Attrition (religion)

En religion, l’attrition est l’attitude de celui dont le regret d’avoir offensé Dieu (c’est-à-dire ‘commis un péché’) est motivé par des raisons humaines telle que la honte personnelle, la crainte du châtiment divin ou d’autres conséquences désagréables. Elle s’oppose à la contrition.

Au Concile de TrenteModifier

Au cours des siècles les théologiens développèrent une distinction entre la 'contrition' qui est un repentir motivé par l’amour de Dieu, et l’'attrition', repentir motivé par des raisons humaines (en particulier la crainte du châtiment divin). Autrement dit : la "contrition est parfaite" et "l'attrition est imparfaite". Le progrès dans la vie spirituelle peut transformer l’attrition en contrition.

Lors de la discussion du sacrement de pénitence au Concile de Trente, en 1547, il fut important de définir si la contrition était nécessaire pour obtenir l’absolution des péchés (comme le prétendait Luther) ou si l’attrition suffisait. Le théologien Claude Le Jay défendit l’opinion que l’attrition était un vrai repentir, même si imparfait, et donc était suffisante. C’est ce qui prévalut dans le 5e canon sur le sacrement de pénitence (session du ).