Beit Hanina

village palestinien

Bait Hanina
بيت حنينا
Beit Hanina
La barrière de séparation au nord de Jérusalem, qui divise Beit Hanina en deux villages, situés dans une enclave séparée.
Administration
Pays Drapeau de la Palestine Palestine
Jérusalem
Maire la municipalité de Jérusalem
Géographie
Coordonnées 31° 49′ 50″ nord, 35° 12′ 58″ est
Altitude 780 m
Superficie 1 638,4 ha = 16,384 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Palestine
Voir sur la carte administrative de Palestine
City locator 14.svg
Bait Hanina

Beit Hanina (arabe : بيت حنينا) est une ville palestinienne à Jérusalem-Est. Elle se trouve sur la route qui mène à Ramallah à huit kilomètres au nord du centre de Jérusalem, à une altitude de 780 mètres[1]. Beit Hanina est bordée à l'est par Hizma, Shuafat au sud, Beit Iksa à l'ouest et Bir Nabala, al-Jib, Kafr Aqab et ar-Ram au nord. Bet Hanina est divisé par la barrière de séparation en : El-Jadida (le nouveau village), qui est située dans la municipalité[2] de Jérusalem et comprend la grande majorité de la zone bâtie, et Al-Balade (le vieux village) qui se trouve en dehors de la municipalité. La superficie totale de Beit Hanina est de 16,384 acres, dont 2 775 km2[3] (16,3 km2) sont construits. En 2007, Beit Hanina comptait plus de 27 000 habitants, dont 26 762 habitants de Jérusalem dans le nouveau village[4] et 1 072 habitants sous l'autorité palestinienne.

ÉtymologieModifier

Le nom du village signifie qu'il s'agit du domicile d'une personne appelée Hanina, et certains érudits[Qui ?] affirment que Hanina est issue de l'assyrien Han Nina, ce qui signifie « digne de tendresse et de compassion ». Le mot hannah peut également être dérivé du mot « camp ».

PartitionModifier

La barrière de séparation israélienne au nord de Jérusalem divise Beit Hanina en deux parties : le vieux village et le nouveau village.

La colonie d'Atarot a été établie en 1970 au nord, la colonie de Neve Yaakov en 1973 à l'est et la colonie de Ramot en 1973 au sud-ouest. Beit Hanina et sa partie occidentale ont été annexés à la Cisjordanie. Lorsque la barrière de séparation israélienne a été construit en Cisjordanie, l'autre partie, restée en dehors du mur, est devenue une zone disputée entre Palestiniens et Israéliens.

HistoireModifier

La ville de Beit Hanina remonte à la période cananéenne. L'historien français Victor Guerin estime que la ville de Beit Hanina est la région "Ananya", mentionnée dans l'ancien Testament où habitait la tribu de Benjamin, mais l'Américain William Foxwell Albright s'y est opposé, affirmant qu'Ananiya est le village d'Al-Eizariya à Jérusalem-Est.

Beit Hanina a rejoint les terres du califat islamique en 636 après JC, sous la direction d'Omar ibn al-Khattab, après la victoire des musulmans contre les Byzantins, lors de la bataille de Yarmouk. Au début des siècles du règne islamique de Palestine, plusieurs Arabes émigrent à Beit Hanina,pour rejoindre ses familles arabes qui sont déjà là. Son économie reposait principalement sur l'agriculture, en particulier la culture de l'olivier, de la figue et d'orge.

En 1099, les armées des croisés s'emparaient de la terre de Jérusalem, y compris Beit Hanina, pour cultiver leurs vergers et leurs champs. Plus tard.Les croisés ont été expulsés. Après cela, Saladin a restauré la ville pour sécuriser la majorité musulmane et pour la protéger de la nouvelle invasion des croisés, Saladin a fait venir de fortes tribus bédouines du désert du Néguev et du nord du Hejaz pour s'installer là[5].

Époque du mandat britanniqueModifier

Lors du recensement des autorités du mandat britannique en 1922, la population de Beit Hanina était estimée à 996 personnes, tous musulmans. Lors du deuxième recensement en 1931, la population avait augmenté pour atteindre environ 1 226 habitants. Ils vivaient dans 317 maisons[6].

En 1945, la population de Beit Hanina était estimée à 1 590 habitants, tous musulmans[7]. Ils étaient sur une superficie de 14 948 acres à Beit Hanina[8], selon les statistiques officielles du territoire et de la population, dont 3 072 acres cultivés et irrigués, et environ 4 304 acres utilisés pour la culture de céréales et 219 acres de terres bâties[9],[10]

Époque jordanienneModifier

Au cours de la guerre israélo-arabe de 1948, Beit Hanina était contrôlée par les forces jordaniennes, ainsi que par le reste de la Cisjordanie, et Beit Hanina devenait une partie de la Jordanie jusqu'en 1967. Sous l'autorité jordanienne, de nouvelles routes et de nouvelles écoles ont été construites. les immigrants palestiniens- qui ont été touchés par la guerre et ont dû quitter leurs villages d'origine- ont investi dans le développement d'une banlieue moderne, connue à l'époque sous le nom de Ras al-Tariq, située à l'est le long de la route reliant Jérusalem à Ramallah[11].

En 1961, Beit Hanina comptait 3 067 habitants[12], dont 332 chrétiens et le reste musulman[13]

Au-delà de 1967Modifier

Après la guerre de 1967, les zones occupées par Israël de la Cisjordanie, y compris Beit Hanina, et les frontières locales de Jérusalem s'étendent à l'est de Beit Hanina, désormais connue sous le nom de nouveau Beit Hanina, formalisée en 1980 et tracée[14].

Selon Ibrahim Matar, après 1967, "le premier objectif des planificateurs israéliens en dessinant ces nouvelles frontières était d'étendre la zone tout en réduisant le nombre de la population palestinienne à inclure à Jérusalem-Est[15].

Après la deuxième Intifada palestinienne, Beit Hanina a été le théâtre d'affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les factions palestiniennes.

Le 18 avril 2012, la famille Natsheh était expulsée de deux maisons par une décision du tribunal israélien[16], au motif que la propriété de la terre appartenait aux Juifs. Selon le JNF, la terre a été achetée en 1977 pour un projet de construction composé de 50 appartements sous le nom de Nov Samuel. Alors que la famille maintenait que les documents concernant les terres avaient été truqués et qu'elle possède une partie des terres depuis 1940, le tribunal israélien a rejeté cette affirmation en invoquant le manque de preuves pour le confirmer[17].

L'Union européenne a condamné l'expulsion par les forces israéliennes et s'est déclarée préoccupée par le projet de construction d'une nouvelle colonie "au centre de ce quartier palestinien" le 27 avril 2012[18]. Environ 150 militants palestiniens et étrangers ont organisé une manifestation qui a par la suite mené à des affrontements avec la police israélienne.

Depuis 2012, les Juifs vivent dans deux maisons à Beit Hanina[19],[20].

En 2012, une rue a été nommée d'après la chanteuse égyptienne Oum Kalsoum[21].

ÉducationModifier

Le Collège de Daawa et ses principes religieux ont été créés à Beit Hanina en 1978. Une branche de l'Université al-Quds est également située dans ce lieu. Les écoles chrétiennes incluent Rosary Sisters et Collège des Frères. En 2012, l'école des filles Beit Hanina, qui dessert les classes 5 à 12, a été rénovée avec un financement du gouvernement japonais[22].

Lieux religieuxModifier

Il y a quatre mosquées : la mosquée Sultan Ibrahim Ibn Adham, la mosquée Bader, la mosquée du collège religieux et la mosquée du faubourg de l'enseignant.L'Église catholique gère un centre communautaire et l'église Saint-Jacques[23].

TransportModifier

La rue principale du quartier, Beit Hanina Road, faisait auparavant partie de la route 60. Dans les années 1990 une nouvelle route a été construite à l'est du quartier. Elle comportait une chaussée à deux voies avec trois voies dans chaque direction, ce qui atténuait les embouteillages. Le tramway de Jérusalem s'arrête à Beit Hanina[24].

En 2011, le gouvernement a commencé à construire une route reliant les quartiers de Jérusalem-Est, y compris Beit Hanina au centre de Jérusalem-Ouest[25].

Population et famillesModifier

Selon le recensement de la population et du logement réalisé par l'Agence centrale de statistique en 2007, la population de Beit Hanina était de 966 personnes, dont 496 hommes et 470 femmes.Le nombre des ménages était de 181 familles, le nombre d'unités de logements était de 409 unités[26].

Les données du recensement de la population et du logement ont montré que la répartition des groupes d'âge dans le village de Beth Hanina en 2007 était la suivante: 8,37% dans le groupe d'âge des moins de 15 ans, 1,48% dans le groupe des 15 à 64 ans et 7,3% dans le groupe d'âge 65 ans et plus. Les données ont également montré que le pourcentage des femmes dans le village était de 5.105: 100, soit 3,51% chez les hommes et de 7,48% chez les femmes[26].

Les habitants de Beit Hanina sont composés de plusieurs familles, dont la famille Abu Hamdeh, la famille Sulaiman, la famille Najjar, la famille Ibdah, la famille Abu Zahariya[26].

PersonnalitésModifier

Abdel Hamid Shoman, originaire de Beit Hanina, a fondé la Banque arabe. Son fils, Abdul-Majid Shoman a succédé à son père à la présidence de la Banque arabe en 1974. En 2005, le New York Times a rendu compte de la mort d'Abdul-Majid Shoman et a expliqué que "M. Shoman appartenait à une famille palestinienne légitime. De Beit Hanina, en Cisjordanie, son père, Abdul-Hamid Shoman, a créé la première succursale de la Banque arabe à Jérusalem en 1930. Cette banque était un symbole des aspirations palestiniennes et incitait à créer des institutions financières pour une nouvelle nation[27]. Selon Lawrence Joffe, "souvent Shoman a sauvé la Jordanie d'un désastre fiscal en 2000, il a débloqué des fonds pour soutenir le Dinar jordanien, qui s'était effondré après la mort du roi Hussein"[28].

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Salam Fayyad, vit à Beit Hanina. Dans une villa bien gardée du quartier de Beit Hanina, dans la banlieue nord de Jérusalem. Et son fils cadet est étudiant dans un lycée de la ville[29].

Président par intérim de l'Université nationale al najah maher Al-natsheh vit à Beit-hanina[30].

L'écrivaine et poétesse palestino-américaine Ibtisam Barakat est née à Beit Hanina en 1963.

Infrastructure et ressources naturellesModifier

ÉlectricitéModifier

Le village de Beit Hanina dispose d’un réseau électrique public depuis 1968. La Société d’électricité de Jérusalem est la principale source d’électricité du village. Le pourcentage d’unités résidentielles raccordées au réseau électrique est de 95%[26]

TélécommunicationsModifier

Le village dispose également d’un réseau téléphonique fonctionnant via une division automatisée à l’intérieur du village et environ 50% des unités résidentielles sont connectés au réseau téléphonique[26].

EauModifier

Les habitants de Beit Hanina sont approvisionnés en eau par l’intermédiaire de la Jérusalem Water Authority, via le réseau public d’alimentation en eau depuis 1980, et 100% des maisons raccordées au village de Beit Hanina en 2009 ont atteint 30 952 m3/an. Ainsi, l’approvisionnement moyen en eau par habitant est estimé à 79 litres par jour.

Problèmes environnementauxModifier

Beit Hanina étant un village de Jérusalem-Est, il a les mêmes préoccupations environnementales que le reste de la Palestine. Dans l'article de la revue développement de scénarios pour 2050 pour le secteur de l'eau israélo-palestinien", Jonathan Chenoweth décrit ce qui peut se produire lorsque la population augmente en ce qui concerne le manque d'eau. Selon Chenoweth, "Israël et la Palestine ont déjà très peu de ressources d'eau disponibles par rapport à la moyenne mondiale (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2004). Dans le cas de la Palestine, cette pénurie d'eau a une incidence directe sur la vie quotidienne et l'activité économique d'une grande partie de la population. Avec la croissance démographique rapide dans la région et les ressources d'eau déjà insuffisantes, l'avenir hydrologique à long terme de la région semble problématique[31].

Les Palestiniens à Beit Hanina et à Jérusalem-Est en général ont moins d'eau potable que d'autres parties de Jérusalem. Par exemple, en juillet 2012, Haaretz a déclaré: depuis un mois, l'approvisionnement en eau de dizaines de milliers de foyers palestiniens à Jérusalem-Est est sporadique, parfois pas plus de deux jours par semaine. Le problème concerne les communautés connectées à la ville. Système d'eau ainsi que ceux qui reçoivent leur eau de l'Autorité palestinienne[32].

Notes et référencesModifier

  1. « אתרים- קבצים », sur web.archive.org, (version du 12 octobre 2013 sur l'Internet Archive)
  2. (en) « High Court approves Bir Nabalah enclave », sur B'Tselem (consulté le )
  3. « poica.org »
  4. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (version du 10 décembre 2010 sur l'Internet Archive)
  5. « Beit Hanina Community Center », sur web.archive.org, (version du 20 novembre 2008 sur l'Internet Archive)
  6. « archive.org », sur web.archive.org, (consulté le )
  7. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (version du 20 octobre 2017 sur l'Internet Archive)
  8. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (version du 22 juin 2018 sur l'Internet Archive)
  9. « The survey of western Palestine : memoirs of the topography, orography, hydrography, and archaeology », sur web.archive.org, (version du 22 juin 2018 sur l'Internet Archive)
  10. « Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins », sur web.archive.org, (version du 22 juin 2018 sur l'Internet Archive)
  11. « Beit Hanina Community Center », sur web.archive.org, (version du 23 février 2009 sur l'Internet Archive)
  12. « users.cecs.anu.edu.au »
  13. « users.cecs.anu.edu.au »
  14. « levyinstitute.org »
  15. Ibrahim Mattar, « From Palestinian to Israeli: Jerusalem 1948-1982 », Journal of Palestine Studies, vol. 12, no 4,‎ , p. 57–63 (ISSN 0377-919X, DOI 10.2307/2536245, lire en ligne, consulté le )
  16. « Israel News | The Jerusalem post », sur www.jpost.com (consulté le )
  17. « haaretz.com »
  18. « france24.com »
  19. « Arab family evicted in Jerusalem, Jews move in - National News - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le )
  20. (en-US) « Jews move into E. Jerusalem homes after Palestinians evicted », sur www.timesofisrael.com (consulté le )
  21. « Israel News | The Jerusalem post », sur www.jpost.com (consulté le )
  22. « Japan funds rehabilitation of Beit Hanina Girls' School - Representative Office of Japan to the PA/Non-UN document (5 November 2012) », sur unispal.un.org (consulté le )
  23. « :: Al-Quds University :: The Arab University in Jerusalem :: General Information :: »
  24. « Big Map », sur web.archive.org, (version du 13 juin 2010 sur l'Internet Archive)
  25. « Eldar, Akiva. "Israel paving road to link East Jerusalem neighborhoods to city center". Haaretz. »
  26. a b c d et e « Annuaire du village de Beit Hanina »
  27. (en-US) The Associated Press, « Abdul-Majid Shoman, Banker in Jordan, Dies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  28. (en-GB) Lawrence Joffe, « Obituary: Abdul-Majid Shoman », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « A Day in the Life of the Palestinian Ben-Gurion », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « جامعة النجاح الوطنية : القائم بأعمال رئيس الجامعة », sur www.najah.edu (consulté le )
  31. Jonathan L. Chenoweth et Walter Wehrmeyer, « Scenario Development for 2050 for the Israeli/Palestinian Water Sector », Population and Environment, vol. 27, no 3,‎ , p. 245–261 (ISSN 0199-0039 et 1573-7810, DOI 10.1007/s11111-006-0021-6, lire en ligne, consulté le )
  32. (en) « Tens of Thousands of Palestinians Suffer From Water Supply Disruptions in East Jerusalem », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )