Bob Perelman

poète américain
Bob Perelman
Bob Perelman in 2008.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation

Putney School dans le Vermont. Université de Rochester, B.A Université du Michigan, M.A Université de Iowa, MFA

Université de Californie à Berkeley, Ph.D
Activité
poète, critique littéraire, traducteur, éditeur et professeur d'université
Père
Marc Pelerman
Mère
Evelyn Pelerman
Conjoint
Francie Shaw
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Post modernisme
Mouvement
L=A=N=G=U=A=G=E
Maître
TS Eliot, Walt Whitman, Marcel Proust
Site web
Œuvres principales

7 Works, Modernism the Morning After,

Playing Bodies

Bob Perelman, né le 2 décembre 1947[1] à Youngstown, dans l'Ohio, est un poète, critique littéraire, traducteur, éditeur et professeur d'université américain[2]. Il enseigne actuellement la littérature anglaise à l'Université de Pennsylvanie[3].

BiographieModifier

Il est le second enfant d'une famille de confession juive, Son père Marc Pelerman était un grossiste de matériel électro-ménager et sa mère Evelyn Pelerman un travailleuses sociale. Il suit ses études secondaires à la Putney School[4] dans le Vermont. Dès son adolescence il est passionné par le piano et la poésie[5], il découvre les poètes TS Eliot et Walt Whitman. Après ses études secondaires, il abandonne ses études musicales pour faire des études de lettres classiques (grec et latin) à l'Université de Rochester. Il obtient son Master of Arts en littérature ancienne à l'Université du Michigan. En 1969, il s'inscrit à l'atelier de création littéraire de l'Université de Iowa, ce qui lui permet d'obtenir un Master of Fine Arts, Il termine ses études universitaires en soutenant avec succès sa thèse de doctorat (Ph.D) à l'Université de Californie à Berkeley.

Pendant ses études à l'Université de Iowa, il rencontre celle qui deviendra son épouse Francie Shaw[6], ensemble ils auront deux enfants Max (né en 1979 et Reuben (né en 1983). Ensemble ils lancent une revue Hill.

En 1990 il devient professeur à l'Université de Pennsylvanie.

Influencé par les œuvres de Marcel Proust et d'Ezra Pound, sa poésie casse la syntaxe et les significations pour recréer de nouveaux rapports entre le corps et la langue. Il fait partie du groupe L=A=N=G=U=A=G=E[7], proche de l'école objectiviste, connu en France par le mouvement OULIPO[8].

Il publie régulièrement ses articles et poèmes dans des revues et magazines[9] tels que : Jacket2[10], Poetry[11], Discourse[12], Tikkun[13], Shofar[14]Diacritics[15], Revue Francaise d'Etudes Americaines, Etudes Anglaises[16], The Arizona Quarterly[17], American Literature, South Atlantic Quarterly, North Dakota Quarterly, Quaterly Literary review Singapore[18], etc.

ŒuvresModifier

Recueil de poésieModifier

  • Iflife, éd. Roof Books, 2006,
  • Playing Bodies, avec des illustrations de Francie Shaw, éd. Granary Books, 2004[19],
  • Ten to One: Selected Poems, éd. Wesleyan, 1999,
  • The Future of Memory, éd. Roof Books, 1998[20],
  • Virtual Reality, éd. Roof Books, 1993,
  • Face Value, éd. Roof Books, 1988,
  • Captive Audience, éd. Figures, 1988,
  • The First World, éd. Figures, 1986,
  • To the Reader, éd. Tumba Press, 1984,
  • a. K. a., éd. Sun & Moon, 1984,
  • Primer, éd. Small Press, 1981,
  • Cupis & Psyche & Vienna, éd. Miam, 1978,
  • Braille, éd. Small Press, 1975.

EssaisModifier

  • Modernism the Morning After, éd. University Alabama Press, 2017[21],
  • Bay Area Talks 1977-1983, éd. Salt Publishing, 2009,
  • The Marginalization of Poetry: Language Writing and Literary History, éd. Princeton University Press, 1996,
  • The Trouble with Genius: Reading Pound, Joyce, Stein, and Zukofsky, éd. University of California Press, 1994,
  • 7 Works, éd. Figures, 1978[22],

TraductionsModifier

  • In Modernist Archaist: Selected Poems of Osip Mandelstam, éd. Whale and Star: 2008,
  • In The Selected Poems of Tomaz Salamun[23], éd. Ecco Press, 1988,
  • In Russian Poetry: The Modern Period, éd. Iowa University Press, 1978.

ÉditeurModifier

  • Writing/Talks, éd. Southern Illinois University Press, 1985,
  • La revue Hills, San Francisco, de 1973 à 1980.

BibliographieModifier

Sa poésie est vue comme une rupture vis à vis d'une tradition poétique définissant la poésie comme expression de la vie intime d'une personne, rupture qui définit une pratique de l'écriture poétique comme expression sociale et politique.Afin de rejoindre par delà l'expérience intime l'expérience sociale inconsciente il utilise des procédés surréalistes : cassure de la syntaxe, automatisme, griffonnages, collages, jeux de mots, etc, cela afin de dévoiler les structures sociales et politiques du langage. Certains critiques lui ont reproché ce refus du sujet, refus menant à une expression poétique qui ne serait qu’effet de la langue[24].

  • “If you know what they mean,/things make sense” (Bob Perelman): Language Poetry vs. Conceptualisms, article de Hélène Aji pour la revue "Caliban", 2014[25]
  • La matérialisation de la marge dans la poésie américaine contemporaine, par Geneviève Cohen-Cheminet pour la revue "Etudes Anglaises", 2012[16],
  • Forma vs processo. Su una poesia di Bob Perelman, article de Andrea Raos pour la revue "Nazione Indiana", 2012[26]
  • Bob Perelman’s Grammatology, par Rae Armantrout pour la revue Jacket2, 2009[27],
  • Bob Perelman’s History, par Al Filreis[28] pour la revue Jacket2, 2009[29],
  • Post-Avant-Gardism: Bob Perelman and the Dialectic of Futural Memory, article de Joel Nickels pour la revue "Post Modern Culture", 2001[20]

Documents audio-phoniques et audio-visuelsModifier

Sur le site PennSound de l'Université de Pennsylvanie[30]

Sur la chaîne You tube de l'Université de Pennsylvanie[31]

RéférencesModifier

  1. « Steve Evans on Bob Perelman », sur www.thirdfactory.net (consulté le 14 octobre 2017).
  2. (en-US) « Bob Perelman », sur Poetry Foundation, (consulté le 13 octobre 2017).
  3. (en) « Department of English », sur www.english.upenn.edu (consulté le 13 octobre 2017).
  4. (en) « The Putney School », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  5. (en) « Jacket 39 - Early 2010 - Bob Perelman Feature: Bob Perelman Biographical Note perelman-bio.shtml », sur jacketmagazine.com (consulté le 13 octobre 2017).
  6. (en-US) « FRANCIE SHAW », sur francieshaw.net (consulté le 13 octobre 2017).
  7. « language poetry », sur www.textetc.com (consulté le 14 octobre 2017).
  8. Oulipo, « Oulipo », sur oulipo.net (consulté le 13 octobre 2017).
  9. (en) « Bob Perelman ».
  10. (en) « Jacket 39 - Early 2010 - Contents page », sur jacketmagazine.com (consulté le 13 octobre 2017).
  11. (en-US) « Confession by Bob Perelman », sur Poetry Foundation, (consulté le 13 octobre 2017).
  12. Bob Perelman, « Ode to James Fennimore Cooper », Discourse, vol. 24, no 1,‎ , p. 165–166 (ISSN 1536-1810, DOI 10.1353/dis.2003.0014, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  13. Bob Perelman, « Finding His Voice », Tikkun, vol. 22, no 3,‎ , p. 75–78 (ISSN 2164-0041, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  14. Bob Perelman, « Three More Sonnets », Shofar: An Interdisciplinary Journal of Jewish Studies, vol. 27, no 3,‎ , p. 120–121 (ISSN 1534-5165, DOI 10.1353/sho.0.0364, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  15. Bob Perelman, « Poetry in Theory », Diacritics, vol. 26, no 3,‎ , p. 158–175 (ISSN 1080-6539, DOI 10.1353/dia.1996.0033, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  16. a et b Geneviève Cohen-Cheminet, « La matérialisation de la marge dans la poésie américaine contemporaine, Abstract », Études anglaises, vol. 65, no 2,‎ , p. 217–234 (ISSN 0014-195X, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  17. Bob Perelman, « Building a More Powerful Vocabulary: Bruce Andrews and the World (Trade Center) », Arizona Quarterly: A Journal of American Literature, Culture, and Theory, vol. 50, no 4,‎ , p. 117–131 (ISSN 1558-9595, DOI 10.1353/arq.1994.0024, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  18. « QLRS: Issues », sur www.qlrs.com (consulté le 14 octobre 2017).
  19. « Multimedia -- HOW2 », sur www.asu.edu (consulté le 13 octobre 2017).
  20. a et b « Nickels, Post-Avant-Gardism: Bob Perelman and the Dialectic of Futural Memory », sur pmc.iath.virginia.edu (consulté le 14 octobre 2017).
  21. (en) Bob Perelman, Modernism the Morning After, The University of Alabama Press, (ISBN 9780817391096, lire en ligne).
  22. « ECLIPSE - 7 WORKS », sur eclipsearchive.org (consulté le 13 octobre 2017).
  23. (en-US) « Tomaž Šalamun (1941-2014) and the New York School », Locus Solus: The New York School of Poets,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  24. « John R. Woznicki's "Poetry of Play, Poetry of Purpose: The Continuity of American Language Poetry" », sur www.moriapoetry.com (consulté le 14 octobre 2017).
  25. (en) Hélène Aji, « “If you know what they mean,/things make sense” (Bob Perelman): Language Poetry vs. Conceptualisms », Caliban. French Journal of English Studies, no 35,‎ , p. 197–209 (ISSN 2425-6250, DOI 10.4000/caliban.310, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  26. (it) « Forma vs processo. Su una poesia di Bob Perelman - Nazione Indiana », Nazione Indiana,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  27. (en) « Jacket 39 - Early 2010 - Bob Perelman Feature: Rae Armantrout: Bob Perelman’s Grammatology », sur jacketmagazine.com (consulté le 13 octobre 2017).
  28. (en) « Al Filreis », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2017).
  29. (en) « Jacket 39 - Early 2010 - Bob Perelman Feature: Al Filreis: The President of This Sentence: Bob Perelman’s History », sur jacketmagazine.com (consulté le 14 octobre 2017).
  30. « PennSound: Bob Perelman », sur writing.upenn.edu (consulté le 14 octobre 2017).
  31. ModPo Penn, « Bob Perelman on how Stein works your reading mind », (consulté le 14 octobre 2017).

Liens internesModifier