Bataille de Buôn Ma Thuột

Bataille de Buôn Ma Thuột
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument à Buôn Ma Thuột commémorant la victoire nord-vietnamienne.
Informations générales
Date 3 mars -
Lieu Buôn Ma Thuột, Đắk Lắk, Sud-Viêt Nam
Issue Victoire du Nord-Viêt Nam
Belligérants
Drapeau : Viêt Nam Nord-Viêt Nam
drapeau du Sud Viêt Nam Việt Cộng
Drapeau : Sud-Vietnam Sud-Viêt Nam
Commandants
Drapeau : Viêt Nam Hoàng Minh ThảoDrapeau : Sud-Vietnam Pham Van Phu
Forces en présence
65 141 soldats
57 chars
679 véhicules blindés
88 pièces d'artillerie
343 canons anti-aériens[1]
78 300 soldats
488 chars
374 pièces d'artillerie
134 chasseurs-bombardiers
250 hélicoptères
101 avions de reconnaissance[1]
Pertes
600 tués
2 416 blessés[2]
environ 3/4 des effectifs[2]

Campagne Hô-Chi-Minh,
Guerre du Viêt Nam

Batailles

Coordonnées 12° 41′ nord, 108° 04′ est

La bataille de Buôn Ma Thuột est une des dernières grandes batailles d'envergure de la guerre du Viêt Nam, livrée du 3 au , opposant le Sud-Viêt Nam au Nord-Viêt Nam.

Déroulement de la batailleModifier

En , le 4e Corps de l'Armée populaire vietnamienne lance une offensive pour capturer les hauts-plateaux centraux du Viêt Nam, jusqu'alors tenus par l'ARVN. En dix jours, les Nord-Vietnamiens détruisent la plupart des formations de l'ARVN. Celles-ci, se retranchant dans les quartiers généraux de la 23e division d'infanterie de l'ARVN et dans l'aéroport Hoa Binh, parviennent à mener une contre-attaque mais manquent de coordination, leurs commandants (les colonels Nguyen Trong Luat et Vu The Quang) ayant été capturés dès les premières heures de la bataille le par les Nord-Vietnamiens et malgré l'ordre du président Nguyễn Văn Thiệu de ne pas reculer d'un seul pas et de défendre les hauts-plateaux centraux coûte que coûte.

Cette défaite est désastreuse pour le Sud-Viêt Nam, laissant libre l'accès au sud du pays aux communistes. La majorité des troupes sud-vietnamiennes ne purent pas être évacuées et furent capturées par les Nord-Vietnamiens.

Analyse de la défaiteModifier

Le major-général Pham Van Phu (en), commandant les troupes de l'ARVN a ignoré plusieurs jours avant l'offensive les rapports des services de renseignement sud-vietnamiens qui affirmaient que plusieurs divisions nord-vietnamiennes faisant route dans la province de Đắk Lắk[3]. D'autre part, la stratégie du président Nguyễn Văn Thiệu, visant à se retirer des hauts-plateaux centraux, a été mal planifiée et mise en œuvre trop tardivement[4].

En fin de compte, ce sont les soldats sud-vietnamiens et leurs familles qui en ont payé le prix ultime, l'artillerie de l'Armée populaire vietnamienne ayant décimé environ les trois quarts des forces de l'ARVN, y compris de nombreux véhicules blindés[5].

ConséquencesModifier

La prise des hauts-plateaux centraux permet à l'Armée populaire vietnamienne de se consacrer à son objectif final : la conquête du sud de la République du Viêt Nam et la prise de Saïgon qui aura lieu fin , menant à la réunification du Viêt Nam sous le régime communiste.

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Hao Duong, A Tragic Chapter. Hanoi: People’s Army Publishing House., 1980, pp.149-151. OCLC 10022184
  2. a et b (en) Thao M. Hoang, Victory of the Tay Nguyen Campaign. Hanoi: People’s Army Publishing House, 1979, p.153. OCLC 21749012
  3. (en) Frank Snepp, A Disastrous Retreat. Ho Chi Minh City: Ho Chi Minh City Publishing, p. 43-51
  4. (en) Le Dai Anh Kiet, The Narratives of Saigon Generals. Hanoi: People’s Police Publishing House, 2003, p. 149
  5. (en) George C. Herring, America's longest war : the United States and Vietnam, 1950-1975, Boston, McGraw-Hill, (1re éd. 1996) (ISBN 978-0-072-53618-8, 978-0-072-41755-5 et 978-0-072-53458-0), .259

Articles connexesModifier