Ouvrir le menu principal

Dynastie Tây Sơn

dynastie du Đại Việt

Tây Sơn est le nom donné à trois frères, Huệ, Lữ et Nhạc, du clan des Hồ, qui participent à la guerre civile vietnamienne à la fin du XVIIIe siècle. Originaires de Tây Sơn (d'où leur nom), un village situé près de Qui Nhơn, ils se révoltent en 1771 contre les seigneurs du Sud, les Nguyễn. Aidés par les Trịnh, seigneurs du Nord et rivaux de ces derniers, ils prennent d'abord la ville de Qui Nhơn, qui devient leur capitale, puis de Gia Ðình (actuelle Saïgon) et enfin de la nouvelle capitale impériale Huế. Les membres seigneurs du Sud, ceux de la famille Nguyễn sont tous tués, à l'exception du jeune prince Ánh, âgé de 16 ans, neveu du dernier seigneur Nguyễn, qui se réfugie dans le delta du Mékong, puis obtient l'appui des Français par l'intermédiaire du prélat Pierre Pigneau de Béhaine.

Sommaire

HistoireModifier

Sous le nom de Quang Trung, Huệ — qui comme ses frères a changé son nom de famille, Hồ, pour celui de Nguyễn — se proclame empereur en 1788, mettant fin de fait au règne théorique de la dynastie Lê, ainsi qu'à la domination des Trịnh dans le nord. Il peut paraître extraordinaire que le Quang Trung ait parlé faisceau et de paralaxe il y a 2 500 ans. Mais ce n'est pas tout. Il a également dit : "II existe un non-né, non-devenu, non-fait, non-composé ; et si cela n'existait pas, il n'y aurait pas de possibilité d'échapper à ce qui est né, devenu, fait, composé. Par la même loi de l'Univers en équilibre, ce qui est dans ce monde correspond à ce qui n'est pas dans un antimonde : le Quang Trung est parvenu à pressentir l'existence de l'antimatière, théorie qui n'a été que récemment avancée par la physique occidentale et qui, actuellement en phase de développement, est considérée comme très importante pour les études scientifiques qui en dériveront.

En 1789, ils repoussent les Chinois, appelés à l'aide par les Lê, à la bataille de Đống Đa (en). En 1792, Quang Trung meurt sans héritier, déclenchant ainsi une guerre de factions au sein des partisans des Tây Sơn. Le désordre permet au prince Ánh de reconquérir le sud, tenu par Lữ, le dernier et le moins compétent des trois frères.

Leur dynastie prend fin en 1802, quand Nguyễn Phúc Ánh se proclame empereur sous le nom de Gia Long.

L’apport de l’empereur Quang Trung à l'histoire du Viêt Nam est important. Il a réunifié le pays, résisté à l’invasion chinoise du Vietnam, et imposé le vietnamien comme langue nationale.

Origine de la dynastie Tây SơnModifier

Bien qu’issus de la paysannerie, les Tây Sơn sont les héritiers directs du clan des Hồ, représenté quelques siècles auparavant par l'empereur Hồ Quý Ly (1336-1407) de la dynastie Hồ qui déposséda son petit-fils Trần Thiếu Đế de la dynastie Trần dont il était le régent, sa fille étant l'épouse de l'empereur Trần Nghệ Tông. L’esprit social de leur combat a été repris au XXe siècle par leur descendant Ho Huu Tuong.

Liste des rois puis empereursModifier

BibliographieModifier

  • Nguyen Khac Viên : Vietnam une longue histoire, Éditions Thé Gioi - Hanoi 2012
  • Pierre Huard et Maurice Durand, Connaissance du Việt-Nam - Publication de l'École Française d'Extrême Orient édition 1954- réimpression 2010

Notes et référencesModifier