Ouvrir le menu principal
Barry Sautman
Naissance
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Pays de résidence République populaire de Chine (Hong Kong)
Diplôme
Profession
Activité principale
Enseignant en sciences sociales
Formation
Droit, Sciences politiques

Barry Sautman (de son nom entier, Barry Victor Sautman), né en 1949, est professeur à l'université des sciences et technologies de Hong Kong, dans la section des sciences sociales[1],[2],[3], depuis 1993. De nationalité canadienne et américaine[4], il parle l'anglais et le cantonais[5].

Politologue et juriste de formation, il dispense des cours d'études supérieures sur le nationalisme, l'ethnicité et l'hégémonie américaine, ainsi que des cours de premier cycle en droit international et sur les relations entre la politique, le droit et la société[6]. Il a mené des recherches et publié principalement sur les nationalités (ou ethnies) et le nationalisme en Chine ainsi que les rapports entre l’Afrique et l’Asie[7], travaillant en collaboration avec l’anthropologue Yan Hairong[8] sur ce dernier thème.

Ses avis en tant qu'expert ou ses propos dans des publications sont rapportés par divers organes, nationaux ou internationaux, de la presse écrite ou en ligne. Ses positions sur le Tibet sont jugées comme étant proches de celles de la République populaire de Chine.

Études universitaires et diplômesModifier

  • 1979 : MLS (Master of Library Sciences) diplôme de bibliothécaire-documentaliste en droit et sciences sociales de l'université de Californie à Los Angeles
  • 1982 : JD (Juris Doctor) licence de droit de l'université de Californie à Los Angeles
  • 1985 : LLM (Legum Magister) maîtrise de droit de l'université de New York
  • 1990 : Ph.D. (Doctor of Philosophy) doctorat ès sciences politiques de l'université Columbia (New York)[6]. Le sujet de sa thèse est Retreat from Revolution. Why Communist Systems Deradicalize (University Microfilms International, Ann Arbor, Michigan, 1990, 669 p.).

De 1983 à 1985, il est avocat stagiaire, puis, de 1985 à 1991, avocat[6].

Carrière professionnelle et enseignements dispensésModifier

À l'hiver et au printemps 1990, il est professeur assistant invité (visiting assistant professor) en sciences politiques à l'université de l'Utah, où il enseigne la politique chinoise et la politique comparée[6].

De l'automne 1990 au printemps 1991, il est professeur assistant adjoint (adjunct assistant professor) à l'université Northbridge de l'État de Californie, où il enseigne la politique américaine[6].

En 1991-1992, il est professeur assistant invité (visiting assistant professor) en politique comparée au centre d'études chinoises et américaines des universités Johns-Hopkins et de Nankin en Chine, où il enseigne : la politique comparée ; la politique, le droit et la société ; le développement politique et les rapports États-Unis-Chine[6].

De 1993 à 2000, il est professeur assistant (assistant professor) puis, à partir de 2000, professeur associé (associate professor) dans la section des sciences sociales de l'université des sciences et technologies de Hong Kong (avec un passage en 2002-2003 comme visiting fellow à l'université de Princeton, département des études de l'Asie de l'Est). Les enseignements qu'il y dispense concernent ou ont concerné : cours d'études supérieures sur le nationalisme, l'ethnicité et l'hégémonie américaine; cours de premier cycle de droit international, ainsi que sur les relations entre politique, droit la société[6].

En 2014, il est promu au grade de professeur[3].

Domaines de rechercheModifier

Les recherches effectuées par Barry Sautman portent ou ont porté sur les systèmes communistes et post-communistes, la politique chinoise (en particulier à l'égard des nationalités ou ethnies), les rapports sino-africains, les rapports sino-américains, le droit international (en particulier les droits de l'homme)[6].

Avis en tant qu'expertModifier

Ses avis en tant qu'expert de la politique chinoise en matière d'ethnies ou des rapports entre la Chine et l'Afrique ont été rapportés par divers organes, nationaux ou internationaux, de la presse écrite ou en ligne[9] (CNN[10], USA TODAY[11], Bloomberg News[12], Voice of America[13], rfienglish[14], The New Yorker[15], Global Times[16], The Manila Times[17], The Diplomat[18]), par l'agence de presse AFP[19], par divers sites web. Il a été interviewé par Radio France internationale[20], par Voice of America News[21] et a participé à l'émission Today de BBC Radio 4[22].

OpinionsModifier

Pour le sinologue australien Colin Mackerras (en), Barry Sautman est probablement le principal auteur anglophone écrivant sur le Tibet au sein de l'université hongkongaise. Ses recherches concernent plutôt le Tibet contemporain, sur lequel il projette un éclairage historique. Sa production en matière de publications est considérable. S'il ne connaît pas le tibétain et n'est pas spécialiste de la culture tibétaine, il compense toutefois ces lacunes par un sens profond de l'histoire mondiale et du droit international. Ses disciplines principales sont le droit et les sciences politiques. Ses positions sur le Tibet sont proches de celles de la Chine, dont il défend les revendications sur le Tibet aux plans historique et juridique. Comme ces positions ne sont pas au goût du jour dans les pays occidentaux, Sautman prête à controverse mais comme par ailleurs il est très bien informé et que ses recherches sont très poussées, il est souvent sollicité pour rendre compte des points de vue pro-chinois dans les rencontres axées sur le Tibet[23].

Dans son article « Colonialism, Genocide, and Tibet », paru en 2006 dans la revue Asian Ethnicity, le professeur Sautman réfute l'affirmation très répandue selon laquelle le Tibet subit ou a subi un génocide physique et culturel, a été colonisé par la Chine et a ses ressources exploitées par celle-ci. Il est d'avis que ces outrances de langage ont des effets négatifs quant au règlement de la question du Tibet. Il souligne les divers bénéfices, droits et avantages matériels obtenus par les Tibétains du fait de la modernisation de la région[24].

Dans « 'Demographic Annihilation' and Tibet »[25], il conteste l'allégation portée contre la Chine à partir de 1984, d'un « anéantissement démographique » des Tibétains, dont 1,2 million auraient péri. Il fait observer que la population tibétaine a plus que doublé entre 1950 et le début du XXIe siècle, évolution qui tranche nettement avec ce qui s'est passé à maintes reprises à l'époque de la colonisation occidentale. À ses yeux, l'accusation tient davantage d'une vue de l'esprit commune aux dirigeants émigrés que de la réalité[26].

De même, dans son article « Tibet and the (Mis-) Representation of Cultural Genocide », paru en 2006 dans l'ouvrage collectif Cultural Genocide and Asian State Peripheries, il soutient que la région du Tibet, loin d'être en proie au « génocide culturel » allégué par les exilés tibétains et leurs sympathisants occidentaux, est en fait confrontée à des changements culturels dus aux forces de la modernisation. Il déclare que la Chine ne cherche ni à rejeter ni à effacer la culture tibétaine. Par contre, selon lui, le gouvernement tibétain en exil tombe dans l'« ethnonationalisme » et attribue à la Chine des intentions qu'elle n'a pas à l'égard du Tibet. Expliquant les politiques suivies par la Chine au Tibet et mettant en avant statistiques et exemples, il montre que la population tibétaine est en mesure de préserver son identité[24].

Sur la question fort débattue d'une inégalité économique entre Tibétains et Han aux plans de l'emploi, du niveau de vie et du statut social, le professeur Sautman exprime ses vues dans « Tibet: Development for Whom? », écrit en collaboration avec Irene Eng en 2001[27]. Il y soutient que les disparités se constatent essentiellement entre urbains et ruraux et ne paraissent d'ordre ethnique que parce que les Han se concentrent plus fortement dans les villes que dans les campagnes[28].

Au sujet de la personne du dalaï-lama, il est des plus critiques. Ainsi, dans « Vegetarian Between Meals »[29], il affirme que ce dernier, tout en faisant l'apologie de la non-violence, a régulièrement soutenu les guerres livrées par ses protecteurs, les États-Unis et l'Inde[30].

CritiquesModifier

En 2010, Elliot Sperling écrit que Sautman a examiné la question du Tibet sous une variété d'angles : la démographie du Tibet démontre-t-elle une mortalité importante dans les premières décennies de l'Incorporation du Tibet à la République populaire de Chine et les décennies suivantes de migration chinoise ? Les préoccupations au sujet de la langue tibétaine dans la République populaire de Chine sont-elles justifiées ? Dans ses réponses, il entreprend de démontrer à quel point d'égarement ou de malveillance se trouve les sympathies de ceux qui pourraient trouver que, parfois, l'histoire du Tibet incorporé à la République populaire de Chine a été dévastatrice et particulièrement brutale. Pour Sperling, lire ce que Sautman écrit sur le Tibet laisse souvent le sentiment au lecteur qu'il ou elle vient de rencontrer un policier sur les lieux d'une scène d'horreur, un flic attirant l'attention ailleurs avec un « circulez » et « il n'y a rien à voir »[31].

En 2011, écrivant dans The Tibetan Political Review, un certain Otto Kerner critique Sautman, qu'il présente comme l'un des défenseurs universitaires occidentaux les plus notables de la politique chinoise au Tibet, en raison d'un de ses articles rendant responsables les Tibétains en exil de l'échec des négociations entre les envoyés du dalaï-lama et Pékin[32].

Dans l'ouvrage collectif Clichés tibétains : idées reçues sur le Toit du monde publié en 2011 sous la direction de la tibétologue Françoise Robin, le chapitre intitulé « Les forces occidentales soutiennent la résistance tibétaine » est placé sous l'exergue d'une citation tirée de l'article de Barry Sautman, « Protests in Tibet and Separatism: The Olympics and Beyond », publié dans China Left Review en 2008. En préambule, l'auteur du chapitre évoque une « thèse relayée par quelques commentateurs occidentaux d'extrême-gauche ou proches de la République populaire de Chine (RPC), qui ont affirmé que les événements tibétains étaient liés aux actions secrètes des néoconservateurs américains »[33].

PublicationsModifier

Barry Sautman a publié nombre articles et d’études dans des revues à comité de lecture :

Il a également fourni des articles d'opinion à des journaux : The South China Morning Post (Hong Kong), The Guardian (UK).

Articles de revuesModifier

Ouvrages collectifsModifier

Articles de journauxModifier

MonographiesModifier

Collaborations éditorialesModifier

  • Fondateur de la revue Asian Ethnicity et membre de son comité de lecture.
  • Auteur de comptes rendus pour les revues China Quarterly, China Journal, Pacific Affairs, Asian Ethnicity, East Asia.
  • Co-auteur d'articles avec Irene Eng, Baogang He, Yan Hairong, Kenneth King, de monographies avec Shiu-hing Lo, Ellen Kneehans.
  • Co-directeur d'un ouvrage collectif avec June Teufel Dreyer.

ConférencesModifier

En 2013, le professeur Sautman a été invité à faire la conférence publique annuelle de l'institut Confucius à l'université d'Adélaïde (Australie)[34].

Comptes rendus des publications de l'auteurModifier

  • (en) Dans China Journal, July 2006, Issue 56, p. 213, compte rendu par Mark Stevenson de Contemporary Tibet: Politics, Development, and Society in a Disputed Region
  • (en) Dans China Review International, Spring 2007, Vol. 14, Issue 1, p. 203, compte rendu par Ronald Schwartz de Contemporary Tibet: Politics, Development, and Society in a Disputed Region
  • Dans Perspectives chinoises, année 2006, vol. 97, No 97, p. 70–71, compte rendu par Fabienne Jagou de Contemporary Tibet: Politics, Development, and Society in a Disputed Region

Notes et référencesModifier

  1. (en) Fiche de l’auteur sur le site de The Asia-Pacific Journal: Japan Focus : « Barry Sautman is associate professor, Division of Social Science, Hong Kong University of Science and technology. »
  2. Le 31 janvier 2013, le professeur Sautman a reçu, de la part de l'université de science et de technologie de Hong Kong (HKUST), le Long Service Award décerné à tous les membres du corps professoral et de l'administration ayant 20 ans de bons et loyaux services. Cf (en) Long Service Award for Prof. Sautman.
  3. a et b (en) electronic newsletter published online by the Office of the Executive Vice-President & Provost for the announcement of faculty substantiations and promotions, academic administrative appointments effective 1 July 2014, Fall Issue, 2014 : « Promotion. The following faculty members have been promoted to Professor. School of Humanities and Social Science : Barry V SAUTMAN, SOSC - Michelle O Y YIK, SOSC ».
  4. (en) Colin Mackerras (en), Tibet studies in Australia, Hong Kong and Singapore, in Asian Ethnicity, Vol. 12, Issue 3, 2011, Special Issue: Tibetan Studies in Comparative Perspective, pp. 265-283, disponible sur le site du Griffith Asia Institute, Griffith University, Queensland, Australia, 37 p., en part. pp. 14-17 [PDF] : « A Canadian and American by nationality ».
  5. China-Africa Knowledge Project Resource Hub : « Languages: English, Cantonese ».
  6. a b c d e f g et h Curriculum Vitae (25 October 2008).
  7. Fiche de l’auteur sur le site The Asia-Pacific Journal: Japan Focus, op. cit. : « His research concerns ethnic politics and nationalism in China, as well as China–Africa relations. »
  8. Yan Hairong enseigne à l’Université polytechnique de Hong Kong. Elle est l’auteur de New Masters, New Servants: Migration, Development and Women Workers in China, Duke University Press, 2008, cf (en) The Asia-Pacific Journal : Japan Focus, Vol 9, Issue 52, No 1, December 26, 2011 : « Yan Hairong teaches in Hong Kong Polytechnic University. She is the author of New Masters, New Servants: Migration, Development and Women Workers in China (Duke University Press, 2008). »
  9. (en) Prof. Barry V. Sautman, Political Scientist.
  10. (en) Gabrielle Jaffe, Tinted prejudice in China , CNN, July 24, 2012.
  11. (en) Zach Coleman, NSA leaker: I'll 'stay and fight' in Hong Kong, USA TODAY, June 13, 2013.
  12. (en) Ting Shi and Shai Oster, Uighur Scholar Tohti Jailed For Life for Inciting Separatism, Bloomberg News, Sep 23, 2014.
  13. (en) Shannon Van Sant, China Establishing New Silk Roads, Voice of America, July 08, 2014.
  14. (en) David Finnan, Dozens of Chinese workers captured by Sudanese rebels, rfienglish, 30 January 2012.
  15. (en) Evan Osnos, The Promised Land. Guangzhou's Canaan market and the rise of an African merchant class, The New Yorker, Februrary 9, 2009 issue.
  16. (en) Wang Wenwen, Beijing’s neutrality brings chances on vast continent, Global Times, 2014-5-8.
  17. (en) Sea dispute part of China’s larger plan, The Manila Times (AFP), May 10, 2014.
  18. Shannon Tiezzi, Reports: 5 Tibetans Dead After Police Fire on Protesters, The Diplomat, August 22, 2014.
  19. (en) Uighur scholar's life sentence in China will chill dissent: experts, 7 News (AFP), September 25, 2014.
  20. Entretien avec l’auteur sur RFI à propos de l’enlèvement d’ouvriers chinois au Soudan en janvier 2012.
  21. (en) Rebecca Valli, Q&A: What is Driving Violent Attacks in China’s Xinjiang?, VOANews, May 02, 2014.
  22. (en) Caitlin Fitzsimmons, Tibet complaint against Radio 4's Today upheld by BBC Trust, http://www.guardian.co.uk, 29 mai 2009.
  23. (en) Colin Mackerras (en), Tibet studies in Australia, Hong Kong and Singapore, in Asian Ethnicity, Vol. 12, Issue 3, 2011, Special Issue: Tibetan Studies in Comparative Perspective, pp. 265-283, disponible sur le site du Griffith Asia Institute, Griffith University, Queensland, Australia, 37 p., en part. pp. 14-17 [PDF] : « Probably the main contributor to Tibet studies in Hong Kong’s universities, at least in English, is Dr Barry Sautman of the Hong Kong University of Science and Technology. [...]. His research on Tibet tends to be contemporary, or uses history to cast light on contemporary times. [...] Despite this, he is tremendously productive as a scholar [...]. He does not know Tibetan and has no specialist knowledge of Tibetan culture, but balances this lack with profound understanding of world history and international law. He regards his main disciplines as law and political science [...]. In political terms, Sautman tends to be defensive of China, including both its claim to Tibet on historical and legal grounds and its main essential policies towards its ethnic minorities, especially the Tibetans. Because this is not a fashionable position in Western countries nowadays, he has become a controversial figure, and because he is so well informed and his research so thorough, he is often invited to represent proChinese positions in forums dealing with Tibet ».
  24. a et b (en) [PDF] Dina Duck, Tibet under Chinese Rule, Human Rights and Human Welfare, pp. 17-28, en part. p. 25.
  25. (en) Barry sautman, 'Demographic Annihilation' and Tibet, in Barry Sautman & June Teufel Dreyer (eds.), Contemporary Tibet: Politics, Development and Society in a Disputed Region, ME Sharpe, Armonk, pp. 230-257.
  26. (en) Colin Mackerras, op. cit. : « Besides cultural genocide, a common accusation against China, made first in 1984, is that its rule has led to the deaths of 1.2 million Tibetans. Again, Sautman has disputed this charge of ‘demographic annihilation’. Noting that the Tibetan population increased by about 1 million in 1268 to about 2.5 million in 1950, he states that Tibetans more than doubled in number between the latter date and the early twenty-first century. This is in sharp contrast with what has happened in many colonial situations. According to Sautman, the charge against China is more in line with ‘the émigré leaders’ ideological construct of a colonial occupation’ than with reality ».
  27. (en) Barry Sautman (avec Irene Eng), Tibet: Development for Whom?, in China Information: A Journal on Contemporary China Studies, Vol. 15, Issue 2, pp. 20-75.
  28. Colin Mackerras, op. cit. : « A third issue that has aroused debate is economic inequality, the suggestion being that the Tibetans have suffered severe oppression causing great inequalities by comparison with the Han in labour, living standards and social status. In a wide-ranging study of various kinds of inequality in Tibet, he and Eng conclude that disparities are mainly urban versus rural and appear ethnic only because the Han are in practice much more thickly concentrated in the cities than in the countryside ».
  29. (en) Barry Sautman, "Vegetarian Between Meals". The Dalai Lama, War and Violence, in Positions: East Asia Cultures Critique, Vol. 18, Issue 1, pp. 89-143.
  30. Colin Mackerras, op. cit. : « On the subject of the Dalai Lama himself, Sautman is extremely critical. For instance, he claims that amid support for non-violence, the Dalai Lama has regularly supported war conducted by his patrons the United States and India ».
  31. (en) Elliot Sperling, The History Boy, Rangzen Alliance, 24 juin 2010.
  32. (en) Otto Kerner, Are the Tibetans to Blame for the Failure of Negotiatons?, The Tibetan Political Review, 31 mars 2011.
  33. Françoise Robin, Clichés tibétains : idées reçues sur le Toit du monde, Le Cavalier Bleu, 2011, 177 p.
  34. (en) Bethany Nolan, 2013 Annual Lecture: Does China Have Better Ethnic Policies than USA and India?, Confucius Institute News, 27 September 2013.

Liens externesModifier