Ouvrir le menu principal

Bernardo Pasquini

compositeur, claveciniste et organiste italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasquini.
Bernardo Pasquini
Description de cette image, également commentée ci-après
Bernardo Pasquini

Naissance
Massa di Valdinievole (près de Pistoia), Toscane
Décès (à 72 ans)
Rome
Activité principale Compositeur
Style Musique baroque
Activités annexes Claveciniste, organiste

Bernardo Pasquini, né le [1] à Massa di Valdinievole (près de Pistoia, en Toscane) et mort le [1] à Rome, est un compositeur, claveciniste et organiste italien.

Sommaire

BiographieModifier

Après les premières études à Uzzano (Pistoia) avec Mariotto Bocciantini, il s'installa vers 1650, avec un oncle prêtre, à Ferrare. Dès 1653, il était organiste à l'Accademia della Morte, un lieu déjà occupé auparavant par Luzzasco Luzzaschi et Girolamo Frescobaldi.
Installé définitivement à Rome dès 1655 ou 1656, il prend connaissance des œuvres de Palestrina et de Girolamo Frescobaldi, mort depuis peu (1643), et dont le souvenir est encore vivace dans le monde musical romain. Ceci lui vaudra plus tard une réputation de spécialiste de la « vraie manière italienne », come l'écrit son élève Georg Muffat.

Il devient, vers 1657 organista de l'église de Sainte-Marie in Vallicella (Chiesa Nuova). Depuis en fevrier 1664, il est nommé organiste à la basilique Santa Maria Maggiore, et à l'église Sainte-Marie d'Aracœli. Il accompagne à Paris en 1664 la suite du cardinal Flavio Chigi et joue du clavecin à la cour de Louis XIV. C'est pour lui l'occasion d'entendre et de côtoyer les musiciens français.

En novembre 1667, il entre au service du prince Giovanni Battista Borghese, poste qu'il conserve jusqu'en 1692. Dès 1693 il passe au service de Marcantonio Borghese, fils du précedent.
En 1706, il devint membre de l'Accademia dell'Arcadia, association placée sous le patronage du cardinal Pietro Ottoboni (neveu du pape Alexandre VIII et mécène fastueux) et qui a pour objectif de formaliser les règles de la littérature italienne afin d'en relever le prestige. Son pseudonyme y est Protico. Parmi ses collègues, musiciens éminents, on compte notamment Giovanni Bononcini, Alessandro Scarlatti (Terpandro), Arcangelo Corelli (Arcomelo), les frères Alessandro et Benedetto Marcello (respectivement Eterio Stinfalico et Driante).

ŒuvreModifier

Fichier audio
Toccata
Des difficultés à utiliser ces médias ?

L'œuvre de Pasquini englobe presque tous les genres de musique de l'époque : de l'opéra à l'oratorio, de la cantata à la musique pour clavier. Au cours des vingt années (1672-1692), il compose au moins 18 opéras (drammi per musica et commedie per musica), dont six sont perdus, représentés à Rome et dans d'autres centres italiens, notamment en Toscane. Son œuvre comprend aussi au moins 13 oratorios (dont huit sont perdus), quelques motets, plus de soixante cantates[2]. Ce qui nous est parvenu comprend en manuscrits des pièces pour l'orgue et le clavecin qui joignent au style italien la présence d'éléments de la suite française.

Pasquini est le plus grand claviériste italien de la période intermédiaire entre Frescobaldi et Domenico Scarlatti. Il est aussi très recherché comme professeur et a pour élèves Georg Muffat, Johann Philipp Krieger, Johann Georg Christian Störl, Franz Jakob Horneck, Floriano Arresti, Tommaso Bernardo Gaffi, et probablement aussi Ferdinand Tobias Richter et Carlo Domenico Draghi.

Sous certains aspects Pasquini anticipe la technique du clavier de Domenico Scarlatti[3]

RéférencesModifier

  • Arnaldo Morelli, La virtù in corte : Bernardo Pasquini (1637-1710), Lucca, LIM, 2016.

NotesModifier

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 831
  2. Alexandra Nigito (éd.), Bernardo Pasquini. Le cantate, Turnhout, Brepols, 2012.
  3. (en) Maurice Hinson, Guide to the pianist's repertoire, Bloomington, Indiana University Press, , 3e éd., xli-933 p. (ISBN 0-253-21348-7, OCLC 247735919), p. 589.

Liens externesModifier