Ouvrir le menu principal
Bajau
Description de cette image, également commentée ci-après
Bajau aux Philippines.

Populations significatives par région
Population totale ~ 1 000 000[1]
Autres
Langues bajau indonésien et bajau de la côte occidentale
Religions Islam sunnite
Description de cette image, également commentée ci-après
Régions habitées par les Nomades de la mer : en bleu, les Moken et Moklen, en beige les Orang Laut et en vert les Bajau.

Les Bajau, Badjaos[2], Badjos[3] ou encore Bajo, sont un groupe ethnique de Brunei, d'Indonésie, de Malaisie orientale et des Philippines qui font partie des populations qu'on appelle « nomades de la mer » (« Sea Gypsies » dans la littérature de langue anglaise), comme les Moken de Birmanie et de Thaïlande, des Orang Laut de Riau et des Urak Lawoi' de Thaïlande.

Les Bajau sont le deuxième groupe le plus important en nombre dans l'État malaisien de Sabah, constitutant plus de 13 % de la population.

Les Bajau d'Indonésie vivent principalement sur les petites îles et les côtes de l'île de Célèbes. On pense que l'expansion des Bajau est liée à la pêche et au commerce de l'holothurie (trepang en malais).

Sommaire

Mode de vieModifier

Nomades de la merModifier

Ils sont nommés « les Gitans de la mer » puisqu'ils ne restent jamais bien longtemps à leurs ports d'attache.

Le fond des pirogues en bois est doté d’une trappe qu’ils ouvrent pour coller leur oreille à la surface de l’eau. Ils écoutent les bruits émis par les poissons mais également les mouvements sismiques qui agitent le fond de l’océan. C'est de cette manière, qu'ils ont ainsi pu voir venir le tsunami de décembre 2004 et donner l'alerte aux touristes présents sur les lieux. [réf. souhaitée]

La pirogue est bien plus qu’une simple embarcation. Elle est un lieu de vie qu’il faut protéger et une marque d’identité. Ils attribuent des pouvoirs surnaturels à ce bateau.

Mais les canots ne sont pas faits pour naviguer sur des mers agitées, ils ont également de petites maisons sur pilotis juste à côté des sites de pêche pour se protéger dès que la tempête arrive.

Un peuple de plongeursModifier

Le peuple des Bajau entretien un rapport intime avec la mer. Dès l’âge de trois jours, le nourrisson est mis à l’eau et il deviendra rapidement un bon nageur. Les plongeurs adultes peuvent descendre à plus de 70 mètres de fond, ils ont une très bonne connaissance du milieu. Les femmes plongent également pour pêcher y compris quand elles sont enceintes[4]. Une étude publiée dans la revue Cell [5] fait état de modifications génétiques — notamment le développement de plus grandes rates — offrant aux Bajau un avantage génétique pour survivre dans les profondeurs. Les plongeurs Bajau ne cessent de battre des record d'apnée, certains de leurs membres pouvant rester sous l'eau près de 13 minutes à environ 60 mètres de profondeur[6].

AlimentationModifier

Les bajaus ne mangent que du poisson. Ils complètent avec du riz et des fruits trouvés dans la jungle.

LangueModifier

Les langues bajau (telles le bajau indonésien et le bajau de la côte occidentale) appartiennent à un sous-groupe dit « Sulu-Bornéo » des langues sama-bajaw, qui sont désormais considérées comme un groupe dans le rameau des langues grand barito de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes.

ReligionModifier

Les Bajau sont majoritairement musulmans. Leur religion est un mélange d'islam et d'animisme.

Ils avaient un dieu unique Setan qui dispensait le bien et le mal. Le chaman peut être une femme et tient de multiples rôles : médecin, invocateur d’esprits des morts, autorité morale de la tribu, sage-femme. Les contacts avec les étrangers passent par le chaman. Considérés comme des sorciers et des jeteurs de sort, ils sont mis à l’écart de la population ordinaire.

Notes et référencesModifier

  1. « Le secret des Bajau », sur dimoitou.ouest-france.fr (consulté le 15 juillet 2019).
  2. [vidéo] « Badjaos ou les Gitans de la mer » [présentation en ligne]
  3. Zacot 2009.
  4. [1]
  5. (en) Melissa A. Ilardo, Ida Moltke, Thorfinn S. Korneliussen et Jade Cheng, « Physiological and Genetic Adaptations to Diving in Sea Nomads », Cell, vol. 173, no 3,‎ , p. 569–580.e15 (ISSN 0092-8674, DOI 10.1016/j.cell.2018.03.054, lire en ligne, consulté le 15 juillet 2019).
  6. « Les nomades de la mer, premiers Hommes génétiquement adaptés à la plongée », sur National Geographic, (consulté le 15 juillet 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Patrick Blanche, Nomades de la mer : Vézos, Bajaus, Mokens, Paris, Ibis Press, , 186 p. (ISBN 978-2-910728-80-9)
  • François-Robert Zacot, Peuple nomade de la mer : les Badjos d'Indonésie, Paris, Pocket, , 593 p. (ISBN 978-2-266-19831-8).   (réédition)

VidéographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier