Ouvrir le menu principal

Basilique de la Visitation

basilique située en Haute-Savoie, en France

Basilique de la Visitation
Image illustrative de l’article Basilique de la Visitation
Présentation
Culte catholique
Type basilique
Début de la construction 1909
Fin des travaux 1930
Architecte Alfred-Henri Recoura
Style dominant néo-roman
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ville Annecy
Coordonnées 45° 53′ 33″ nord, 6° 07′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : Annecy

(Voir situation sur carte : Annecy)
Basilique de la Visitation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique de la Visitation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Basilique de la Visitation

La basilique de la Visitation, dressée sur le crêt du Maure, qui est le premier contrefort du massif du Semnoz, apparaît comme dominant Annecy et se repère de tout lieu, des kilomètres à la ronde. Elle est le symbole du prestigieux passé religieux de la ville.

Sommaire

HistoireModifier

La basilique fut bâtie de 1909 à 1930 sur les plans de l'architecte grenoblois prix de Rome Alfred-Henri Recoura. Un premier projet, déjà très abouti, avait été réalisé par Henri Adé à la fin du XIXe siècle, mais fut néanmoins rejeté au profit de la basilique actuelle, dont cependant Henri Adé dessina la crypte.
Le lieu de culte fut consacrée en 1949 par le cardinal Tedeschini. Elle jouxte le monastère maison-mère de l'Ordre de la Visitation, fondé en 1610 par François de Sales et Jeanne de Chantal.

 
La nef de la basilique de la visitation

Les corps des deux saints reposent en haut des deux nefs latérales, dans deux sarcophages en bronze doré. Ils y ont été déposés en grande pompe, le , escortés par une immense foule d'Annéciens qui vouent un culte particulier à François de Sales, dont l'œuvre de 1602 à 1622 comme évêque de Genève en exil à Annecy, illumina la ville d'un éclat sans précédent.

Le , ont été également transférées dans un caveau de la crypte, les dépouilles de deux missionnaires, celle du père Pierre-Marie Mermier, mort en 1862, fondateur de la Congrégation de Saint-François-de-Sales et celle de Mgr Pierre-Joseph Rey. Auparavant, ils reposaient en compagnie d'une trentaine d'autres missionnaires, dans une crypte située sur un terrain, voisin de la basilique, que la Congrégation a vendu à un promoteur immobilier. Les autres corps ont été transférés dans le caveau des Missionnaires du cimetière de Loverchy, avenue du Rhône.

DescriptionModifier

 
Détail au-dessus de l'entrée sur la façade ouest.

La basilique a été construite dans le style typique de la fin du XIXe siècle. Le clocher a une hauteur de 72 mètres et il est surmonté d'une croix de bronze de 7 mètres. La nef repose sur une crypte aux arcs surbaissés, dessinée par Henri Adé. La voûte a été construite en plein cintre. Les vitraux de la basilique évoquent la vie des deux saints fondateurs. Elle possède un carillon de 38 cloches pesant 8 tonnes. Le bourdon, une cloche qui se nomme Marie Françoise pèse 4 tonnes et sonne un La2 faux. Le carillon est classé aux monuments historiques.

Deux Christs en croix surmontant deux autels sont l'œuvre du statuaire Philippe Besnard (1949).

En 1986, à l'occasion de la visite du Pape Jean-Paul II, deux cloches ont été fondues par la fonderie Paccard ; la deuxième de 160 kilos, dénommée « Karol » [Note 1] a été intégrée dans le carillon de la Basilique.

Le musée salésien et le mémorialModifier

Aménagé dans une annexe du monastère, le Musée salésien perpétue l'histoire de l'Ordre de la Visitation, de Jeanne de Chantal, et de la vie et de l'œuvre de François de Sales.

Un mémorial Saint-François de Sales a été aménagé dans les locaux de l'ancien monastère de la Visitation, au flanc de l'église actuelle Saint-François dans la vieille ville d'Annecy.

 
La Visitation, avec en arrière-plan le mont Veyrier et les dents de Lanfon à gauche, et la Tournette enneigée à droite.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et référencesModifier

NotesModifier

  1. Note 1 : Karol est le prénom de naissance de Jean-Paul II

RéférencesModifier