Aube (littérature)

genre et forme littéraire du Moyen Âge, poésie lyrique utilisée par les troubadours qui a pour thème la séparation de deux êtres qui s'aiment au point du jour

L'aube (alba en langue d'oc), genre et forme littéraire du Moyen Âge, est une poésie lyrique utilisée par les troubadours qui a pour thème la séparation de deux êtres qui s'aiment au point du jour. On la déclamait généralement à l'aube.

Accompagnée d'une mélodie savante, elle comporte trois grands thèmes :

  • séparation des amants à l'aube;
  • chant des oiseaux et lever du soleil;
  • intervention du guetteur qui interdit à tout importun de s'approcher et prévient les amants qu'avec l'aube vient la séparation.[1]

Liste des albas occitanesModifier

Seules 18 albas ont été conservées.

Compositeur Vers initial Type Notes
Bernart de Venzac Lo Paire el Filh el sant Espirital religieuse
Raimbaut de Vaqueiras Gaita be gaiteta del castel profane
Giraut de Bornelh Reis glorios, verais lums e clartatz profane
Folquet de Marseille Vers Dieus el vostre nom e de Sainta Maria religieuse
Cadenet S'anc fui belha ni prezada profane
Raimon de las Salas Deus aidatz profane
Bertran de Lamanon ou Gaucelm Faidit Us cavalier si jazia profane
Guilhem d'Autpol Esperansa de totz ferms esperans religieuse
Guiraut Riquier Ab plazer profane
Guiraut Riquier Qui vuelha ses plazer religieuse
Uc de la Bacalaria Per grazir la bon'estrena profane
Peire Espanhol Ar levatz sus, franca cortesa gen religieuse
Berenguer d'Anoia Gaita, be gardatz religieuse
Anonyme En un vergièr sotz fòlha d'albespí profane
Anonyme Ab la gensor que sia profane
Anonyme Quan lo rossinhol escria profane cobla
Anonyme Dreitz que vol dreitamen amar profane cobla

Aube religieuseModifier

Comme on le voit dans le tableau ci-dessus, certains poèmes sont d'inspiration religieuse. On parlera donc dans ces cas-là d'aube religieuse. Dans l'aube religieuse, le poète exprime le désir qu'arrive le matin et que la nuit ne soit plus que le souvenir d'un temps passé. Le matin est le symbole de la gloire divine, de la grâce, de la Vierge, qui est la dame à qui tout homme peut exprimer son amour. Par contre, la nuit est le symbole de la recherche du chemin dans l'obscurité, parmi les difficultés, les tentations, le péché.

Exemple : Quan lo rossinhol escria (Anonyme)Modifier

I

Quan lo rossinhol escria
ab sa part la nueg e.l dia,
yeu suy ab ma bell'amia
jos la flor,
tro la gaita de la tor
escria: "Drutz, al levar!
Qu'ieu vey l'alba e.l jorn clar."

« I

Quand le rossignol chante
avec sa compagne la nuit et le jour
moi, je suis avec ma belle amie
sous la fleur,
jusqu'à ce que le guetteur de la tour
crie: "Amants, levez-vous !
que je vois l'aube et le jour clair."

 »

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier