Ouvrir le menu principal

Buenaventura (Valle del Cauca)

municipalité colombienne dans le département de Valle del Cauca
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buenaventura.

Buenaventura
Buenaventura (Valle del Cauca)
Phare de Buenaventura.
Blason de Buenaventura
Blason
Drapeau de Buenaventura
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Valle del Cauca.svg Valle del Cauca
Code DANE 76109
Démographie
Population 324 207 hab. (2005[1])
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 53′ 16″ nord, 77° 04′ 08″ ouest
Superficie 607 800 ha = 6 078 km2
Localisation
Localisation de Buenaventura
Carte de Buenaventura

Géolocalisation sur la carte : Colombie

Voir sur la carte topographique de Colombie
City locator 14.svg
Buenaventura

Buenaventura est une ville du département Valle del Cauca en Colombie, ainsi que le port maritime le plus important du pays.

Sommaire

Situation et historiqueModifier

Elle se trouve à 128 km (145 km par route) de la ville de Cali et elle est séparée d'elle par la Cordillère Occidentale des Andes.

Fondée par Juan de Ladrilleros, sur ordre de Pascal d'Andagoya, le 14 juillet 1539 sur l'île de Cascajal, approximativement à 16 km de sa situation actuelle, la ville a reçu son nom pour avoir été créée le jour de la festivité de San Buenaventura (Saint Bonaventure) et pour la tranquillité de la baie.

À travers son port, la Colombie exporte 80 % du café et 60 % de toutes les exportations du pays.
Vers le sud, Buenaventura est limité par des terrains boueux qui s'étendent jusqu'à la ville de Tumaco et vers le nord limité par les forêts du département de Chocó.

Buenaventura possède un aéroport (code AITA : BUN).

CrimeModifier

La ville a vu son taux de criminalité grimper en flèche et est considérée comme l'un des villes les plus dangereuses du monde avec un taux de criminalité 24 fois supérieur à celui de l'Irak (hors Bagdad et Kaboul) [réf. nécessaire]. Une zone de non-droit où 50 000 pesos (13 euros) suffisent pour assassiner sa femme ou son voisin[réf. nécessaire]. Elle voit s'affronter les paramilitaires, les FARC, les militaires et se multiplier le narcotrafic et le trafic d'armes, qui partent du port à bord de barques surmotorisées en direction du Mexique. Les paramilitaires ont récemment pris le contrôle du port, avec le soutien des autorités, selon l'Église et les ONG[2].

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) Censo 2005 — Buenaventura[PDF], DANE
  2. Roméo Langlois, « Les narcotrafiquants colombiens ont réinventé le « Nautilus » », Le Figaro, 6 mai 2009 (p.  2).