Aulus Manlius Torquatus Atticus

consul romain en 235 et 224 av. J.-C.

Aulus Manlius Torquatus Atticus est un homme politique romain du IIIe siècle av. J.-C., fils de Titus Manlius Torquatus Atticus (consul en 299 av. J.-C.), et peut-être frère de Titus Manlius Torquatus (consul en 235 av. J.-C.). Le père d'Atticus et son frère aîné - nommés tous les deux Titus -sont inconnus, mais son grand-père - lui aussi nommé Titus - a été consul en 299 et est décédé pendant sa magistrature[1]. Atticus a probablement été l'oncle de son quasi-contemporain Titus Manlius Torquatus. Comme lui, il a été deux fois consul en 235 et 224, censeur en 231 et finalement dictateur en 208. Pline raconte que le consul précédent nommé Aulus Torquatus est mort en mangeant un gâteau[2]. Cela a pu être Atticus, mais Friedrich Münzer préfère la version que cela a été le consul de 164, aussi nommé Aulus Torquatus. Le nom de famille Torquatus a été reçu premièrement par l'ancêtre d'Atticus, Titus Manlius Imperiosus, en 361 après sa victoire contre un gaulois dans un seul combat. Il a récupéré sa torque comme trophée[3]. La torque est devenue un emblème de la famille. Ses membres la posaient avec orgueil sur les monnaies qu'ils frappaient. Imperiosus Torquatus a été сonnu pour sa sévérité en tuant son propre fils après la désobéissance du dernier pendant une bataille[4],[5]. Le surnom Atticus est une référence à Attica et démontre qu'il a été influencé par le Philhellenisme de plus en plus présent à Rome. Il a probablement atteint une bonne compétence en grec et l'a montré dans son nom[6]. Plusieurs autres hommes politiques éminents ont adopté le surnom grec pendant l'existence de la Moyenne République, par exemple Quintus Publilius Philo ou Quintus Marcius Philippus[7]. Le même surnom a été utilisé deux siècles plus tard par l'ami de Cicéron Titus Pomponius Atticus après sa résidence de longue durée à Athènes[8].

Aulus Manlius Torquatus Atticus
Fonctions
Censeur
Sénateur romain
Princeps senatus
Consul
Biographie
Naissance
Décès
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
A. Manlius T.f.T.n. Torquatus AtticusVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
République romaine moyenne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Manlii Torquati (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Statut
Autres informations
Conflit

BiographieModifier

Premier consulatModifier

Atticus a été élu consul pour la première fois en 244 avec Gaius Sempronius Blaesus, plébéien, qui avait déjà été consul en 253[10]. Atticus est décrit par Cassiodorus qui s'est appuyé sur Tite-Live pour sa liste de consuls en tant que consul précédent[11],[12]. Marcus Fabius Buteo a été consul l'année précédente avec un autre Atilius, Gaius Bulbus et aurait pu jouer un certain rôle dans l'élection d'Atticus et Blaesius[13]. On ne sait rien sur leur activité en tant que consuls. Apparemment, ils faisaient  leur service militaire en Sicile, où la plupart des opérations militaires de la Première Guerre Punique avaient lieu cette année-là[14]. Les deux colonies, Brundisium et Fregenae, ont été fondées pendant leur au cours de mandat[15],[16].

Second consulatModifier

Atticus a été élu consul pour la deuxième fois en 241, aux côtés d'un plébéien Quintus Lutatius Cerco[17]. Le dernier a été le frère de Gaius Lutatius Catulus qui a gagné la Bataille des îles Egates juste avant la fin de son consulat le 10 mars 241 (les magistrats sont arrivés au pouvoir le 15 mars)[18],[19].

Cassiodorus et Eutropius (qui se basaient aussi sur Live) racontent que Cerco a été "consul prior" et Atticus "consul postrerior", mais dans les Fastes Capitolins, Atticus a été déplacé à la première position[20],[21],[22]. Les Fastes ont été créés sous le règne d'Auguste par le Collège de pontifes, dont les membres déplaçaient souvent leurs ancêtres à la première place pour renforcer le prestige de leur famille. C'était la politique soutenue par Auguste qui essayait de ranimer plusieurs familles des patriciens éminents, puisque le fait d'être élu "prior" faisait objet d'une grande fierté[23]. Le pontife d'Auguste Aulus Manlius Torquatus a été responsable de la promotion d'Atticus dans les Fastes, aussi bien que plusieurs autres membres de sa famille[24],[25]. Zonaras raconte que Catulus a conclu le premier accord avec Hamilcar juste après sa victoire , quelques jours avant la fin de son consulat, alors il aurait pu être celui qui a mis fin à la guerre. Pourtant lui et Polybe ajoutent que "la population de Rome" a rejeté l'accord, alors son frère Cerco a négocié les termes plus sévères pour Carthage[26],[27]. Adam Ziolkowski pense que c'est bien douteux et que l'opposition envers le premier accord aurait dû provenir d'un autre consul - Atticus - qui voulait continuer la guerre. Néanmoins, Atticus devait céder et accepter la paix, mais avec cela il a obtenu de nouvelles conditions dans le nouveau accord[28],[29],[30]. Ce compromis aurait pu être considéré comme trop indulgent envers Carthage par un groupe au sénat, c'est pourquoi Rome a récupéré la Sardaigne quelques années plus tard[31]. Le consulat de Cerco et d'Atticus a été marqué par les désastres naturels à Rome qui, d'après Orose, "ont presque détruit la ville"[32]. Il ajoute que le fleuve Tibre a débordé en détruisant tous les bâtiments se trouvant sur la plaine. Cette inondation s'est avérée particulièrement dévastatrice parce qu'à cette époque-là, la plupart des bâtiments ont été construits de bois et d'argile qui sont fragiles en cas de leur contact avec l'eau[33]. Un grand incendie a aussi ravagé le Temple de Vesta et la majeure partie autour du Forum. Le Pontifex Maximus - Lucius Caecilius Metellus - est presque mort dans la tentative de sauver le palladium du temple en flammes[34]. Les auteurs anciens disent que les Faliscans (le peuple italique habitant en Etrurie du Sud) se sont révoltés pour profiter de la situation[35],[36],[37]. La vraie cause est peut-être l'expiration du traité de 50 ans conclu en 293[38]. E.S. Staveley considère même que cette guerre faisait partie de la stratégie intentionnelle de Rome qui consistait à renforcer le contrôle sur l’Etrurie. Il note que les censeurs de 241 ont construit Via Aurélia qui se dirigeait au nord de Rome à Pise et ont fondé les colonies dans les environs[39].

Notes et référencesModifier

  1. Harriet Flower, « The significance of an inscribed breastplate captured at Falerii in 241 B.C. », Journal of Roman Archaeology, vol. 11,‎ , p. 224–232 (ISSN 1047-7594 et 2331-5709, DOI 10.1017/s104775940001727x, lire en ligne, consulté le 6 novembre 2019)
  2. De Laguna, Frederica, 1906-2004, editor. Hallowell, A. Irving (Alfred Irving), 1892-1974. Beginnings of anthropology in America., Selected papers from the American anthropologist, 1888-1920., Row, Peterson, (OCLC 421581, lire en ligne)
  3. Livy., Livy, Heinemann, 1967- (OCLC 221355893, lire en ligne)
  4. Livy [Titus Livius], A Commentary on Livy, Books VI–X, Vol. 2: Books VII–VIII, (ISBN 9780198152262, DOI 10.1093/actrade/9780198152262.book.1, lire en ligne)
  5. Peter Broughton, Campbell Broughton, Reith Broughton et Hill Broughton, « Offshore Gravity Based Oil Production Platform Interaction with the Sea Bed », Offshore Technology Conference, Offshore Technology Conference,‎ (DOI 10.4043/2372-ms, lire en ligne, consulté le 12 novembre 2019)
  6. 9 Gruen, Culture and National Identity, p. 230.
  7. Modèle:Ouvrae
  8. Cicero, Marcus Tullius., Cicero : the Verrine Orations : in two vol. “VII, VIII, Harvard University Press, <1954-1999 (ISBN 978-0-674-99444-7, 9780674994447 et 0674994256, OCLC 406486003, lire en ligne)
  9. Zonaras, VIII, 18
  10. Peter Broughton, Campbell Broughton, Reith Broughton et Hill Broughton, « Offshore Gravity Based Oil Production Platform Interaction with the Sea Bed », Offshore Technology Conference, Offshore Technology Conference,‎ (DOI 10.4043/2372-ms, lire en ligne, consulté le 19 novembre 2019)
  11. Calvin Bower, Cassiodorus, Oxford University Press, coll. « Oxford Music Online », (lire en ligne)
  12. Lily Ross Taylor et T. Robert S. Broughton, « The Order of the Two Consuls' Names in the Yearly Lists », Memoirs of the American Academy in Rome, vol. 19,‎ , p. 1 (ISSN 0065-6801, DOI 10.2307/4238618, lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019)
  13. E. T. Salmon et Jakko Suolahti, « The Roman Censors », Phoenix, vol. 18, no 4,‎ , p. 336 (ISSN 0031-8299, DOI 10.2307/1086370, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2019)
  14. Peter Broughton, Campbell Broughton, Reith Broughton et Hill Broughton, « Offshore Gravity Based Oil Production Platform Interaction with the Sea Bed », Offshore Technology Conference, Offshore Technology Conference,‎ (DOI 10.4043/2372-ms, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  15. Livy [Titus Livius], « 17 », dans Oxford World's Classics: Livy: Rome's Mediterranean Empire: Books Forty-One to Forty-Five and the Periochae, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-955602-1, lire en ligne), p. 19–19
  16. Velleius Paterculus, Compendium of the History of Rome (lire en ligne)
  17. Peter Broughton, Campbell Broughton, Reith Broughton et Hill Broughton, « Offshore Gravity Based Oil Production Platform Interaction with the Sea Bed », Offshore Technology Conference, Offshore Technology Conference,‎ (DOI 10.4043/2372-ms, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  18. Carl Wagener, « II. Jahresberichte. 50. Eutropius », Philologus, vol. 42, no 3,‎ , p. 511–533 (ISSN 2196-7008 et 0031-7985, DOI 10.1515/phil-1884-0304, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2019)
  19. Annette Wilkes, « Violence between Broughton and Moriori, 1791 », dans Honour, Mana, and Agency in Polynesian–European Conflict, Routledge, (ISBN 978-0-429-39868-1, lire en ligne), p. 192–218
  20. Carl Wagener, « II. Jahresberichte. 50. Eutropius », Philologus, vol. 42, no 3,‎ , p. 511–533 (ISSN 2196-7008 et 0031-7985, DOI 10.1515/phil-1884-0304, lire en ligne, consulté le 30 novembre 2019)
  21. « dMGH | Band | Scriptores [Geschichtsschreiber] | Auctores antiquissimi (Auct. ant.) | 11: Chronica minora saec. IV. V. VI. VII. (II) | Cassiodori senatoris chronica », sur www.dmgh.de (consulté le 30 novembre 2019)
  22. A. G. Woodhead, « A Pocket Fasti - Fasti Capitolini. Recensuit, praefatus est, indicibus instruxit Atilius Degrassi. (Corpus Scriptorum Latinorum Paravianum.) Pp. ii+191. Turin: Paravia, 1954. Paper, L. 800. », The Classical Review, vol. 6, no 2,‎ , p. 147–149 (ISSN 0009-840X et 1464-3561, DOI 10.1017/s0009840x0016144x, lire en ligne, consulté le 30 novembre 2019)
  23. Lily Ross Taylor et T. Robert S. Broughton, « The Order of the Two Consuls' Names in the Yearly Lists », Memoirs of the American Academy in Rome, vol. 19,‎ , p. 1 (ISSN 0065-6801, DOI 10.2307/4238618, lire en ligne, consulté le 3 décembre 2019)
  24. Lily Ross Taylor, « New Indications of Augustan Editing in the Capitoline Fasti », Classical Philology, vol. 46, no 2,‎ , p. 73–80 (ISSN 0009-837X et 1546-072X, DOI 10.1086/363374, lire en ligne, consulté le 6 décembre 2019)
  25. Julia C. Torquati, « Parenting », dans Encyclopedia of Homelessness, SAGE Publications, Inc. (ISBN 978-0-7619-2751-8, lire en ligne)
  26. « SEG 63-1832. Polybius. Inscriptions. », sur Supplementum Epigraphicum Graecum (consulté le 6 décembre 2019)
  27. Niebuhr, Barthold Georg, 1776-1831, editor. Choniates, Nicetas, approximately 1140-1213. Acropolita, Georgius. Agathias, -582. Anagnostes, Joannes, active 15th century. Anastasius., bibliothecarius, approximately 817-approximately 879. Iōannēs, Kameniatēs, active 10th century. Cananus, Joannes, active 15th century. Chalcondyles, Loanicus. Cinnamus, Joannes, active 12th century. Codinus, George. Comnena, Anna, 1083- Constantine VII Porphyrogenitus, Emperor of the East, 905-959. Corippus, Flavius Cresconius. Dexippus (The Platonist) Doukas, approximately 1400-approximately 1470. Ephraim., Byzantine chronicler, active 14th century. Eunapius, approximately 345-approximately 420. Georgius Cedrenus. Georgius., monachus, surnamed Hamartolus. Phrantzēs, Geōrgios, 1401- Georgius Pisida. Geōrgios, Synkellos, active 800. Gregoras, Nicephorus. Hierocles (Grammarian) Joannes Cantacuzenus., Emperor of the East, -1383. Lydus, Johannes Laurentius, 490-approximately 565. Glycas, Michael. Joannes Malalas. Joannes Scylitzes, active 1081. Leo., diaconus, active 990. Leo, Grammaticus. Malchus, Philadelphensis. Manasses, Constantine, -1187. Menander., Protector. Merobaudes, Flavius, active 5th century. Attaleiatēs, Michaēl, active 11th century. Nicephorus, Saint, Patriarch of Constantinople. Pachymeres, Georgius. Paulus Silentiarius. Petrus Patricus. Procopius. Simocatta, Theophylactus. Symeon, Metaphrastes. Theophanes., Confessor. Zonaras, Joannes. Zosimus. Priscus Panites. Theodosius, Diaconus., Corpus scriptorum historiae byzantinae, Impensis E. Weberi, 1828-1897 (OCLC 854547131, lire en ligne)
  28. Edmund Thomas, « Republican Temples - A. Ziolkowski: The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context. (Saggi di Storia Antica, 4.) Pp. 341, 3 figs, (plans) included within text. Rome: ‘l'Erma’ di Bretschneider, 1992. Cased, L. 200,000. », The Classical Review, vol. 45, no 2,‎ , p. 380–382 (ISSN 0009-840X et 1464-3561, DOI 10.1017/s0009840x00294341, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  29. Valerius Maximus, Clarendon Ancient History Series: Valerius Maximus: Memorable Deeds and Sayings: Book IBook I, (ISBN 9780198150169, DOI 10.1093/actrade/9780198150169.book.1, lire en ligne)
  30. Daniele Miano, « Fortuna », Oxford Scholarship Online,‎ (DOI 10.1093/oso/9780198786566.001.0001, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  31. Bruno Bleckmann, Die römische Nobilität im Ersten Punischen Krieg, Akademie Verlag, (ISBN 978-3-05-004737-9, lire en ligne)
  32. Gilles, Sealy. Tomasch, Sylvia., Text and Territory : Geographical Imagination in the European Middle Ages (ISBN 978-1-5128-0801-8 et 1-5128-0801-6, OCLC 979760616, lire en ligne)
  33. Lynne C. Lancaster, « Book Review of Floods of the Tiber in Ancient Rome, by Gregory S. Aldrete », American Journal of Archaeology, vol. 112, no 1,‎ (ISSN 1939-828X, DOI 10.3764/ajaonline1121.lancaster, lire en ligne, consulté le 18 décembre 2019)
  34. Livy [Titus Livius], « 17 », dans Oxford World's Classics: Livy: Rome's Mediterranean Empire: Books Forty-One to Forty-Five and the Periochae, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-955602-1, lire en ligne), p. 19–19
  35. Polybius., Polybius and Pseudo-Hyginus : the Fortification of the Roman Camp, Ares, (ISBN 0-89005-518-1 et 978-0-89005-518-2, OCLC 32736953, lire en ligne)
  36. Livy, author., History of Rome (ISBN 0-674-99126-5, 978-0-674-99126-2 et 0-674-99148-6, OCLC 991483377, lire en ligne)
  37. Niebuhr, Barthold Georg, 1776-1831, editor. Choniates, Nicetas, approximately 1140-1213. Acropolita, Georgius. Agathias, -582. Anagnostes, Joannes, active 15th century. Anastasius., bibliothecarius, approximately 817-approximately 879. Iōannēs, Kameniatēs, active 10th century. Cananus, Joannes, active 15th century. Chalcondyles, Loanicus. Cinnamus, Joannes, active 12th century. Codinus, George. Comnena, Anna, 1083- Constantine VII Porphyrogenitus, Emperor of the East, 905-959. Corippus, Flavius Cresconius. Dexippus (The Platonist) Doukas, approximately 1400-approximately 1470. Ephraim., Byzantine chronicler, active 14th century. Eunapius, approximately 345-approximately 420. Georgius Cedrenus. Georgius., monachus, surnamed Hamartolus. Phrantzēs, Geōrgios, 1401- Georgius Pisida. Geōrgios, Synkellos, active 800. Gregoras, Nicephorus. Hierocles (Grammarian) Joannes Cantacuzenus., Emperor of the East, -1383. Lydus, Johannes Laurentius, 490-approximately 565. Glycas, Michael. Joannes Malalas. Joannes Scylitzes, active 1081. Leo., diaconus, active 990. Leo, Grammaticus. Malchus, Philadelphensis. Manasses, Constantine, -1187. Menander., Protector. Merobaudes, Flavius, active 5th century. Attaleiatēs, Michaēl, active 11th century. Nicephorus, Saint, Patriarch of Constantinople. Pachymeres, Georgius. Paulus Silentiarius. Petrus Patricus. Procopius. Simocatta, Theophylactus. Symeon, Metaphrastes. Theophanes., Confessor. Zonaras, Joannes. Zosimus. Priscus Panites. Theodosius, Diaconus., Corpus scriptorum historiae byzantinae, Impensis E. Weberi, 1828-1897 (OCLC 854547131, lire en ligne)
  38. J. W. Cole et F. W. Walbank, « Commentary on Polybius, Volume I », Phoenix, vol. 13, no 2,‎ , p. 83 (ISSN 0031-8299, DOI 10.2307/1086976, lire en ligne, consulté le 22 décembre 2019)
  39. E. S. Staveley, « Rome and Italy in the early third century », dans The Cambridge Ancient History, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-139-05435-5, lire en ligne), p. 420–455