Ouvrir le menu principal

Brian Tobin

personnalité politique canadienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tobin.
Brian Tobin
Briantobin.jpg
Fonctions
Membre de la chambre d'Assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador
-
Chris Decker (en)
Trevor Taylor (en)
Membre de la chambre d'Assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador
-
Eddie Joyce (en)
Premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador
-
Député de la Chambre des communes du Canada
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinction

Brian Vincent Tobin (né le à Stephenville, Terre-Neuve-et-Labrador) est un homme politique canadien.

Brian Tobin est originaire de Terre-Neuve-et-Labrador.

Sommaire

Avant la vie politiqueModifier

Brian Tobin a complété ses études en science politique à l'Université Memorial de Terre-Neuve[1].

Vie politiqueModifier

À 25 ans, Brian Tobin se lance en politique[2].Tobin a d'abord été élu en 1980 sous la bannière du Parti libéral du Canada. Avec l'arrivée au pouvoir de Jean Chrétien comme premier ministre en 1993, Tobin a servi comme ministre des pêches et océans.

Le référendum sur la séparation du Québec de 1995Modifier

Pendant la campagne du camps du NON et d'Option Canada, Brian Tobin alors ministre dans le gouvernement fédéral de Jean Chrétien a pris, a quelques jours du vote sur l'avenir du Canada, l’initiative de regrouper un grand nombre de canadiens pour aller faire une marche contre la séparation du Québec à Montréal. C’est ainsi environ 150 000 canadiens de tout le pays qui sont débarqués à Montréal en ce 30 octobre 1995. Cet exploit lui vaudra le surnom de Capitaine Canada[2],[1],[3].

 
Tobin a fait campagne pour le camps du NON en 1995 lors du référendum sur la séparation du Québec.

Après 1995Modifier

En 1996, Tobin a quitté son poste pour se faire élire chef du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, suivant la démission de Clyde Wells. Il est devenu premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador la même année.

En 2000, Tobin a de nouveau quitté son poste pour revenir en politique fédérale. Jean Chrétien l'a nommé ministre de l'Industrie, un poste qu'il conserva jusqu'à sa démission surprise en 2002.

En 2006, Brian Tobin devient associé principal de l'Institut Fraser[4].

HommagesModifier

TitreModifier

DistinctionModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier