Bricolage

occupations exercées hors du cadre professionnel, en tant qu'amateur, liées à la création, l'amélioration, la réparation et l'entretien de toutes choses matérielles
Un atelier d'un charpentier du Moyen Âge (vers 1465) à Walraversijde (Belgique).
Un makerspace (atelier pour particuliers) avec du matériel de bricolage potentiel.

Le bricolage regroupe communément maintenant les occupations exercées hors du cadre professionnel, en tant qu'amateur, liées à la création, l'amélioration, la réparation et l'entretien de toutes choses matérielles.

On dit d'une personne habile de ses mains qu'il est un « bon bricoleur ». À l'inverse, l'expression « bricoleur du dimanche » est plus péjorative. On évoque aussi un « système D » pour une réalisation particulièrement ingénieuse. Dans la partie commerciale du secteur, le concept anglo-saxon du DIY (prononcer /diː aɪ waɪ/) pour Do it yourself (« faites-le vous-même » en anglais) fut une telle réussite commerciale pour les magasins de bricolage qu'il s'est généralisé aux distributeurs de meubles, sous l'argument de prix compétitifs.

Dans ce sens commun, le bricolage a gagné ses lettres de noblesse dans les années 1980 avec la conversion de titres de presse à des techniques de plus en plus professionnelles mises à la portée de l'amateur.

ÉtymologieModifier

 
Reconstitution d'une bricole.

Étymologiquement, le mot bricolage dérive des termes briccola (terme du Moyen Âge, vers 1360), brigole puis bricole (une catapulte)[1]. À la Renaissance, alors que la catapulte devient obsolète comme engin de combat, le mot prend le sens de « moyen détourné, habile », de là, le verbe « bricoler ».

HistoireModifier

Dès 1895, le terme bricole et bricoler, dans le nouveau sens de faire des menus travaux de réparation, est attesté [2]. Ce sens est tiré de la bricole que l'on met au cou pour tirer les petites voitures.

L'une des premières traces écrites du vocable bricolage est la création dans le Jura, le 15 novembre 1931 ou 1932 à l'École pratique d'industrie de Mouchard, un stage d'artisanat rural, visant à inciter les jeunes cultivateurs aux occupations casanières, et à promouvoir des technologies inédites (électricité, moteur thermique, T.S.F.). Ces travaux pratiques sont alors qualifiées de « bricolage de la ferme », notamment en ce qui concerne l'entretien, la conduite et la réparation des machines agricoles[3].

SécuritéModifier

 
Un brûle-tout ingénieux.

Le bricolage expose le bricoleur à des produits, des émanations, des poussières et autres risques susceptibles d'avoir un effet négatif indésiré et insoupçonné sur la santé. L'information des risques est parfois faite au travers d'un étiquetage. Cet étiquetage n'est pas systématiquement lu par tous les acheteurs ; de plus ceux qui ont lu l'étiquetage n'adoptent généralement pas le comportement préconisé tel que le port de gants, de lunettes, ou de masques, sauf dans des cas spéciaux[4]. Les bricoleurs à haut revenu adoptent un comportement moins défavorable à leur santé[4].

Au-delà des risques sur la santé, chaque année, 300 000 personnes vont aux services d'Urgences à la suite d'un incident de bricolage et/ou de jardinage[5].

Les risques les plus immédiats sont les risques de chutes, coupures, brûlures, écrasement, électrocution et d'intoxications[5].

Les peintures, colles, solvants, vernis, vitrifiants, cires, décapants, diluants, laques peuvent dégager des substances toxiques[5]. 70,2 % de la population considère que ces produits présentent un risque pour la santé. 93,6 % de la population a conscience que ces produits sont une source de pollution de l'air intérieur[6].

Les laines de verre, de roche, de laitier sont irritantes pour les yeux, la peau et les voies respiratoires[5]. Les travaux sur les logements anciens contenant des peintures au plomb sont cause de saturnisme[5]. Enfin, une fois les travaux achevés, des produits nocifs peuvent encore être émis longtemps après[5].

Économie du bricolageModifier

 
Enseigne d'une grande surface spécialisée dans le bricolage.

Les magasins faisant commerce de produits de bricolage ont porté différents noms : droguerie, bazar, avant de s'appeler magasin de bricolage. Aujourd'hui, la plupart d'entre eux font partie de chaînes de grands groupes multinationaux. Par exemple, le Bazar de l'Hôtel de Ville parisien (implanté également dans d’autres villes) est entré en 1991 dans le groupe Galeries Lafayette[7].

En 2011, le marché global du bricolage est de 24,03 milliards d'euros (en France vraisemblablement)[8].

Les grandes surfaces du bricolage (GSB) d'une superficie supérieure à 400 m2 représentent 76 % du Marché du Bricolage. Les principaux secteurs du bricolage sont la plomberie/sanitaire (14 %), la peinture/colles (12 %) et les bois/dérivés (13 %).[réf. nécessaire]

Techniques et domainesModifier

L'activité de bricolage peut tenir de domaines de compétences variés pouvant nécessiter l'utilisation d'outillages propres. Il peut s'agir de métiers du bâtiment comme la plomberie, l'électricité ou encore le carrelage, mais aussi de mécanique automobile ou de celle des autres cycles (bicyclette, motocyclette, cyclomoteuretc.). Ces travaux de bricolage peuvent être réalisés en intérieur (décoration, aménagement d'intérieur) ou en extérieur. Certains peuvent avoir un caractère artisanal, comme dans les domaines de l'ébénisterie ou la vannerie.

AutoconstructionModifier

L'autoconstruction consiste à construire soi-même sa maison. Cette entreprise rassemble en un seul projet tous les aspects du bricolage à la maison.

DécorationModifier

Équipement électrique, électroménager et DomotiqueModifier

MaçonnerieModifier

MenuiserieModifier

OutillageModifier

Se reporter à la Liste d'outils.

PlomberieModifier

VéhiculesModifier

AutomobileModifier

  • Entretenir la batterie de son véhicule[10]
  • Entretien des automobiles[11]

VéloModifier

  • Poser une rustine[12]
  • Changer un patin de bicyclette[13]
  • Démonter une roue
  • Dévoiler une roue[14]

Travail du verreModifier

Notes et référencesModifier

  1. bricole, Wiktionary
  2. Clair Tisseur, Académie du Gourguillon et des Pierres plantées (Lyon). Éditeur scientifique, Le littré de la Grand'Côte : à l'usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement / par Nizier du Puitspelu ; Académie du Gourguillon, Lyon, impr. Juré de l'Académie, , 1 vol. (VIII-341 p.) : 1 photogr. ; in-8 (notice BnF no FRBNF42134976, lire en ligne).
  3. Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations, Lons-le-Saunier, Conseil général du Jura (ISSN 1240-7054, notice BnF no FRBNF34438918, lire en ligne).
  4. a et b http://www.inpes.sante.fr/Barometres/BSE2007/pdf/produits.pdf
  5. a b c d e et f http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/894.pdf
  6. http://www.inpes.sante.fr/Barometres/BSE2007/synthese/produits.asp
  7. http://www.bhv.fr/informations/lentreprise.html#c10634
  8. http://www.fmbricolage.org/contenus/36/Les-chiffres-du-march%C3%A9
  9. Voir le document Installer une parabole satellite sur Wikibooks.
  10. Voir le document Batterie d'accumulateurs sur Wikibooks.
  11. Voir le livre Mécanique automobile sur Wikibooks.
  12. Voir la page Réparer une chambre à air du livre Mécanique vélo sur Wikibooks.
  13. Voir la page Changer un patin de bicyclette du livre Mécanique vélo sur Wikibooks.
  14. Voir la page Dévoiler une roue du livre Mécanique vélo sur Wikibooks.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier