Ouvrir le menu principal

Augustin Morvan

médecin et homme politique français

Augustin Morvan
Fonctions
Député
Groupe politique Gauche républicaine
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lannilis, Finistère
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Lannilis, Finistère
Profession Médecin (thèse soutenue à 28 ans)

Augustin Marie Morvan, à Lannilis et mort le à Lannilis, est un médecin et homme politique français, maire de Lannilis, député du Finistère. Auteur d'un mémoire sur le myxœdème de la Basse-Bretagne, ou maladie de Morvan, il a attaché son nom à plusieurs découvertes scientifiques et médicales. Il était le grand-père d'Édith Follet, célèbre illustratrice et deuxième épouse de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Jean-Marie Morvan et de Louise Marie Prudence Floch, cultivateurs à Lannilis, élevé dans une famille de huit enfants, après ses études primaires et secondaires au collège de Lesneven (Finistère), il commence ses études de médecine à l'École de médecine de la Marine à Brest, avant de les poursuivre à la Faculté de médecine de Paris. Reçu comme interne aux hôpitaux de Paris, il présente une thèse inaugurale consacrée à l'anévrisme variqueux[1]. Il est alors dans le service de Nelaton, chirurgien de l'Empereur. Bien que s'étant créé des relations et en dépit de l'attrait de Paris, il préfère s'installer en Basse-Bretagne. Après avoir hésité à ouvrir un cabinet à Brest, il préfère s'installer chez lui, à Lannilis. C'est alors un bourg de 3000 habitants, à la campagne environnante très peuplée.

Il mènera une carrière politique et une carrière médicale, sur un double front. Élu maire de Lannilis, en 1857, puis conseiller général et député à l'assemblée législative, en 1871, il est à l'origine de la loi sur la protection de l'enfance malheureuse, dite loi Morvan-Roussel, et d'une loi sur l'assistance publique obligatoire. Il soigne gratuitement, durant toute la durée de son mandat parlementaire. Bravant l'opinion de l'époque, il se penche sur le cas des filles-mères, inaugurant une approche nouvelle de la question. Il se retira ensuite de la vie politique locale.

Augustin Morvan œuvra énormément à l'hygiène en matière opératoire. Il publia de nombreux articles dans la Gazette hebdomadaire. Il rédigea des travaux, tirés d'observation, sur la parésie analgésique, sur la chorée fibrillaire, etc. ; son œuvre scientifique ayant été dense. Il est nommé correspondant de l'Académie de médecine de Paris, à la 10e division.

Il continue d'exercer la médecine, jusqu'à la fin de sa vie. Il s'éteint le 20 mars 1897, à l'âge de 78 ans. En 1945, l'hôpital de Brest reconstruit, est placé sous son patronage. Une plaque commémorative est apposée sur le fronton de sa maison de Lannilis (toujours debout), sur décision du conseil municipal en août 1951.

Notes et référencesModifier

  1. Notice dans le catalogue du Sudoc

Voir aussiModifier