Barcarrota

commune espagnole

Barcarrota
Blason de Barcarrota
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Estrémadure
Province Badajoz
Comarque Llanos de Olivenza
Maire
Mandat
Alfonso Carlos Macías Gata
2003
Code postal 06160
Démographie
Gentilé barcarroteño
Population 3 483 hab.[1] ()
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 31′ 03″ nord, 6° 51′ 11″ ouest
Altitude 467 m
Superficie 13 610 ha = 136,1 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Barcarrota
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Barcarrota

Barcarrota est une commune espagnole située dans la province autonome d'Estrémadure. Elle compte 3 580 habitants en 2018. L'arène a été construite en 1859 au Patio de Armas del Castillo de Las Siete Torres.

HistoireModifier

Barcarrota a été un fief appartenant à l'évêché de Badajoz "usurpé" d'après l'évêque par les templiers de la baillie de Jerez de los Caballeros. Le , un litige survient entre l'évêché, le Temple et l'ordre de Santiago à propos des différents villages de ce secteur dont trois villages templiers: Olivenza, Táliga et Villanueva [de Barcarrota][2]. D'autres historiens considèrent qu'il s'agit en fait de Villanueva de Los Santos, le nom médiéval de Los Santos de Maimona[3].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (es) Francisco J. Durán Castellano, « Los Templarios en la Baja Extremadura », Revista de estudios extremeños, vol. 56,‎ , p. 99-146 (lire en ligne)
  • Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique : les ordres militaires dans le royaume de Castille, 1252-1369, Casa de Velázquez, , 912 p. (ISBN 978-84-95555-72-4, présentation en ligne)
  • (es) Arcadio Guerra Guerra, « La orden militar de Templarios en la Baja Extremadura », Ve Congreso de Estudios Extremeños: Pórtico al bimilenario de Mérida: Ponencia V: historia (I), Badajoz, Diputación provincial, Institución Cultural “Pedro de Valencia”,‎ , p. 267-303