Baudouin Ier de Guînes

Baudouin Ier de Guînes, comte de Guînes, (°v.1038 †ap.1091), fils d'Eustache, comte de Guines et de Suzanne de Ghermines (ou de Gramines). Il succéda à son père au comté de Guînes avant 1065.

BiographieModifier

L'histoire donne une idée avantageuse de sa valeur, de son savoir et de la régularité de ses mœurs ː il est dit très vaillant, signalé en probité de mœurs, doué d'une prudence et d'une modestie singulières,savant en lettres saintes et très pieux[1].

Il succède à son père avant 1065, année où il est présent à la cour de Philippe Ier, roi de France, avec le comte de Flandre et autres grands seigneurs, cités dans une charte du roi, expédiée à Corbie, en faveur de l'abbaye d'Hasnon, signée des prélats, comtes et barons présents, dont l'archevêque de Reims Gervais de Belleme, l'évêque de Noyon Baudouin 1er, l'évêque d'Amiens Guy d'Amiens, etc[2]. Sont également présents Eustache II de Boulogne, comte de Boulogne, Gautier comte d'Hesdin, Gautier châtelain de Douai, Robert avoué d'Arras, seigneur de Béthune, Arnould d'Ardres (seigneurs d'Ardres).

En 1070, il prit le parti de Robert le Frison, frère cadet de Baudouin VI de Flandre, contre Richilde de Hainaut et son fils, Arnoul III de Flandre, prétendant au comté de Flandre, dans la guerre pour la Flandre.

En 1071, il participa à la bataille de Cassel et Broqueroies.

En 1079, il fit le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle avec Enguerrand, seigneur de Lillers. Au retour Baudouin, tomba malade, il fut très bien soigné à l'abbaye Saint-Sauveur de Charroux. En récompense, ils offrirent tous deux de créer des monastères attachés à leurs fiefs. De là provient l'origine des abbayes de Saint-Rotrude d'Andres (près de Guînes) et de Ham (près de Lillers). Beaudoin Ier et Adèle Chrétienne, son épouse furent inhumés dans l'abbaye d'Andernes. Cette abbaye fut ruinée par les Anglais en 1347, rétablie ensuite, et totalement détruite en 1544 par les mêmes Anglais.

Baudoin Ier eut une guerre de plume et d'épée contre Arnoul Ier, seigneur d'Ardres, (Seigneurs d'Ardres), rapporte le chroniqueur Lambert d'Ardres. Selon ce dernier, il renonça lorsque Arnoul Ier fit allégeance à Robert II, fils de Robert le Frison, devenu comte de Flandre le en tant que vainqueur de la bataille de Cassel, en l'absence de celui-ci parti en pèlerinage en Terre-Sainte.

Baudouin meurt vers 1091, sept ans après sa femme. Il est enterré auprès d'elle dans la chapelle de l'abbaye d'Andres[1]

Mariage et enfantsModifier

Il épousa Adèle Chrétienne de Hollande (°v.10451085), fille de Florent Ier de Hollande. Ils eurent pour enfants:

RéférencesModifier

  1. a et b Du Chesne, cité dans les sources, p. 22
  2. André Du Chesne, cité dans les sources, p. 20-21
  3. Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire. Essai de reconstitution d'un manuscrit disparu éd. J. Richard, Paris, 1953.
  4. a b et c Du Chesne, option citée, p. 23
  5. Historia Comitum Ghisnensium 25, MGH SS XXIV, p. 574.
  6. Guy comte de "Forois" de l'Historia comitum Ghisnensium Lire en ligne

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • L'art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens … par Maur-François Dantine, Charles Clémencet, Saint-Allais (Nicolas Viton), Ursin Durand, François Clément
  • Notice historique sur l'état ancien et moderne du Calaisis, de l'Ardresis et des pays de … Par Pierre Jean M. Collet.
  • André Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines, d'Ardres, de Gand et de Coucy et de quelques autres familles illustres, Paris, 1632, lire en ligne.

Articles connexesModifier