Bataille du cap Passero

Bataille du cap Passero
Description de cette image, également commentée ci-après
The Battle of Cape Passero, 11 August 1718
Huile sur toile de Richard Paton, 1767
Informations générales
Date
Lieu Cap Passero, Sicile
Issue Victoire britannique décisive
Belligérants
Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-BretagneDrapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Commandants
Flag of Great Britain (1707–1800).svg Sir George ByngDrapeau de l'Espagne Antonio Gaztañeta
Drapeau de l'Espagne Fernando Chacón
Forces en présence
22 vaisseaux de ligne
6 autres bâtiments
18 frégates, vaisseaux de ligne et navires marchands et 27 autres bâtiments
Pertes
Mineures13 bâtiments capturés
3 bâtiments brûlés

Guerre de la Quadruple-Alliance

Batailles

Coordonnées 36° 41′ 13″ nord, 15° 08′ 54″ est
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Bataille du cap Passero
Géolocalisation sur la carte : Sicile
(Voir situation sur carte : Sicile)
Bataille du cap Passero

La bataille du cap Passero est une bataille navale livrée le au large du cap Passero entre la Grande-Bretagne et l’Espagne lors de la guerre de la Quadruple-Alliance (1718-1720).

La flotte espagnole commandée par Antonio Gaztaneta y subit une dure défaite : 11 navires espagnols furent perdus, dont 7 capturés au cours de la chasse donnée par l'amiral George Byng, père du futur vaincu de Minorque.

Au cours de la guerre de la Quadruple-Alliance, Gaztaneta est chargée de transporter les troupes du marquis de Lede en Sardaigne et Sicile. Une fois cette mission accomplie, il poste sa flotte à proximité du cap Passero. Ses bâtiments naviguaient en ordre dispersé, et la vue d'aborder de navires britanniques n'est pas initialement perçue comme un danger, comme le royaume de Grande-Bretagne et l'Espagne n'étant pas officiellement en guerre. La bataille du cap Passero est un désastre pour l'Armada espagnole.

Le vaisseau amiral de Gaztaneta est capturé, et 200 marins sont tués à son bord. Gaztaneta est blessé au pied et fait prisonnier par les Britanniques. Il est cependant rapidement relâché et n'est pas tenu pour responsable de la défaite à son retour en Espagne, la bataille étant perçue comme une attaque traître de la part des Britanniques.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • (en) John D. Harbron, Trafalgar and the Spanish navy, London Annapolis, Md, Naval Institute Press, , 178 p. (ISBN 978-0-870-21695-4)
  • (en) Pattee Byng's Journal 1718-1720 (1950)

Notes et référencesModifier