Atrophie multisystématisée

maladies neurodégénératives sporadiques, affectant plusieurs fonctions cérébrales.
Atrophie multisystématisée / AMS

Spécialité NeurologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 G90
CIM-9 333.0
OMIM 146500
DiseasesDB 8441
MedlinePlus 000757
eMedicine 1154583Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine neuro/671 
MeSH D019578
Médicament Droxidopa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Multiple-system-atrophy

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les atrophies multisystématisées (AMS) sont un ensemble de maladies neurodégénératives sporadiques, affectant plusieurs fonctions cérébrales.

ÉpidémiologieModifier

La prévalence des AMS est comprise entre 3 et 5/100 000[1] dans la population générale. L'âge moyen de découverte est vers la cinquantaine[2]. La forme avec syndrome cérébelleux semble prédominante au Japon[3] alors que c'est celle, avec syndrome parkinsonien, qui l'emporte en Europe[4] et en Amérique du Nord[5].

SémiologieModifier

Des symptômes non spécifiques peuvent précéder la survenue de la maladie de plusieurs années[6] : dysfonction sexuelle érectile, hypotension orthostatique, apnée du sommeil, troubles urinaires...

Une atrophie multisystématisée associe de manière variable :

Il n' y a théoriquement pas d'atteinte importante des fonctions supérieures mais des déficits de l'attention ou des troubles de la mémoire peuvent se voir[8].

Plusieurs AMS peuvent être différenciées[9] :

  • syndrome de Shy-Drager, où les troubles végétatifs (syndrome dysautonomiques) prédominent
  • la dégénérescence striato-nigrique, où les syndromes parkinsonien et pyramidal prédominent
  • les atrophies olivo-pontocérebelleuses sporadiques, où les syndromes cérebelleux et pyramidal prédominent.

CausesModifier

La cause en reste inconnue. Il existe une probable participation génétique, certaines formes étant familiales[10], avec, parfois, une mutation sur le gène COQ2, que cela soit dans les formes familiales ou sporadiques[11]. D'autres gènes peuvent être en cause, comme le SHC2[12] ou le SNCA[1].

Les études autopsiques montrent une atrophie olivopontocérébelleuse et une dégénérescence du striatum[13], avec, typiquement, des inclusions dans le cytoplasme des oligodendrocytes (corpuscules de Papp-Lentos)[14], constituées de alpha-synucléines alpha mal repliées[15].

DiagnosticModifier

Il est essentiellement clinique[1] mais l'atrophie multisystématisée peut-être confondue avec d'autres maladies. La preuve histologique n'est, en pratique, faite que post mortem.

Diagnostic différentielModifier

Les diagnostics différentiels principaux sont :

PronosticModifier

C'est une maladie grave avec une médiane de survie comprise entre 6[2] et 10 ans[16]. L'évolution peut être rapidement invalidante avec apparition de troubles de la marche quelques années après les premiers signes moteurs[3].

TraitementModifier

Il reste uniquement symptomatique.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Fanciulli A, Wenning GK, Multiple-system atrophy, N Engl J Med, 2015;372:249-263
  2. a et b Ben-Shlomo Y, Wenning GK, Tison F, Quinn NP, Survival of patients with pathologically proven multiple system atrophy: a meta-analysis, Neurology, 1997;48:384-393
  3. a et b Watanabe H, Saito Y, Terao S et al. Progression and prognosis in multiple system atrophy: an analysis of 230 Japanese patients, Brain, 2002;125:1070-1083
  4. Geser F, Seppi K, Stampfer-Kountchev M, The European Multiple System Atrophy-Study Group (EMSA-SG), J Neural Transm, 2005;112:1677-1686
  5. May S, Gilman S, Sowell BB et al. Potential outcome measures and trial design issues for multiple system atrophy, Mov Disord, 2007;22:2371-2377
  6. Jecmenica-Lukic M, Poewe W, Tolosa E, Wenning GK, Premotor signs and symptoms of multiple system atrophy, Lancet Neurol, 2012;11:361-368
  7. Sakakibara R, Hattori T, Uchiyama T et al. Urinary dysfunction and orthostatic hypotension in multiple system atrophy: which is the more common and earlier manifestation?, J Neurol Neurosurg Psychiatry, 2000;68:65-69
  8. Stankovic I, Krismer F, Jesic A et al. Cognitive impairment in multiple system atrophy: a position statement by the Neuropsychology Task Force of the MDS Multiple System Atrophy (MODIMSA) study group, Mov Disord, 2014;29:857-867
  9. Gilman S, Wenning GK, Low PA et al. Second consensus statement on the diagnosis of multiple system atrophy, Neurology, 2008;71:670-676
  10. Hara K, Momose Y, Tokiguchi S et al. Multiplex families with multiple system atrophy, Arch Neurol, 2007;64:545-551
  11. The Multiple-System Atrophy Research Collaboration, Mutations in COQ2 in familial and sporadic multiple-system atrophy, N Engl J Med, 2013;369:233-244
  12. Ferguson MC, Garland EM, Hedges L et al. SHC2 gene copy number in multiple system atrophy (MSA), Clin Auton Res, 2014;24:25-30
  13. Ahmed Z, Asi YT, Sailer A et al. The neuropathology, pathophysiology and genetics of multiple system atrophy, Neuropathol Appl Neurobiol, 2012;38:4-24
  14. Papp MI, Kahn JE, Lantos PL, Glial cytoplasmic inclusions in the CNS of patients with multiple system atrophy (striatonigral degeneration, olivopontocerebellar atrophy and Shy-Drager syndrome), J Neurol Sci, 1989;94:79-100
  15. Tu PH, Galvin JE, Baba M et al. Glial cytoplasmic inclusions in white matter oligodendrocytes of multiple system atrophy brains contain insoluble alpha-synuclein, Ann Neurol, 1998;44:415-422
  16. Wenning GK, Geser F, Krismer F et al. The natural history of multiple system atrophy: a prospective European cohort study, Lancet Neurol, 2013;12:264-274

Liens externesModifier