Ouvrir le menu principal

Bleiddwn (« petit loup ») est un louveteau fabuleux de la mythologie celtique brittonique, qui apparaît dans la Quatrième branche du Mabinogi : « Math fils de Mathonwy ». Il est engendré par les deux frères Gwydion et Gilfaethwy, alors qu’ils ont l’apparence respective d’un loup et d’une louve, états dus à la magie de leur oncle Math.

Sommaire

MythologieModifier

Math, magicien et souverain du Gwynedd, est contraint de vivre les pieds dans le giron de la vierge Goewin, à moins qu’il ne doive aller à la guerre[1]. Gilfaethwy, l’un de ses neveux s’est épris de la vierge et en parle à son frère le magicien Gwydion qui élabore un stratagème pour éloigner le roi. Il lui vante des porcs fabuleux, arrivés de l’Annwvyn, chez Pryderi, le prince de Dyfed et dit pouvoir se les approprier. À la cour de Pryderi, accompagné de onze faux bardes, il échange les porcs contre des étalons et des lévriers magiques, qui disparaissent après vingt-quatre heures. Pryderi part en guerre, contraignant Math à quitter sa résidence royale de Caer Dathyl[2].

Gilfaethwy viole Goewin, qui rapporte les faits au roi, à son retour. N’étant plus vierge, elle ne peut plus assumer son rôle de « porte-pieds ». Pour punir ses neveux, Math transforme Gilfaethwy en biche et Gwydion en cerf en les obligeant à avoir un petit, Hyddwn (« petit cerf »[3].). Au bout d’un an, ils reviennent à la cour de Math, qui garde le petit et le fait baptiser. Quant à Gwydion et Gilfaethwy, il les transforme respectivement en laie et en sanglier[4]. Ils vont engendrer un marcassin, Hychtwn, que Math transformera en garçon, aux cheveux châtain.

Math leur fait alors subir une dernière transformation animale, en loup et en louve, état pendant lequel ils engendrent Bleiddwn[5]. Au bout d’une année, Math redonne à ses neveux leur apparence humaine et fait de leur progéniture de fidèles champions.

Les enfants de DônModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dôn
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gwydion
 
Eveydd
 
Gilfaethwy
 
Amaethon
 
Gofannon
 
Arianrhod
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hyddwn
« faon »
 
Hychtwn
« marcassin »
 
Bleiddwn
« louveteau »
 
 
 
 
 
 
Dylan Eil Ton
« fils de la vague »
 
 
 
 
Llew Llaw Gyffes
« a la main rapide »

ComplémentsModifier

SourcesModifier

  • Les Quatre branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, traduit du gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert, éditions Gallimard, collection « L'aube des peuples », Paris, 1993, (ISBN 2-07-073201-0).

BibliographieModifier

NotesModifier

  1. « […] si l’on se rappelle que le pied est un substitut phallique bien connu, nous sommes là évidemment dans une nouvelle expression de l’union nécessaire entre le roi et son royaume, d’autant que la vierge en question est appelée Aranrhod « la Grande Roue », une des formes attestées de la Terre-mère ». Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, page 247.
  2. La localisation exacte de ce toponyme est l’objet de discussions, sans que la question soit tranchée. Voir note n° 4 de Pierre-Yves Lambert dans Les Quatre branches du Mabinogi, page 362.
  3. Les Quatre branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, page 106.
  4. Chez les Celtes, le sanglier symbolise la classe sacerdotale (Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides, page 416) et ses représentations se retrouvent dans tout le monde celtique (Venceslas Kruta, Les Celtes, histoire et dictionnaire, pages 807-808).
  5. Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, page 206 et suivantes, « Le Mabinogi de Math ».