Bataille de Ngọc Hồi-Đống Đa

Bataille de Ngọc Hồi-Đống Đa
Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de la riviére Tho-xuong
Informations générales
Date 1788 – 1789
Lieu Ngọc Hồi et Đống Đa, Hanoï, Viêt Nam
Issue Victoire des Tây Sơn
Belligérants
dynastie Qing
dynastie Lê
dynastie Tây Sơn
Commandants
Sun Shiyi
Xu Shiheng
Shang Weisheng
Zhang Chaolong
Li Hualong
Wu Dajing
Cen Yidong
Lê Chiêu Thống
Hoàng Phùng Nghĩa
Nguyễn Huệ
Phan Văn Lân
Ngô Văn Sở
Nguyễn Tăng Long
Đặng Xuân Bảo
Nguyễn Văn Lộc
Nguyễn Văn Tuyết
Đặng Tiến Đông
Phan Khải Đức  Reddition
Nguyễn Văn Diễm
Nguyễn Văn Hòa
Forces en présence
20,000 hommes de dynastie Lê
15,000–290,000 marins chinois
100,000
Pertes
30,000 mort
3,400 prisonniers
8,000+

La bataille de Ngọc Hồi-Đống Đa (vietnamien : Trận Ngọc Hồi - Đống Đa; chinois : 清軍入越戰爭), aussi connue sous le nom de Victoire de Kỷ Dậu (vietnamien : Chiến thắng Kỷ Dậu), est une expédition militaire organisée en 1788–89, par Qianlong, empereur de la dynastie Qing, pour envahir le Đại Việt alors dirigé par la dynastie Tây Sơn. Elle se déroule à Ngọc Hồi, un endroit situé prés du district de Thanh Tri, et Đống Đa, dans le nord du Vietnam de 1788 et 1789. Elle est considérée comme une des plus grandes victoires de l'histoire militaire du Vietnam[1].

Situation avant le début du conflit modifier

Depuis le XVIIe siècle, le Vietnam est divisé en deux royaumes : ̩

  • Au sud, le Đàng Trong ou Cochinchine, gouvernée par les seigneurs du clan Nguyễn.
  • Au nord, le Đàng Ngoài ou Tonkin, gouverné officiellement par les empereurs de la dynastie Lê. En réalité, les Lê ne sont que les hommes de paille du clan Trịnh, qui détient la réalité du pouvoir.

En 1771, la rébellion Tây Sơn éclate dans le sud. Elle est menée par les frères Nguyễn Nhạc, Nguyễn Huệ et Nguyễn Lữ, qui renversent le seigneur du clan Nguyễn alors au pouvoir. Par la suite, ils tuent tous les nobles du clan Nguyen, à l'exception d'un neveu de l'ancien seigneur, le prince Ánh, qui se réfugie dans le delta du Mékong.

Après la prise de la ville de Phú Xuân, ce qui correspond actuellement à la ville de Huế, Nguyễn Hữu Chỉnh Chỉnh, un général ayant trahi le clan Trịnh, encourage Nguyễn Huệ à renverser les Trịnh. Huệ suit son conseil, marche vers le nord et s'empare de Thăng Long, la capitale des Lê qui correspond actuellement à la ville de Hanoï. En 1788, Lê Chiêu Thống est installé sur le trône comme nouvel empereur de la dynastie Lê par Huệ; puis ce dernier se retire à Phú Xuân.

Mais à peine Nguyễn Huệ a-t-il quitté la capitale que Nguyễn Hữu Chỉnh Chỉnh prend le pouvoir et devient le nouveau régent, reprenant ainsi à son compte le rôle qu'occupaient les Trịnh avant d’être chassés du pouvoir. Lorsqu'il comprend que Chỉnh l'a manipulé, Huệ envoie une armée commandée par Vũ Văn Nhậm attaquer Thăng Long. Chỉnh est rapidement vaincu et exécuté, tandis que Lê Chiêu Thống s'enfuit et se cache dans les montagnes. Nhậm n'arrivant pas à retrouver l'empereur, il installe Lê Duy Cận sur le trône des Lê comme prince régent. Mais comme ses prédécesseurs, Cân n'est qu'un homme de paille, et c'est Nhậm qui détient la réalité du pouvoir. Lorsqu'il apprend que Nhậm ne vaut pas mieux que Chỉnh, Nguyễn Huệ le fait exécuter et le remplace par les généraux Ngô Văn Sở Sở et Phan Văn Lân.

Pendant ce temps, Lê Chiêu Thống, toujours en fuite, continue de tenter de remonter sur son trône. Pour atteindre ce but, Lê Quýnh, l'impératrice douairière Mẫn et le fils aîné de Lê Chiêu Thống, s'enfuient à Longzhou, au Guangxi, pour demander le soutien de la Chine des Qing. Peu de temps après, une puissante armée chinoise envahit le Vietnam pour restaurer Lê Chiêu Thống sur le trône.

Il existe toujours un débat concernant les motivation de cette ingérence des Qing dans les affaires intérieures du Vietnam. Selon les érudits chinois, l'empereur Qianlong voulait simplement restaurer l'empereur Lê sur son trône et le laisser gouverner tout le Vietnam, sans chercher de gains territoriaux[2]. Par contre, pour les érudits vietnamiens, Qianlong voulait surtout faire du Vietnam un vassal en installant des troupes chinoises dans le pays et en remettant Lê Chiêu Thống sur le trône comme simple homme de paille[3],[4],[5].

Invasion chinoise modifier

Deux armées chinoises pénètrent au Vietnam en octobre de l'année Mậu Thân (). D'un côté, on trouve les soldats de l'armée de Liangguang, commandée par Sun Shiyi et Xu Shiheng, qui marchent à travers le col de la suppression du sud ; qui porte aujourd'hui le nom de col de l'amitié. De l'autre, on trouve les troupes de l'armée de Yungui, commandée par Wu Dajing, qui marchent à travers le col du cheval. Ces deux armées ont le même objectif attaquer directement la capitale, Thăng Long. Selon l'ébauche d'une histoire des Qing, une flotte aurait également été dépêchée depuis Qinzhou pour attaquer Hải Dương, mais elle n'est pas mentionné dans les archives vietnamiennes.

Une importante troupe militaire commandée par Sun Shiyi s'approche de Lạng Sơn et, afin de faire pression sur les troupes de Tây Sơn, le général chinois annonce qu'une armée Qing bien plus grande que la sienne est en train de marcher sur la ville. Il promet également que ceux qui aideront l'armée chinoise deviendront les nouveaux régents, tout comme l'étaient les seigneurs Trịnh auparavant. Cette tactique fonctionne, car les partisans de la dynastie Lê prennent les armes contre l'armée de Tây Sơn.

Les troupes chinoises infligent une défaite à l'armée de Tây Sơn à Lạng Sơn et Nguyễn Văn Diễm Diễm (阮文艷) s'enfuit, tandis que Phan Khải Đức (潘啓德) se rend. Les Chinois poussent rapidement plus loin vers le sud, menaçant l'armée non préparée de Tây Sơn, qui se disperse dans toutes les directions devant la menace chinoise. Nguyễn Văn Hòa (阮文和) rassemble ce qu'il reste de l'armée et occupe Tam Giang, soit le district de Yên Phong, pour se préparer à affronter les Chinois.

Après avoir évalué la situation, Ngô Văn Sở ordonne à Lê Duy Cận d'écrire une lettre à Sun Shiyi. Dans cette missive, Cận se décrit comme un dirigeant populaire et essaye de persuader Sun de battre en retraite, ce que ce dernier refuse. Réalisant que l'armée Tây Sơn ne peut pas empêcher l'armée chinoise de marcher vers Thăng Long, Ngô Thì Nhậm suggère que les troupes de Tây Sơn se retirent à Tam Điệp et envoie une demande de renforts à Phú Xuân (actuellement Huế). Sở accepte son idée et les troupes de Sơn Nam, Sơn Tây et Kinh Bắc se replient à Thăng Long. Sở les y rassemble, puis évacue Thăng Long et se retire en bon ordre à Tam Điệp. Cependant, Phan Văn Lân n'est pas d'accord avec ce plan, et prend la tête d'une troupe de soldats pour attaquer l'armée chinoise au niveau de la rivière Nguyệt Đức, ce qui correspond actuellement à la riviére Cầu. À l'issue de la bataille, Lân est battu par Zhang Chaolong et s’enfuit. Finalement, Ngô Văn Sở l'accueille et, une fois arrivé à Tam Điệp, il envoie Nguyễn Văn Tuyết Tuyết à Phú Xuân pour y demander de l'aide.

Le de l'année Mậu Thân (), l'armée chinoise marche sur la rivière Nhị, qui porte actuellement le nom de rivière Rouge. Les troupes chinoises occupent Thăng Long le lendemain matin, sans rencontrer aucune résistance. Le (), Sun Shiyi installe Lê Chiêu Thống comme "roi d'Annam" à Thăng Long.Sun se considère comme le supérieur des souverains Lê et méprise Lê Chiêu Thống. Il se murmurait parmi la population vietnamienne qu'ils n'avaient jamais eu un monarque aussi indigne que celui-ci auparavant. Lê Chiêu Thống déçoit de plus en plus ses partisans par son étroitesse d'esprit et sa cruauté exceptionnelle. En effet, il fait couper les jambes de ses trois oncles, qui s'étaient rendus aux troupes des Tây Sơn et fait également éventrer des princesses enceintes et vivantes, car elles avaient épousé des généraux Tây Sơn[3].

La marche vers le nord des renforts Tây Sơn modifier

Le de l'année Mậu Thân (), Nguyễn Văn Tuyết arrive à Phú Xuân. Nguyễn Huệ déclare le même jour que Lê Chiêu Thống est un traitre à la nation et qu'en conséquence, il ne peut pas régner. Le jour suivant, Huệ se proclame Empereur Quang Trung et, après son couronnement, il marche vers le nord avec une armée de 60 000 hommes sous ses ordres. Il recrute des volontaires en traversant la province de Nghệ An, portant le total de ses effectifs à 100 000 soldats. À Thọ Hạc (Thanh Hóa) il encourage et inspire ses soldats en leur tenant le discours suivant:

« :Battez-vous pour garder nos cheveux longs !

Battez-vous pour garder nos dents noires !
Battez-vous pour que nos ennemis n'aient pas une seule roue pour rentrer chez eux !
Battez-vous pour que nos ennemis n'aient pas une seule armure pour rentrer chez eux !
Battez-vous pour que l'histoire sache que ce pays héroïque du Sud est son propre maître ![6] »

Leur moral gonflé à bloc, ses soldats expriment bruyamment leur approbation et se mettent en route à marche forcée. Pendant ce temps, après avoir remporté quelques victoires faciles, les généraux chinois deviennent trop sûrs d'eux et méprisent l'armée des Tây Sơn. Huệ le remarque et envoie un représentant auprès des Chinois pour négocier la paix. Sun répond en ordonnant à Huệ de se retirer à Phú Xuân, ce qu'il ne fait pas.

Huệ arrive à Tam Điệp le (). Là, Ngô Thì Nhậm lui soumet un plan, qu'il approuve. Huệ rassemble alors toutes les troupes qu'il a à sa disposition et les divise en cinq colonnes, qui se répartissent de la manière suivante :

  • Le gros des troupes, dirigé par Huệ, marche vers le nord pour attaquer directement Thăng Long.
  • Une flotte dirigée par Nguyễn Văn Tuyết Đầu navigue depuis la rivière Lục Đầu pour attaquer les partisans de Lê à Hải Dương.
  • Une autre flotte, dirigée par Nguyễn Văn Lộc Lạng, navigue également depuis la rivière Lục Đầu, mais pour attaquer Phượng Nhãn et Lạng Giang.
  • Un contingent de cavalerie, incluant des éléphants de guerre, dirigé par Đặng Tiến Tiến Đông, marche vers le nord pour attaquer le Cen Yidong à Đống Đa.
  • Un autre contingent de cavalerie, comprenant également des éléphants de guerre et commandé par Nguyễn Tăng LongTăng dépasse Sơn Tây pour attaquer Xu Shiheng à Ngọc Hồi; un endroit situé près de Thanh Trì[3],[4].

Bataille modifier

 
Nguyễn Huệ, commandant en chef de l'armée Tây Sơn

La fin de l'année approchant, les Chinois décident de célébrer le festival du Nouvel An chinois et de ne marcher vers le sud pour capturer Phú Xuân, soit l'actuelle ville de Hué, que le de l'année suivante (). Comme la fête du Tết, le nouvel An vietnamien, est célébré en même temps, les généraux chinois supposent que l'armée des Tây Sơn n’attaquera pas pendant cette période. La suite des événements va leur prouver qu'ils ont tort.

L'armée Tây Sơn traverse la rivière Giao Thủy (ce qui correspond actuellement à la rivière Hoàng Long dans la province de Ninh Bình) la veille du Nouvel An et élimine tous les éclaireurs chinois qu'elle rencontre sur son chemin. Les troupes Tây Sơn atteignent Thăng Long dans la nuit du de l'année suivante () et lancent immédiatement une attaque surprise contre les Chinois, qui sont alors en pleine célébration du festival du Nouvel An. Nguyễn Huệ commence par assiéger le fort Hà Hồi, pendant que ses soldats crient aux défenseurs de se rendre. Effrayés, les Chinois se dispersent dans la nuit. À l'aube du (), Huệ assiège le fort Ngọc Hồi. Les défenseurs chinois du fort ouvrent le feu sur les assiégeants, qui utilisent des gros blocs de bois mouillés pour se protéger des balles et autres projectiles. Nguyễn Huệ soutient le moral de ses hommes en se battant en première ligne, à dos d'éléphant. Les éléphants de guerre percent une brèche dans les murs du fort, qui est immédiatement envahi par les soldats Tây Sơn. Les combats s’achèvent par un corps à corps sanglant à l'arme blanche entre Chinois et Vietnamiens et une victoire des Tây Sơn. Par la suite, ces derniers s'emparent, entre autres, des forts de Văn Điển, Đống Đa Đa et An Quyết. Après avoir subi une défaite aussi désastreuse, les troupes chinoises se débandent et s'enfuient. Quand Sun Shiyi apprend que son armée a été vaincue, il s'enfuit avec une douzaine d'hommes, et en traversant la rivière Nhị (aujourd'hui la rivière Rouge), il perd son sceau officiel. Ce dernier est retrouvé un peu plus tard par des soldats Tây Sơn, qui le remettent à Nguyễn Huệ. Lê Chiêu Thống s'enfuit également en Chine. Les généraux Qing Xu Shiheng, Shang Weisheng, Zhang Chaolong et Cen Yidong sont tués au combat, tandis que d'innombrables soldats et sympathisants chinois se noient en traversant la rivière Nhị , dont le général Li Hualong. On ne sait pas très bien qui, entre Đặng Xuân Bảo et Nguyễn Tăng Long a été le premier général à pénétrer dans Thăng Long, mais dans tous les cas il est suivi de près par Nguyễn Huệ Huệ et le gros de l'armée Tây Sơn, qui reprend la ville.

Pendant ce temps, l'armée de Wu Dajing avait atteint Sơn Tây. C'est là que Wu apprend que Sun a été vaincu. En conséquence, il décide de se replier sur le Yunnan, mais son armée tombe dans une embuscade tendue par Ma Doãn Dao, un chef local rallié aux Tây Sơn. Cependant, contrairement à Sun, la plupart de ses soldats arrivent sains et saufs en Chine, un acte qui lui vaut de recevoir les louanges de l'empereur Qianlong[3],[4].

Conséquences modifier

Sept jours plus tard, Sun Shiyi arrive dans la province du Guangxi, où il rencontre Lê Chiêu. Thống Selon le Khâm định Việt sử Thông giám cương mục, Sun réconforte Lê Chiêu Thống et lui promet qu'il vas rassembler de nouvelles troupes et le réinstaller sur son trône. Lê Chiêu Thống et ses partisans sont hébergés à Guilin.

Entre-temps, un ordre secret de l'empereur Qianlong tombe entre les mains des Tây Sơn puis est remis à Nguyễn Huệ. Qianlong y ordonne à Sun de marcher lentement et de laisser les fonctionnaires fidèles aux Lê revenir au Vietnam pour retrouver Lê Chiêu Thống. Au cas où l'armée Tây Sơn battrait en retraite, ce qui serait le plus favorable, Lê Chiêu Thống prendrait la tête avec ses fidèles et laisserait l'armée chinoise l'accompagner un peu plus en arrière. Sinon, Qianlong ordonnerait à la marine chinoise d'attaquer Thuận Hóa et Quảng Nam : dans ce cas, les troupes Tây Sơn ne pourraient faire face à une attaque sur deux fronts et Huệ se rendrait. L'empereur chinois ordonnerait alors à Huệ de reconnaître la domination de Lê Chiêu Thống dans le nord du Vietnam et d'acter la division du pays en deux royaumes. Nguyễn Huệ réalise alors que la restauration de la dynastie Lê n'est qu'une excuse, car la véritable intention de Qianlong est de prendre le contrôle du Vietnam. Mais la défaite de l'armée Qing embarrasse Qianlong et rend ce plan caduc tandis que, de son côté, Huệ n'a pas ouvert de pourparlers de paix. En conséquence, la Chine des Qing allait certainement se lancer dans des préparatifs en vue d'envahir à nouveau le Vietnam. Comprenant les tenants et aboutissants de la situation, Huệ tente de trouver une solution diplomatique avec la Chine des Qing pour éviter une nouvelle invasion et ordonne à Ngô Thì Nhậm de s'occuper des négociations de paix. Puis il retourne à Phú Xuân.

Pendant ce temps, l'empereur Qianlong, en colère à la suite de l'échec de l'invasion, remplace Sun Shiyi par Fuk'anggan et planifie une autre attaque contre le Vietnam. Mais Fuk'anggan ne veut pas d'un conflit avec Nguyễn Huệ et lui envoie une lettre pour expliquer que pour obtenir un cessez-le-feu, une condition préalable nécessaire est que Huệ adresse une excuse officielle à l'empereur Qianlong. Huệ accepte, change son nom en Nguyễn Quang Bình et envoie Nguyễn Quang Hiển (阮光顯) ainsi que Vũ Huy Tấn (武輝瑨) à Pékin. Huệ accepte également de reconnaître et d'honorer le tribut traditionnellement versé à la Chine par les souverains du Viet Nam et d'assister à l'audience impériale officielle. Qianlong approuve cette proposition et lui donne le titre d'An Nam quốc vương vương ("Roi d'Annam"). Le fait que Huệ reçoive le titre qui avait été donné à Lê Chiêu Thống une fois ce dernier remis sur le trône semble indiquer la fin du soutien des Qing aux prétentions de l'ex-empereur Lê.

Mais, malgré le rétablissement de la paix, Nguyễn Huệ espère sa revanche envers la Chine. Il exerce son armée, construit de grands navires de guerre et attend l'occasion de se venger des Qing. Il accepte également que son royaume serve de refuge à des organisations anti-mandchoues telles que le Tiandihui (en) et le Lotus blanc. De célèbres pirates chinois, tels que Chen Tien-pao (陳添保), Mo Kuan-fu (莫觀扶), Liang Wen-keng (梁文庚), Fan Wen-tsai (樊文才), Cheng Chi (鄭七) et Cheng I (鄭一) obtiennent des postes officiels et/ou des titres de noblesse au sein de l'empire Tây Sơn. Mais cela ne dure qu'un temps car tous les plans d'attaque sont abandonnés après la mort subite de Nguyễn Huệ[7].

Par la suite, les Nguyen chassés du pouvoir par les Tây Sơn vont bénéficier du soutien des Chinois, à la suite du massacre de colons chinois par les Sơn[8],[9]. Les seigneurs Nguyễn finissent par vaincre la dynastie Tây Sơn grâce à l'appui chinois et prennent le contrôle total du Vietnam, établissant la dynastie Nguyễn en 1802[4].

Influence culturelle modifier

La bataille de Ngọc Hồi-Đống Đa est considérée comme l'une des plus grandes victoires militaires du peuple vietnamien. En Chine, elle fait partie des "Dix Grandes Campagnes" qui ont eu lieu sous le règne de l'empereur Qianlong.

La victoire vietnamienne est vue comme une nouvelle étape dans l'arrêt de l'expansionnisme Qing, après la victoire héroïque de la dynastie birmane Konbaung sur les Chinois lors de la Guerre Sino-Birmane (en). Elle est vue comme une victoire militaire si importante que certains historiens spéculent sur le fait que cet événement aurait pu empêcher les Qing de lancer d'autres tentatives d'invasion en l'Asie du Sud-Est. L'empereur Quang Trung, cependant, a pris sa place comme icône de la culture vietnamienne. En effet en tant que sauveur national, il est représenté sur le billet de banque sud-vietnamien de 200 đồng et des temples et des rues portent son nom[3].

Galerie modifier

Notes et références modifier

  1. Tucker, p. 20: "Quang Trung promised to treat humanely all Chinese who surrendered and many did so.53 The Vietnamese know this series of victories as the Victory of Ngọc Hồi-Đống Đa, the Emperor Quang Trung's Victory over the Manchu, or the Victory of Spring 1789. It is still celebrated as the greatest military achievement in modern Vietnamese ..."
  2. Guo & Zhang, p. 519-523
  3. a b c d et e « The First Tet Offensive of 1789 », HistoryNet, (consulté le )
  4. a b c et d « SINO-VIETNAMESE RELATIONS, 1771-1802: FROM CONTENTION TO FAITHFUL CORRELATION », Research Gate (consulté le )
  5. « Tay Son Uprising (1771-1802) In Vietnam: Mandated By Heaven? », Research Gate (consulté le )
  6. le passage sur les cheveux longs fait référence à la coupe traditionnelle mandchoue, à savoir crâne a moitié rasé et cheveux restant regroupés en une longue queue de cheval. Après avoir conquis la Chine, les Mandchous de la Dynastie Qing ont imposé le port de cette coupe de cheveux a tous les Chinois. Pour ce qui est des dents noires, la coloration en noir de la dentition est une vielle tradition vietnamienne et le discours de Huệ sous-entend que les Mandchous comptent y mettre fin.
  7. « Maritime violence and state formation in Vietnam: Piracy and the Tay Son Rebellion, 1771–1802 (book chapter, 2014) », Research Gate (consulté le )
  8. Choi, p.35–37
  9. Choi, p. 74–

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier