].

Buffalmacco ayant été appelé à Arezzo, l'évêque le fit travailler, et lui ordonna de peindre sur la façade de son palais un aigle qui terrasse un lion ; l'artiste, qui sentit l'amertume de cette allusion, relative à la rivalité des deux républiques de Florence et d'Arezzo, ne voulant pas donner le dessous au lion de Florence, le peignit, au contraire, étouffant l'aigle arétin. Il avait dérobé cette peinture aux regards, sous prétexte de travailler avec plus de recueillement ; mais à peine fut-elle achevée, qu'il s'échappa d'Arezzo et retourna dans sa patrie. Ne le voyant pas revenir, le prélat fit découvrir le tableau. Furieux d'avoir été joué, il mit la tête de Buffalmacco à prix ; bientôt, reconnaissant qu'il avait agi en homme d'honneur, il eut le bon esprit de lui pardonner, et même il lui procura d'autres travaux[2],[3].

Après avoir habité tour à tour Rome et plusieurs autres villes d'Italie, Buffalmacco revient à Florence aussi pauvre qu'il en était parti. Devenu vieux et infirme, il entre à l'hôpital de Florence, et il y meurt à 78 ans, Giorgio Vasari affirme que il serait mort en 1340[[2],[3].

 
Il Trionfo della Morte, Camposanto de Pise.

ŒuvresModifier

BibliographieModifier

  • « Buonamico Buffalmacco », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition]
  • (it) Luciano Bellosi : Buffalmacco e il Trionfo della Morte, Turin (1975).
  • (it) Luciano Bellosi, Buonamico Buffalmacco, in Enciclopedia dell'arte medievale, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 1992.
  • (it) Peleo Bacci, Gli affreschi di Buffalmacco scoperti nella chiesa di Badia in Firenze, Bollettino d'arte del Ministero della P. Istruzione, V (1911).
  • (it) Peleo Bacci, Bonamico Buffalmacco pittore e la critica tedesca: un documento pisano del 1336, Marzocco, XXII, 1917.
  • (it) Pier Paolo Donati, Proposta per Buffalmacco, Commentarii, 1967, p. 290–296.
  • (it) Luciano Bellosi, Buffalmacco e il Trionfo della Morte, Torino, Einaudi, 1974 (nuova ed. Five Continents, Milan, 2003).
  • (it) Il Camposanto di Pisa, a cura di C. Baracchini e E. Castelnuovo, Turin, 1996.
  • (it) Isa Belli Barsali, Buonamico detto Buffalmacco, in Dizionario biografico degli italiani, vol. 15, Rome, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 1972.

Articles connexesModifier


Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Buffalmacco nell'Enciclopedia Treccani », sur treccani.it (consulté le ).
  2. a b c et d (it) Isa Belli Barsali, « Buonamico detto Buffalmacco », sur Dizionario, (consulté le ).
  3. a b c et d (it) Luciano Bellosi, « Buonamico Buffalmacco in "Enciclopedia dell' Arte Medievale" », sur Enciclopedia, (consulté le ).

Liens externesModifier