Bertrand Goldschmidt

chimiste, physicien nucléaire et diplomate français

Bertrand Goldschmidt est un chimiste français, né à Paris le et mort le également à Paris. Il a activement participé aux recherches atomiques françaises pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Bertrand Goldschmidt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

BiographieModifier

Bertrand Goldschmidt est né à Paris le d'une mère française et d'un père belge d'origine juive[1].

Il intègre l'École supérieure de physique et chimie de Paris en 1932[2] et est recruté à l'Institut du Radium en 1933 par Marie Curie en tant que préparateur. Il y obtient son doctorat en 1940.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est affecté dans un laboratoire militaire à Poitiers puis est fait prisonnier par les Allemands qui le relâchent par la suite lui permettant de passer en zone libre. Il enseigne ensuite un moment à Montpellier avant d'être révoqué par le gouvernement de Vichy en application du statut des juifs. Il émigre alors aux États-Unis et débarque à New York en où il s'engage dans les Forces Françaises Libres.

Enrico Fermi lui propose par la suite de rejoindre, à l'université Columbia, le groupe de scientifiques travaillant sur le projet qui donnera naissance, quelque temps après, à la première réaction nucléaire en chaine auto-entretenue dans le réacteur Chicago Pile-1 (CP-1). Malgré le veto du gouvernement américain qui refuse la participation d'un Français, il rejoint le groupe en . Ce sera l'unique Français à participer au Projet Manhattan sur le sol américain. Il y travaille, dans le groupe de Glenn Seaborg, à la mise au point du procédé PUREX de séparation du plutonium et de l'uranium et participe à l'extraction des premiers grammes de plutonium produits dans CP-1.

Il rejoint par la suite, le programme nucléaire anglo-canadien (groupe de Montréal) au Canada où il retrouve d'autres Français comme Hans von Halban, Jules Guéron, Pierre Auger et Lew Kowarski qui les rejoindra en 1944.

Le , dans une arrière-salle du consulat français d’Ottawa, avec Pierre Auger et Jules Guéron, ils informent le général de Gaulle du programme nucléaire secret des Américains, le Projet Manhattan, et des perspectives ouvertes par la fission nucléaire[3].

Il contribue au développement du premier réacteur nucléaire canadien ZEEP qui diverge en . Il revient en France en 1946.

Bertrand Goldschmidt est un des créateurs du Commissariat à l'énergie atomique en 1945. En , lui et ses collaborateurs, Pierre Regnaut, Jean Sauteron et André Chesne extraient les premiers milligrammes de plutonium du combustible irradié de la pile Zoé à l'usine du Bouchet, étape essentielle pour la fabrication de la bombe atomique française[4].

Au CEA, Bertrand Goldschmidt dirige le département de chimie et est chargé des relations extérieures jusqu'en 1960. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire du développement de l'énergie nucléaire. Il est le représentant français dans le Bureau des Gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique de 1958 à 1980.

ŒuvresModifier

  • « Conclusion sur Bikini », Atomes no 9,
  • « La purification de l’uranium », Atomes no 15,
  • L'aventure atomique, Fayard, 1962
  • « Le cycle de l’uranium », Atomes no 85, (Spécial Le centre atomique de Saclay)
  • Les rivalités atomiques 1939-1966, Fayard, 1967
  • Le Complexe atomique : Histoire politique de l’énergie nucléaire, Fayard, 1980
  • « Les premiers milligrammes de plutonium », La Recherche no 131,
  • Pionniers de l'atome, Stock, 1987

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier