Beatmaker

producteur de hip-hop ou RnB contemporain

Un beatmaker, ou un concepteur rythmique[1], est un compositeur de morceaux instrumentaux pour rap, hip-hop ou RnB contemporain.

HistoriqueModifier

Un beatmaker est un « faiseur de sons[2] », un « producer » en anglais[n 1], qui compose des rythmes (des « beats » dans le domaine du hip-hop)[3]. À l'origine, la plupart des groupes de rap disposent de leur propre beatmaker[4]. Mais qu'ils produisent des sons pour d'autres ou pour leur groupe, le plus souvent, ceux-ci ne sont ni cités ni crédités[4],[5].

Avec l'explosion du rap dans les années 1990, le statut s'améliore, ainsi que les rémunérations[4]. Le développement d'internet permet aux beatmakers de mieux se faire connaitre et d'obtenir une plus large diffusion[4],[6] même si de nos jours ils restent la plupart du temps dans l'ombre. La reconnaissance du milieu pour le beatmaker vient principalement de la présence d'une partie instrumentale de sa création sur un morceau renommé, voire idéalement sur un tube[4], même si en définitive la partie rythmique créée par le beatmaker est parfois largement transformée[3].

 
Akai MPC60

De nombreux artistes ayant fait une carrière en leur nom sont à ranger dans cette profession, tels J Dilla, Mike Will Made It, Murda Beatz, WondaGurl, Dr Dre, Timbaland, Hit-Boy, Diplo[2],[6], Rvssian (en) ou Yoel Henriquez[7]. Le marché américain étant bien plus mature pour cette profession et le statut de beatmaker y est pleinement reconnu[4]. La réussite d'un beatmaker transforme parfois sa carrière et il devient producteur de musique, participant à plusieurs étapes de la réalisation d'un morceau ou d'un disque[6]. C'est le cas en France de Dany Synthé qui obtient une Victoire de la Musique pour son travail sur le tube Sapés comme jamais[8].

Les sources d'inspirations des beatmakers sont multiples, du jazz, soul, blues, ou même musique classique[2],[9]. Certains ont un passé de disc-jockey avant de passer à la création de sons[2] ou l'inverse : la légitimité et la reconnaissance publique du beatmaker peuvent être apportées par ses activités annexes[4]. De nos jours, la technologie numérique a remplacé l'usage des disques vinyles, les beatmakers utilisant ordinateur avec des logiciels spécifiques comme Ableton Live ou FL Studio et autres appareils tel les dérivés du Akai MPC[4],[6].

Le beatmaking aujourd'huiModifier

Avec l'arrivée de la trap et de la drill[10] dans les années 2010, le statut de beatmaker explose en Europe, notamment au Royaume-Uni et en France. Sur internet, le contenu coule à flots et le concept de type beat[n 2] apparaît. Parallèlement et en réponse à ce phénomène, le nombre d'interviews de beatmakers/producteurs réputés mais aussi de masterclass et tutoriels sur internet (notamment sur YouTube) augmentent exponentiellement, ce qui fait qu'il est de plus en plus facile de se lancer dans le métier et il est plus simple faire du contenu de qualité avec des moyens limités.

Au-delà du rap, du hip-hop et du RnB conteporain cités en début d'article, il arrive aussi que l'on appelle beatmakers les producteurs de musiques électroniques comme l'EDM, la dubstep, l'electroswing, la future bass, la trance ou encore la synthwave, voire même parfois les "ghost producers" de la musique pop.

L'avenir du beatmakingModifier

À l'internationaleModifier

À la fin des années 2010, la trap et le reggaeton dominent les top charts et playlists du monde entier. Des artistes influents comme Drake, 6ix9ine, ou le défunt XXXTentacion, pour n'en citer que peu, auront fortement contribué à façonner le style et auront par conséquent inspiré et influencé la plupart des beatmakers de la génération actuelle, ceux qui produiront donc les instrumentales de la prochaine décennie. Les années 2020 font un départ en force avec l'explosion de nombreux mélanges musicaux. Du cloud rap à la trap metal en passant par la neuro-trap et la latin trap ainsi le succès fulgurant du lo-fi hip-hop, les beatmakers d'aujourd'hui sont à la recherche de sonorités toujours plus intenses ou hors-du-commun. Tout comme le hard rock aura dominé les années 70 puis 80, la trap et le rap moderne de manière générale a dominé les années 2010 et dominera les années 2020.

En Europe et en FranceModifier

Le beatmaking en Europe suit à peu près la même évolution que dans le reste du monde, à la différence près que l'Europe vit un retour assez inattendu de la drill (ou UK Drill)[10], dérivé de la trap venant à la base du Royaume-Uni mais qui se développe à nouveau en France en 2019 et 2020, mais aussi de la boom bap, un style de hip-hop s'étant développé dans les années 90 mais qui vient s'installer en parallèle au lo-fi hip-hop cité plus haut. Il va sans dire que ces styles seront prédominants au moins au début de la prochaine décennie, car vivant actuellement un assez grand retour en force.

Le cas de la synthwaveModifier

Si l'on considère les créateurs de musique électronique des beatmakers, alors on peut considérer que la France se place en tête d'un style musical encore discret mais qui grandit petit à petit, la synthwave. Celui qui est considéré comme son créateur, David Grellier, mais aussi celui qui aura popularisé le style, Kavinsky, ainsi que Carpenter Brut et Perturbator, deux grands influents de la darksynth (un sous-genre de la synthwave), ont tous influencé de près ou de loin les beatmakers de synthwave.

Avec le succès de nombreux jeux-vidéos au futurisme dystopique comme Detroit: Become Human, la saga des Deux Ex, des Watch Dogs mais surtout (et bien plus proches) des jeux directement inspirés de l'esthétique cyberpunk comme Hotline Miami, Ghostrunner, Cloudpunk, et le futur Cyberpunk 2077, la synthwave a sûrement un grand avenir. Étant le style musical porteur et quasiment indissociable de ce genre d'univers et d'esthétique, mais aussi car ce genre de jeux-vidéo influence déjà et influencera beaucoup la culture pop des années 2020, la synthwave sera l'un des genre musicaux les plus importants de la prochaine décennie, et forcément, ses beatmakers aussi.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le terme « producer », réduction de « record producer », ne se traduit pas dans ce cas par « producteur » dans le sens « producteur de musique » en tant qu'investisseur, mais plutôt par « compositeur » ou réalisateur artistique, qui produit/fabrique des sons[2].
  2. Un type beat est une instrumentale de rap inspirée explicitement de un ou plusieurs artistes déjà  connus. (Ex.: Une instrumentale qui contient dans son titre la mention "Scarlxrd x 6ix9ine type beat" est une instrumentale ayant vocation a imiter le style de Scarlxrd et de 6ix9ine en même temps).

RéférencesModifier

  1. Office québécois de la langue française, « concepteur rythmique », sur Le grand dictionnaire terminologique (consulté le 31 janvier 2019)
  2. a b c d et e La Voix du Nord 2014.
  3. a et b Pliskin - L'Obs, p. 92.
  4. a b c d e f g et h Sar - Mouv' 2016.
  5. CB - Melty 2016.
  6. a b c et d Pliskin - L'Obs, p. 93.
  7. Pliskin 2017, p. 107.
  8. Pliskin 2017, p. 106.
  9. Alsteen - RTBF 2016.
  10. a et b Le Règlement, « L'INVASION DE LA DRILL », documentaire retraçant l'histoire de la drill ou UK Drill évoquant aussi la trap et leurs points communs. (Documentaire),

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Article connexeModifier