Aubin Minaku Ndjalandjoko

(Redirigé depuis Aubin Minaku)

Aubin Minaku Ndjalandjoko
Illustration.
Aubin Minaku
Fonctions
Président de l'Assemblée nationale

(7 ans et 12 jours)
Prédécesseur Évariste Boshab
Successeur Jeannine Mabunda Lioko
Président de l'Assemblée parlementaire de la francophonie

(1 an, 10 mois et 26 jours)
Prédécesseur Paul McIntyre
Successeur Jacques Chagnon
Député national

(5 ans, 5 mois et 27 jours)
Groupe politique PPRD
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Kinshasa
Nationalité Congolaise
Parti politique PPRD
Père Minaku
Diplômé de Université de Kinshasa
Profession Magistrat
Avocat
Religion Catholicisme
Résidence Kinshasa

Aubin Minaku Ndjalandjoko

Aubin Minaku Ndjalandjoko , né le 27 novembre 1964 à Kinshasa, est un homme politique et magistrat (substitut du procureur) du Congo-Kinshasa. Marié et père de 3 enfants, il est président de l’Assemblée nationale de 2012 à 2019.

BiographieModifier

Minaku est né le 27 novembre 1964 dans la maternité de Kintambo à Kinshasa[1] de parents originaires d’Idiofa dans la province du Bandundu[2].

Il est élève chez les Jésuites à Kinzambi (l'ancienne Bandundu) et ensuite chez les Salésiens à Imara (haut-Katanga). Il obtient sa licence en droit international public à l’Université de Kinshasa en 1989[2].

Chef de travaux de la faculté de droit de université de Kinshasa, Aubin Minaku Ndjalandjoko a été proclamé le samedi 23 décembre 2017, docteur en droit avec mention « la plus grande distinction » à l’issue de la soutenance de sa thèse intitulée À la recherche d’un mécanisme efficient de poursuite et de répression des crimes internationaux perpétrés en RDC[3]

MagistratureModifier

Il est substitut et ensuite premier substitut du procureur de la république au Parquet de grande instance de Kinshasa/Matete de 1990 à 1998[2].

Carrière politiqueModifier

À partir de 1998, il est expert et conseiller de cabinets ministériels et ensuite du cabinet du chef de l’État[2].

À partir de 2002, il est chef de travaux à la faculté de droit de l’université de Kinshasa où il prépare sa thèse de doctorat en droit international[2].

En 2005, il fait partie de la cellule de campagne de Joseph Kabila pour l’élection présidentielle de 2006. Il se présente aux élections législatives en 2006 et est élu député national pour Idiofa[2].

Il est réélu député national aux élections législatives de 2011.

Le 12 avril 2012 il est élu président de l’Assemblée nationale[2].

En 2013 lors de la session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie[4] (APF) tenue à Abidjan, il est premier vice-président du Bureau de l’APF.

Le 10 juillet 2015, Aubin Minaku Ndjalandjoko a été élu comme président[5] de Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) pour une durée de deux ans.

Notes et référencesModifier

  1. Le Potentiel (sur DigitalCongo.net), 6 décembre 2014
  2. a b c d e f et g Radio Okapi.net, 13 avril 2014
  3. « RDC: Le président de l'Assemblée nationale propose la création d'une cour spéciale », LaLibre.be,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2018).
  4. « Biographie de Aubin MINAKU NDJALANDJOKO », sur Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) (consulté le 10 janvier 2017).
  5. « RDC: Aubin Minaku élu nouveau président de l’Assemblée nationale – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2018).

BibliographieModifier

  • « Aubin Minaku, le parcours d’un magistrat devenu président de l’Assemblée nationale », Radio Okapi.net,‎ (lire en ligne)
  • « À l’occasion de ses 50 ans d’âge, Aubin Minaku a visité la maternité de Kintambo », Le Potentiel (sur DigitalCongo.net),‎