Boston Common

parc public à Boston

Le Boston Common est le plus ancien jardin public de la ville de Boston et même des États-Unis. Il est bordé par les rues Tremont, Beacon, et Charles.

Boston Common
Image illustrative de l’article Boston Common
Vue du Boston Common.
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Subdivision administrative Massachusetts
Commune Boston
Superficie 20 ha
Histoire
Création 1634
Caractéristiques
Type Jardin public
Localisation
Coordonnées 42° 21′ 18″ nord, 71° 03′ 56″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Boston
(Voir situation sur carte : Boston)
Boston Common
Géolocalisation sur la carte : Massachusetts
(Voir situation sur carte : Massachusetts)
Boston Common
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Boston Common

Histoire

modifier

Inauguré en 1634, c'est le plus ancien parc américain. Les vaches pouvaient continuer à paître sur une partie des 20 ha et ce, jusqu'en 1830. En tant que parc public, le Boston Common a servi de lieu d’exécution et de châtiment public : y sont morts, entre autres, les quatre martyrs quakers de Boston (dont Mary Dyer en 1660[1] et William Leddra en 1661[2]), le chef indien Tantamous en 1676[3] et la pirate Rachel Wall en 1789. Les soldats britanniques y stationnèrent jusqu'à l'indépendance du Pays.

L'étang de Frog Pond sert de patinoire en hiver ; c'est ici que se trouve la fontaine Brewer et que l'on joue de la musique au Parkman Banstand (kiosque).

Monuments et bâtiments notables

modifier


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

modifier
  1. (de) Claus Bernet, « Boston Common », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), vol. 20, Nordhausen, (ISBN 3-88309-091-3, lire en ligne), col. 414-420
  2. (en) John C. Shields, Leddra, William (d. 1661), Quaker minister in America, Oxford University Press, coll. « Oxford Dictionary of National Biography », (DOI 10.1093/ref:odnb/16267, lire en ligne)
  3. (en) Butterworth, Hezekiah, Young folks' history of Boston, Boston, Estes and Lauriat, , 506 p. (lire en ligne), p. 131-132

Liens externes

modifier