Ouvrir le menu principal
Boduognat statue à Anvers par Joseph Ducaju.
Carte des peuples celtes de Gaule.

Boduognatos est une personnalité du puissant peuple celte des Nerviens au Ier siècle av. J.-C. Selon Jules César, dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules, il était « leur chef suprême ».

Sommaire

ProtohistoireModifier

Boduognatos est connu pour avoir été en 57 av. J.-C. le chef militaire de la tribu des Nerviens de la Gaule belgique. Il meurt dans l'année qui suit la bataille du Sabis. La Sambre que décrit César.

« Les soldats de la neuvième et de la dixième légion, placés à l'aile gauche de l'armée, après avoir lancé leurs traits, tombèrent sur les Atrébates, fatigués de leur course, hors d'haleine, percés de coups, et qui leur faisaient face. Ils les repoussèrent promptement de la hauteur jusqu'à la rivière, qu'ils essayèrent de passer ; mais on les poursuivit l'épée à la main, et on en tua un grand nombre au milieu des difficultés de ce passage. Les nôtres n'hésitèrent pas de leur côté à traverser la rivière ; mais, s'étant engagés dans une position désavantageuse, l'ennemi revint sur ses pas, se défendit, et recommença le combat ; il fut mis en fuite. Sur un autre point, deux de nos légions, la onzième et la huitième, avaient battu les Viromandues, avec lesquels elles en étaient venues aux mains, et les menaient battant depuis la hauteur jusque sur les rives mêmes de la Sambre. Mais ces mouvements du centre et de l'aile gauche avaient laissé le camp presque entièrement à découvert ; l'aile droite se composait de la douzième légion et de la septième, placées à peu de distance l'une de l'autre : ce fut sur ce point que se portèrent, en masses très serrées, tous les Nerviens conduits par Boduognatos, leur général en chef. Les uns enveloppèrent nos légions par le flanc découvert, les autres gagnèrent le haut du camp.  »

— Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre II, 23.

ÉtymologieModifier

La racine boduos / boduo- est sous la forme bodua, le nom d'une divinité guerrière que l'on retrouve dans la mythologie celtique irlandaise sous la forme Bodb[1] (voir Morrigan). Dans la mythologie gauloise, il pourrait s'agir de la déesse Catubodua, incarnation ou allégorie de la victoire, la corneille représente donc également la guerre, voire la victoire guerrière. Le terme -gnatos / gnata signifie « fils/fille de »[2]. Son nom signifie donc littéralement le « fils de la corneille » et, au sens figuré, peut s’interpréter comme "l'enfant de la guerre" ou "l'enfant de la victoire", soit "le guerrier" ou "le vainqueur".

Dans la culture populaireModifier

  • L'astéroïde (3458) Boduognat, découvert en 1985 par l'astronome Henri Debehogne, lui rend hommage.
  • Une statue de Boduognat de Joseph Ducaju a été édifiée à Anvers en 1861, près de la Nerviërststraat.
  • Une marque de cigares anversoise portait le nom Boduognat.

NotesModifier

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, page 81.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, page 181.

Sources et bibliographieModifier

WikisourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :